Aller au contenu principal

INFLATION : LA GUERRE EN UKRAINE NE L’A PAS PROVOQUÉE, MAIS RENFORCÉE – BIENTÔT PLUS DE 10% ?

ARTICLE 1

Rapport d’information du SÉNAT

UNE INFLATION TIRÉE PAR LES MATIÈRES PREMIÈRES ET UNE RÉGLEMENTATION DES RELATIONS COMMERCIALES INADAPTÉE

La forte inflation observée sur les produits de grande consommation, notamment alimentaires, s’explique par plusieurs facteurs, et essentiellement par la combinaison de la reprise économique mondiale soudaine en 2021 et d’aléas climatiques extrêmes.
Ces facteurs ont entraîné une envolée spectaculaire du prix des matières premières agricoles et industrielles dès l’an dernier, entretenue notamment par les craintes des États et entreprises de manquer d’approvisionnement. La guerre en Ukraine, si elle n’a pas provoqué cette inflation, l’a en revanche renforcée et accélérée.
Les sénateurs ont constaté, lors de leurs travaux sur les négociations commerciales, que l’essentiel des augmentations demandées était bien en lien avec la hausse des coûts de production. Autrement dit, il ne semble pas y avoir de phénomène massif de « hausses suspectes », comme avancé dans le débat public, c’est-à-dire des tentatives généralisées de la part des industriels de profiter d’un effet d’aubaine.
Aucun acteur entendu, pas même les distributeurs ayant fait part de leurs doutes, n’a été finalement en mesure de prouver le contraire. Des pratiques contestables de la part de certains distributeurs et industriels ont cependant été mises au jour par le groupe de suivi, comme le chantage à la rupture de stock ou le fait d’augmenter les prix dans les rayons sans même que le tarif d’achat ait augmenté.

Quant à la loi «Egalim2», qui régit les relations commerciales, inflationniste par construction, elle a permis de sanctuariser les matières agricoles dans les négociations commerciales. Elle doit cependant être adaptée à la période actuelle de renégociations commerciales permanentes.

Au total, l’inflation, inférieure en France à celle constatée chez nos voisins, devrait se poursuivre et atteindrait 7 à 10 % en septembre 2022 pour les produits de grande consommation, soit une hausse de 45 € environ du panier moyen mensuel. Combinée à l’augmentation du prix de l’énergie (+ 33,1 % en juin 2022 sur un an), l’inflation ampute significativement le pouvoir d’achat des Français.

La mission, sceptique sur la politique de chèques du Gouvernement, appelle à des mesures favorisant l’augmentation des heures supplémentaires et la revalorisation des salaires.

VOIR LA SYNTHÈSE COMPLÈTE :

www.senat.fr/rap/r21-799/r21-799-syn.

ARTICLE 2

Inflation : « Je pense qu’on ne sera pas loin des 10% » en septembre-octobre, s’inquiète Michel-Edouard Leclerc

FRANCE INFO

Michel-Edouard Leclerc annonce également une opération « carburant prix coûtant » à la pompe lors du week-end de chassé-croisé à partir du jeudi soir.

« Je pense qu’on ne sera pas loin des 10% d’inflation » en septembre-octobre, s’est inquiété, lundi 25 juillet, sur franceinfo Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des supermarchés du même nom, alors que l’inflation est actuellement de 5,8% actuellement en France.

>> La hausse des prix est-elle « largement due à la spéculation des grands groupes », comme l’affirme le député LFI Adrien Quatennens ?

Le président du comité stratégique des supermarchés Leclerc estime que la loi pour la protection du pouvoir d’achat, voté la semaine dernière à l’Assemblée nationale, n’est pas une loi luttant contre l’inflation, mais une loi « pour compenser les effets de l’inflation » sur les consommateurs : « Avant de compenser, il faut mobiliser l’ensemble des acteurs économiques, qu’ils se retournent vers leur amont, qu’ils demandent la transparence à leurs premiers fournisseurs. »

« Le danger, c’est la récession, craint Michel-Edouard Leclerc. Les Français, aujourd’hui, font des plus petits caddies, donc c’est un vrai sujet de politique de rentrée et je pense qu’il faut se mobiliser. Les pouvoirs publics doivent entendre ce discours. » « Les années d’inflation sont des années où on doit tous se mobiliser », estime-t-il. « Le truc, c’est que moi, je suis en bout de chaîne. Les industriels, les services achats publics comme dans les hôpitaux, ne vous faites pas fourguer des factures sans les contrôler. »  Le président du directoire de Leclerc dénonce notamment « les profiteurs du marasme ».

Une opération « carburant prix coûtant »

Michel-Edouard Leclerc annonce également une opération « carburant prix coûtant » à la pompe lors du week-end de chassé-croisé à partir du jeudi 28 juillet au soir jusqu’au samedi 30 juillet. Dans un communiqué publié ce lundi matin, le groupe Leclerc explique que cette opération aura lieu « dans les 696 stations-service de son réseau ».

Le groupe demande par ailleurs la « suspension provisoire de l’interdiction de la publicité sur les carburants jusqu’à ce que les prix à la pompe redescendent durablement », afin de pouvoir informer les consommateurs sur d’éventuelles remises sur les prix de carburants.

Le groupe demande par ailleurs la « suspension provisoire de l’interdiction de la publicité sur les carburants jusqu’à ce que les prix à la pompe redescendent durablement », afin de pouvoir informer les consommateurs sur d’éventuelles remises sur les prix de carburants. « J’ai demandé au ministre de l’Industrie la suspension provisoire de cette disposition qui rentre en vigueur le 22 août prochain », explique-t-il, ajoutant que « ce n’est pas être anti-écologiste ». Selon lui, « l’idée c’est de ne pas être trop con et de faire en sorte que les Français ne se prennent pas ça au moment où ils ont le plus besoin de leur voiture ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :