Aller au contenu principal

AGONIE DU POPULISME FRANÇAIS ?

La fin du populisme, une chance ? Vraiment ?

La dernière décennie a vu les familles politiques traditionnelles décliner et des forces plus marginales embrasser la cause du populisme. Ce moment-là pourrait bien être derrière nous, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour la démocratie.

ARTICLE

L’agonie du populisme français

Gaël Brustier — Édité par Thomas Messias — 19 août 2022 SLATE

Après la crise de 2008-2009, nos sociétés ont vécu un regain de ce que l’on peut définir comme le populisme. Des sujets comme le «populisme de gauche» ou la «France périphérique» (ou le «racisme d’État» et tant d’autres), ont une vocation fréquente de révélateurs de postures plus que d’analyses divergentes.

Ces dernières années ont beaucoup vu traiter du «populisme de gauche», dont les inspirateurs sont Ernesto Laclau (disparu en 2014), Chantal Mouffe et Inigo Errejon. Laclau et Mouffe avaient publié, au début des années 1980 –et alors que le «néolibéralisme», c’est-à-dire les expériences menées à partir du Royaume-Uni de Margaret Thatcher et des États-Unis de Ronald Reagan, fleurissait– Hégémonie et stratégie socialiste, ouvrage important en matière de tentatives théoriques de réponse au néolibéralisme, par ailleurs bien analysé par Stuart Hall dans ses écrits.

Tous s’inspirent de Gramsci et le maitrisent très bien. Par leurs histoires et leurs centres d’intérêt, leurs objets d’études, ils sont tous désignés pour renouveler la pensée critique relative aux questions de domination culturelle. Restait à rencontrer un moment propice à leur application.

Oui, il y a eu un moment populiste

Il y a eu un moment populiste. En Autriche, le résultat extrêmement important de l’extrême droite à la municipale de Vienne en octobre 2010 a pointé le retour du populisme de droite sur le devant de la scène européenne. En mars 2011, les élections cantonales françaises ont montré la percée d’un FN «marinisé», après l’accession de Marine Le Pen à la présidence du parti fondé par son père.

Les résultats sont alors incontestables et les enquêtes (de l’IFOP notamment) apprennent beaucoup mais ne permettent pas de prendre la mesure des mouvements en cours, à plus large échelle comme à l’échelon micro-local. Héritière d’un parti «national populiste»selon les mots de Jean-Pierre Stirbois, Marine Le Pen laisse en grande partie sondeurs et journalistes composer pour elle le storytelling de son ascension. Mouffe connaît extrêmement bien l’Autriche comme Laclau connaît bien l’Espagne et le monde latino-américain…

C’est en opérant un détour par la gauche qu’on comprend que ce moment populiste touche à sa fin.

Le déroulement des années qui ont suivi les années de crise économique met en lumière un essor de mouvements de gauche radicale dans plusieurs pays. Dans la Péninsule ibérique en 2014 apparaît Podemos. Le phénomène populiste est alors perçu comme potentiellement «de gauche». La paresse intellectuelle pousse à répéter que les extrêmes se rejoignent; or, jamais, sauf à leurs extrêmes marges et selon des trajectoires individuelles, voire aberrantes au sens propre du terme, on ne trouve jonction entre les mouvements électoraux respectifs ou les organisations qui les composent.

Les mouvements de gauche radicalepuisent le cœur de leur dynamique dans des groupes sociaux plutôt jeunes, diplômés et frappés par la crise. Autour d’eux, diverses coalitions sociales s’organisent selon les pays. Souvent ont-ils pris une part de leur potentiel dans les «mouvements des places».

À LIRE AUSSI

Qui est Chantal Mouffe, la penseuse qui inspire Hamon et Mélenchon?

Pour l’essentiel pourtant, dans les sociétés dites «occidentales», le double mouvement est autant vers la droite que populiste. Et, ce malgré l’instant «populisme de gauche» que nous avons connu.

Pourtant, c’est en opérant un détour par la gauche qu’on comprend que ce moment populiste touche à sa fin.

Les indices de la fin du moment populiste

En Italie, la perte de dynamique des mouvements populiste de droite (Lega) ou antipolitiques assimilables au «populisme» (M5S) a réactivé un clivage entre «centre droit» et «centre gauche». Et Letta et Meloni représentent peut être deux Italie, mais probablement pas uniquement «celle du haut» et «celle du bas» comme on aurait pu le prétendre il y a quatre ou cinq ans. En Espagne, Podemos devient une gauche radicale «normale» tandis que Vox apparait comme une extrême droite traditionnelle et non comme une force populiste.

Mélenchon 2017 penche par bien des aspects vers une version française de Pablo Iglesias.

Dans certaines enquêtes les plus sérieuses, comme celles de la Fondapol, on peut suivre l’évolution du «risque populiste», mais on conviendra, selon la grille de lecture employée ici (il en existe d’autres, comme celle de Dominique Reynié), qu’une stratégie discursive visant à unifier des demandes diverses est des plus difficiles.

Pour être simple, le caractère magmatique, idéologique et électoral tend à laisser la place à trois pôles de plus en plus affirmésmais permettant de facto moins la «construction d’un peuple» que l’entretien de bonnes relations avec les segments d’électorat qui ont permis ou permettront élections et éventuellement réélections.

En France: Mélenchon ou le choix de Grillo contre Laclau

Le populisme n’est pas la radicalité: ce sont deux dimensions différentes de la politique et de la construction des clivages qui sont siennes. Le populisme de gauche a été dénoncé au sein de la gauche radicale, pas uniquement pour des raisons théoriques souvent fondées (portées par la revue Contretemps), mais aussi par simple crainte de voir le mot «populiste» les salir aux yeux d’un groupe social ou d’un milieu dans lequel ils évoluent, c’est-à-dire un cœur politique, social et génération pour lequel populisme est synonyme de lepénisme.

Mélenchon 2017 penche par bien des aspects vers une version française de Pablo Iglesias. Pas seulement parce qu’il invite Chantal Mouffe et débat avec elle, pas seulement par le talent de son équipe de communication, mais parce qu’il innove politiquement et stratégiquement. Ses discours empruntent à 1848, à 1870, à Jaurès et De Gaulle. Il se positionne comme un catalyseur d’aspirations diverses. Après 2017, il piétine. Les lignes se figent dans le pays…

Le «populisme de gauche» visait l’extension du domaine de la gauche. L’excitation de toutes les radicalités accompagne son reflux.

Mélenchon 2022 ressemble davantage à Beppe Grillo. Il flatte toutes les radicalités et flirte avec un certain islamisme autant qu’il esquisse un pas de deux avec les antivax (jamais Jean-Luc Mélenchon n’a appelé les Français à tous se faire vacciner), laissant, à sa base, pulluler des options ambiguës sur les droits des femmes, outrances, vindictes antisionistes de moins en moins dissimulées ou circonscrites au strict cadre interne, alliance avec un parti d’extrême gauche autoritaire comme le POI.

https://c63de95731b838f8cf635a5ce96f903e.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

En interne, ceux qui envisageaient une alternative à l’ancien ministre socialiste, demandant un «big bang», se ravisent et tressent des lauriers au candidat, pourtant tenu en échec pour la troisième fois à l’élection présidentielle. Pourquoi ce changement de cap? Parce que la gauche est en reflux.

Le «populisme de gauche» visait l’extension du domaine de la gauche. L’excitation de toutes les radicalités accompagne son reflux, lequel nécessite néanmoins une alliance. Cette dernière est impérative pour ses responsables partisans afin de se claquemurer dans une forteresse assiégée –la Nupes. Cédant à un complexe obsidional tout à fait courant en politique, ils essayent de prouver qu’ils seront victorieux tout en continuant l’épuration des maigres rangs internes qui sont les leurs…

Les thèses de Laclau, Mouffe et Errejon auraient-elles sauvé la gauche de sa possible extinction imminente? Rien n’est moins sûr. Cependant, la ligne actuelle, assez irréversible, semble accélérer le processus de déclin.

À LIRE AUSSI

Comment Mélenchon et la Nupes ont rétréci les territoires de gauche

Au palais Bourbon, l’arrivée bruyante des députés LFI, pour beaucoup confits dans l’admiration d’eux-mêmes, est davantage la tenue de camouflage du désespoir politique de la gauche pour leur cause qu’autre chose. On célèbre sa propre assomption en dansant, mais on dissimule mal que, passé ce joyeux charivari, on n’aura plus grand-chose à dire.

Beaucoup plus préoccupants pour LFI sont les chiffres relatifs aux «valeurs» des segments les plus jeunes de son électorat notamment, et la connivence de sa part qu’ils impliquent. Ces profondes et fondamentales divergences, peu surprenantes fondamentalement si l’on a un peu analysé l’évolution de notre société, démontrent qu’il s’agit d’une contradiction qui sera difficile à résoudre.

Les plus âgés peinent à compenser le penchant des plus jeunes pour des formes de rigorisme moral, d’hostilité à la laïcité, qui sont beaucoup moins importants chez les chrétiens et les juifs –même pratiquants– que chez les musulmans. Ces contradictions sont objectives.

Rébellion en extinction

Le député Guiraud, par provocation, ne veut pas d’assistants parlementaires «tous» issus des grandes écoles. La vérité est beaucoup plus cruelle: combien d’élèves de Normale Sup ou de Polytechnique sont-ils à postuler à l’Assemblée nationale?

Les happenings sur les costumes comme les happenings costumés, les prises à partie, les débats sur la cravate, sur le style vestimentaire douteux et revendiqué, sur le phrasé périlleux, sont-ils les arêtes d’une stratégie finement ciselée? Plus certainement, une tentative de maintenir sa domination sur une gauche à laquelle, moyennant relative et momentanée soumission, il propose d’opérer une retraite électorale en ordre apparent.

https://c63de95731b838f8cf635a5ce96f903e.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Le moment populiste était celui des lignes qui bougent, le moment post-populiste celui d’une polarisation exacerbée.

Des propos se voulant de plus en plus radicaux mais relevant du lieu commun ou de la pensée instantanée révèlent une incapacité évidente à transcender son propre vécu pour le projeter sur l’universel. Cette dernière capacité est consubstantielle au fait d’être membre de la représentation nationale… Anecdotique peut-être mais, surtout symptomatique d’une volonté de dominer la gauche dans la retraite historique qui s’opère. C’est une forme de retour sur l’habitus et de rigidification à laquelle nous assistons.

À LIRE AUSSI

La semaine imaginaire de Jean-Luc Mélenchon

Le moment populiste était celui des lignes qui bougent, le moment post-populiste celui d’une polarisation exacerbée. Dès lors, le cas Mélenchon devient relativement secondaire et redevient stratégique. Cela ne signifiant pas totalement la fin du populisme mais celui d’un moment bien particulier; le cas du Rassemblement national méritera d’être suivi de près également…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :