Aller au contenu principal

VON DER LEYEN A KYIV, RÉPONSE SUR L’EUROPE DANS 8 JOURS. MACRON, TOUJOURS PAS DE VISITE : « FIASCO DIPLOMATIQUE » ? – REVUE DE PRESSE

FRANCE : FIASCO DIPLOMATIQUE SUR LA GUERRE, DOUBLÉ D’UN ECHEC AU NIVEAU EUROPÉEN ?

EXTRAITS DE PRESSE – 8 ARTICLES

VON DER LEYEN s’est rendue pour la seconde fois en Ukraine et a promis une réponse sur l’adhésion à l’Union Européenne ( Articles 7 et 8 ),

MACRON s’est déclaré « disponible » devant les interrogations, en France et à l’étranger, sur son refus de se rendre en UKRAINE depuis le début de la guerre. Il n’annonce pas sa première visite et doit faire face à des critiques ( Articles 1,2,3 ),

SCHOLZ déclare à la presse qu’il se rendra à Kyiv et qu’il y convie Macron, sans que celui ci ne donne sa position ( Article 6 ),

L’ÉLYSÉE ( la maison parle ! ) vient au secours du president pour expliquer, corriger, rassurer, sans annoncer la visite attendue ( Article 4 )…

ARTICLE 1

« Ukraine : le fiasco diplomatique d’Emmanuel Macron » – L’OBS

EXTRAITS Vincent Jauvert 09 juin 2022

 » Le président français se rêvait en faiseur de paix entre Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky. Mais, au fil du temps, son message, ambigu tant envers Moscou qu’envers Kiev, a exaspéré les deux camps, qui multiplient attaques et moqueries contre lui.

« C’est l’histoire d’un naufrage, d’un fiasco diplomatique d’une rare violence.

 » Il y a quelques semaines encore, le président français se rêvait en faiseur de paix entre la Russie et l’Ukraine. Chaque jour ou presque, il parlait à Vladimir Poutine et à Volodymyr Zelensky – l’Elysée a dénombré plus d’une vingtaine d’entretiens avec chacun des deux chefs d’Etat depuis janvier. Comme si Emmanuel Macron était le seul à pouvoir, un jour, dénouer la crise.

 » Seulement, voilà : au fil du temps, le message du président français s’est avéré à ce point ambigu, tant vis-à-vis de Moscou que vis-à-vis de Kiev, qu’aujourd’hui il a exaspéré les deux camps, qui multiplient attaques et moqueries contre lui. Il est même devenu leur punching-ball préféré.

 » Déclarations hasardeuses

 » Au début de la guerre, Emmanuel Macron, qui a effectivement joué le rôle d’intermédiaire, semblait plutôt respecté par Poutine comme par Zelensky. Son statut privilégié provenait de ses multiples casquettes : président du Conseil de l’Union européenne, dirigeant de l’un des deux Etats qui ont joué les médiateurs pour les accords de Minsk 2, chef de l’un des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations unies et d’un pays doté de l’arme nucléaire.

Ce n’est pas tout. Dès son accession au pouvoir, il avait tenté à plusieurs reprises de se placer comme l’interlocuteur privilégié de Poutine en Europe … »

ARTICLE 2

« Ukraine : « Macroning » et « macroniti », que signifient ces mots inventés pour moquer Macron ? » – FRANCE INFO

EXTRAITS Marie-Pierre Haddad & Sophie Joussellin 08/06/2022

 » Les Russes et les Ukrainiens ont inventé des mots pour critiquer et moquer l’attitude d’Emmanuel Macron dans la gestion de la guerre en Ukraine.

 » Propagande et moqueries. La télévision russe a pris pour cible Emmanuel Macron. En contact régulier avec Vladimir Poutine, le président de la République avait une nouvelle fois indiqué qu’il ne fallait « pas humilier la Russie ».

 »  » Dans un entretien à la presse quotidienne régionale, Emmanuel Macron a indiqué qu' »il ne faut pas humilier la Russie pour que le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques ». 

Ces déclarations ont déclenché des commentaires acerbes de la part de la diplomatie ukrainienne, mais aussi côté russe. Des proches du Kremelin assurent d’ailleurs qu’Emmanuel Macron fait du « macroning ». Un mot inventé pour moquer les photos publiées par le président de ses échanges téléphoniques avec Vladimir Poutine.

 » Il souffre tellement que je m’inquiète pour lui »

 » Comme l’a repéré la journaliste Julia Davis, l’analyste politique Henry Sardarian a expliqué : « Macron a appelé très souvent, heureusement, Poutine n’a pas toujours décroché le téléphone. Alors, il a pris des médicaments, en espérant qu’il allait répondre. Il y a maintenant un terme : le ‘Macroning’ qui signifie appeler beaucoup sans aucune raison« .https://d-13009899522100647204.ampproject.net/2205270638004/frame.html

Il a ajouté : « J’ai récemment lu que le président de la République française, Emmanuel Macron, comptait combien d’heures il passait à parler avec Vladimir Poutine au téléphone. Avant chaque appel, il publie d’ailleurs ces photos, dans lesquelles il souffre tellement que je m’inquiète pour lui« .

 » Macroniti » : avoir l’air très inquiet face à une situation et ne rien faire

 » Macroniti » en ukrainien ou « macronit » en russe. Dans les deux langues, ces mots ont la même signification : avoir l’air très inquiet face à une situation et ne rien faire. Ce nouveau verbe a fait son apparition sur les réseaux sociaux le 28 mars dernier. Quelques jours auparavant, des photos d’Emmanuel Macron, mal rasé en jean et sweat à capuche, avait été publiées sur Instagram.

 » Le président français, dans son bureau doré de l’Elysée, était très affairé à appeler ses homologues pour parler de la guerre en Ukraine… »

ARTICLE 3

« Guerre en Ukraine : l’appel d’Emmanuel Macron à « ne pas humilier la Russie » fait des vagues » – FRANCE INFO

EXTRAITS 06/06/2022

 » En réitérant son appel à « ne pas humilier la Russie », vendredi 3 juin, Emmanuel Macron a déclenché une nouvelle vague de critiques et d’incompréhension, au moment où la France entend jouer les médiateurs dans le conflit ukrainien.

«  »  » Les appels à éviter d’humilier la Russie ne peuvent qu’humilier la France (…) Nous ferions tous mieux de nous concentrer sur la façon de remettre la Russie à sa place »a immédiatement répliqué le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

 » De quoi jeter un nouveau froid entre Paris et Kiev alors qu’Emmanuel Macron, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE jusqu’au 1er juillet, est sous pression de l’Ukraine qui attend sa visite depuis le début de l’offensive russe le 24 février.

 » Raillé par la diplomatie d’Estonie et de Lettonie 

 » Les réactions sont aussi vives dans les pays d’Europe orientale qui se sentent les plus menacés par leur puissant voisin russe.

 » « Le président français cherche encore des voies pour épargner une humiliation au criminel de guerre Poutine. Que dirait-il à cette fillette en Ukraine ? », s’interroge le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement estonien, Marko Mihkelson, sur sa page Facebook, au-dessus d’une photo montrant une enfant amputée d’une jambe sur son lit d’hôpital.

 » Le chef de la diplomatie lettone, Edgars Rinkevics, a ironisé pour sa part sur le dialogue qu’Emmanuel Macron continue d’avoir avec le maître du Kremlin en citant, sur Twitter, une chanson d’amour russe de l’époque soviétique (« J’ai peut-être oublié ma fierté. Combien je veux entendre la voix. »)…. »

ARTICLE 4

« La France n’a « aucun esprit de concession » à l’égard de Poutine, déclare l’Elysée » – CHALLENGES

EXTRAITS 11.06.2022 Elizabeth Pineau et John Irish

 » La France n’a pas l’intention de faire des concessions à Moscou et souhaite la victoire de l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie, ainsi que le rétablissement de son intégrité territoriale, explique-t-on à l’Elysée, alors que la position de Paris dans le conflit a été la cible de critiques.

 » Emmanuel Macron a notamment subi les foudres des autorités ukrainiennes et de pays d’Europe de l’Est pour avoir appelé, dans un entretien accordé il y a une semaine à la presse quotidienne régionale, à ne pas « humilier » la Russie « pour que le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques ». 

« Comme le président a eu l’occasion de le dire, nous souhaitons la victoire de l’Ukraine. Nous souhaitons que l’intégrité territoriale de l’Ukraine soit rétablie », a déclaré un conseiller de l’Elysée vendredi après-midi lors d’un briefing… « 

ARTICLE 5

« Emmanuel Macron est « disponible » pour se rendre en Ukraine » – LE MONDE

EXTRAITS 10 06 2022 Philippe Ricard

 » Le chef de l’Etat est attendu mardi en Roumanie et mercredi en Moldavie, pays voisin de l’Ukraine. Paris a proposé de s’impliquer dans le déblocage du port d’Odessa, stratégique pour l’exportation des céréales ukrainiennes. 

 » Une visite en Ukraine d’Emmanuel Macron, même tardive, et très attendue à Kiev, pourrait bien être en train de se préciser. L’Elysée a annoncé, vendredi 10 juin, que le chef de l’Etat ira en Roumanie mardi 14 juin, pour saluer les forces françaises déployées dans le pays afin de renforcer le flanc Est de l’OTAN. Le lendemain, il est prévu qu’il se rende en Moldavie, dans l’idée cette fois de soutenir un Etat susceptible d’être déstabilisé par l’invasion de son voisin par la Russie de Vladimir Poutine.

 » Dans la foulée, ce voyage pourrait de surcroît donner l’occasion, si les conditions de sécurité sont réunies, de faire étape sur le territoire ukrainien, par exemple à Odessa, le grand port sur la mer Noire. L’Elysée n’a donné aucune indication vendredi sur les intentions du chef de l’Etat, se contentant de souligner qu’il était « disponible », à condition que cette visite soit « la plus utile » possible pour son homologue Volodymyr Zelensky, avec qui il s’était entretenu la veille au téléphone.

 » La présidence de la République a cherché à clore la vive controverse suscitée à Kiev et dans les capitales d’Europe centrale par ses commentaires invitant, dans un récent entretien, à « ne pas humilier la Russie » en vue de négocier une paix durable avec celle-ci, quand les armes se tairont. « Nous souhaitons la victoire de l’Ukraine, a indiqué une source élyséenne. La conquête militaire de territoires étrangers ne peut être acceptée à aucune condition. »Lire aussi :  Article réservé à nos abonnés  Des sujets qui fâchent entre Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky … »

ARTICLE 6

« Scholz se rendra à Kyiv avec Macron et Draghi avant le G7, selon le journal allemand Bild am Sonntag » – Challenges

EXTRAITS 12.06.2022

 » Le chancelier allemand Olaf Scholz (photo) se rendra à Kyiv avec ses homologues français et italien avant le sommet du G7 de la fin du mois de juin, rapporte samedi le journal allemand Bild am Sonntag, qui cite des sources gouvernementales françaises et ukrainiennes.

 » Nous ne sommes pas en mesure de le confirmer », a déclaré un porte-parole du gouvernement allemand à Reuters. Contacté, l’Elysée n’a pas souhaité confirmer l’information tandis que le gouvernement italien n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaires… »

ARTICLE 7

« Ursula von der Leyen à Kiev pour évoquer l’adhésion de l’Ukraine à l’UE » -Le Point

EXTRAITS 11/06/2022

 » Alors que les 27 pays membres sont divisés à l’égard de l’arrivée de l’Ukraine dans l’UE, la présidente de la Commission européenne est en visite à Kiev.

 » La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen est arrivée samedi 11 juin à Kiev pour une nouvelle visite consacrée aux ambitions de l’Ukrainede rejoindre l’UE et à la reconstruction. « Je suis de retour à Kiev pour rencontrer le président [Volodymyr] Zelensky et le Premier ministre [Denys] Chmyhal. Nous ferons le point sur le travail commun nécessaire à la reconstruction et sur les progrès accomplis par l’Ukraine sur la voie de l’Europe », a-t-elle indiqué aux journalistes, dont l’Agence France-Presse, l’accompagnant dans sa visite.

 » Les responsables de l’UE doivent se prononcer sur la question des ambitions européennes de l’Ukraine la semaine prochaine, avant un sommet les 23 et 24 juin qui devrait également aborder ce dossier, ce qu’a confirmé Ursula von der Leyen. « Les discussions d’aujourd’hui vont nous permettre de finaliser notre évaluation d’ici la fin de la semaine prochaine », a-t-elle déclaré après sa rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. L’Ukraine réclame un « engagement juridique » concret d’ici fin juin de la part des Européens pour obtenir un statut de candidat officiel à l’entrée dans l’UE.

 » Une adhésion qui divise les pays membres

 » Si de nombreux pays, principalement en Europe de l’Est, soutiennent une adhésion de l’Ukraine, certains, comme les Pays-Basou le Danemark, mais aussi l’Allemagne et la France, qui préside l’UE jusqu’à fin juin, sont très réservés.

 » Et même si l’Ukraine obtient le « statut de candidat », cela lancera un processus de négociations et de réformes potentielles qui pourrait prendre des années, voire des décennies, avant qu’elle ne soit sur le point d’entrer dans l’UE. Plusieurs États de l’UE ont ainsi douché les espoirs de Kiev d’un processus « accéléré »…. »

ARTICLE 8

Von der Leyen promet à Kyiv une réponse sur l’UE d’ici une semaine – CHALLENGES

EXTRAITS 11.06.2022 Natalia Zinets, Alessandra Prentice, Francesco, Jean-Stéphane Brosse

 » Ursula von der Leyen (photo) a promis samedi, lors d’une visite à Kyiv, que la Commission européenne rendrait d’ici la fin de la semaine prochaine son avis sur la candidature d’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne.

 » Lors d’une conférence de presse commune avec le président ukrainien, Volodimir Zelensky, la présidente de l’exécutif européen a déclaré que son entretien avec le chef de l’Etat « nous permettra de finaliser notre évaluation d’ici la fin de la semaine prochaine ». La Commission devra dire si elle recommande ou non l’intégration de l’Ukraine dans le bloc communautaire. 

 » En cas d’avis positif, un très long processus s’engagerait alors. Dans un premier temps, les gouvernements des Vingt-Sept devraient tous accepter à leur tour cette perspective puis entamer des discussions pour s’entendre sur les réformes qu’ils réclameraient à l’Ukraine en échange de son adhésion. 

 » Ursula von der Leyen, en visite à Kyiv pour la deuxième fois depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, a rappelé à Volodimir Zelensky qu’en dépit de progrès concernant notamment la réforme de l’administration, beaucoup de travail restait à faire. 

 » Vous avez fait beaucoup pour renforcer l’Etat de droit mais des réformes doivent encore être mises en place, pour lutter contre la corruption par exemple », a-t-elle souligné. 

 » Toute l’Europe est une cible pour la Russie et l’Ukraine n’est que la première étape de cette agression », a estimé le président ukrainien. « …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :