Aller au contenu principal

« DONNER A NOTRE DEMOCRATIE LES MOYENS DE REGLER LES CONFLITS » Point de vue

ARTICLE

Démocratie contractuelle

Isabelle De Gaulmyn rédactrice en chef La Croix le 28/04/2022

Il est essentiel que l’élection présidentielle qui s’achève soit suivie d’un « troisième tour » social et qu’il ne se joue pas dans la rue. Pour cela, les syndicats – qui ont joué leur rôle dans le maintien d’un front républicain – doivent pouvoir trouver leur place dans la construction de la politique.

Les « vingt enragées ». Des chercheurs désignent ainsi les vingt premières années de ce nouveau siècle, marquées, en France, par une grande instabilité sociale, une succession de mouvements de protestation de rue ou de ronds-points, de contestations, émaillées de violence verbale et parfois physique. Comment en sortir ? Comment donner à notre démocratie les moyens de régler les conflits qui lui sont inhérents autrement que par la violence.

Pour ce 1er-Mai, on devrait voir de nouveau défiler, en ordre dispersé, l’ensemble des syndicats. Ces derniers ont souffert, lors du précédent quinquennat, d’une absence de considération d’un président qui confondait souvent échanges, qu’il affectionne, et négociations, où il semble avoir plus de mal. Ils ont pourtant joué leur rôle dans le maintien d’un front républicain le 24 avril, avec un esprit de responsabilité. Emmanuel Macron sait ce qu’il leur doit dans la victoire du second tour. C’est pourquoi il est essentiel que ces élections soient suivies d’un « troisième tour » social, et que ce troisième tour ne se joue pas, comme y poussent des politiques inconséquents, dans la rue.

→ ANALYSE. Emmanuel Macron, un agenda social à l’épreuve de l’opinion

Les contestations tenant aux revenus, au maintien des services publics, à l’éducation sont légitimes. Mais un climat insurrectionnel sans stratégie de lutte ni volonté de médiation ne peut en constituer la réponse. Une démocratie a besoin d’un fonctionnement contractuel pour gérer les conflits. Elle ne peut se contenter d’un rendez-vous binaire tous les cinq ans. Ni d’un recours à des « référendums miracles »… Les syndicats doivent trouver leur place dans la construction de la politique. De ce point de vue, le débat sur les retraites, qui va commencer à la rentrée, sera décisif. Pour le nouveau gouvernement, la méthode sera au moins aussi importante que le fond.

Isabelle de Gaulmyn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :