Aller au contenu principal

FIASCO DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU NUCLÉAIRE : DES RESPONSABILITÉS POLITIQUES TRÈS CLAIRES

RÉCENTES PUBLICATIONS DE METAHODOS :

INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE : Yves BRÉCHET DEVANT L’ASSEMBLÉE NATIONALE

COMPRENDRE LA CRISE DE L’ÉLECTRICITÉ : AUDITION DU PDG D’EDF PAR L’ASS. NAT. EN SEPTEMBRE

COUPURES ÉLECTRIQUES : «LE PLAN DU GOUVERNEMENT … N’EN EST PAS UN»

PÉNURIE D’ÉLECTRICITÉ : «IGNORANCE STUPÉFIANTE», «PROCRASTINATION», «CARRIÉRISME»

« AUJOURD’HUI, NOUS DÉPENDONS DU CIEL » : L’EXÉCUTIF DANS LE COALTAR, FACE AU NUCLÉAIRE ABANDONNÉ – MISE À JOUR –

« Electricité : face au risque de black-out, la méthode couacs du gouvernement »

TITRE LIBÉRATION QUI POURSUIT :

« L’exécutif a beau appeler à ne pas paniquer, le risque d’effondrement du réseau cet hiver est réel. Et jusqu’ici, les alertes ont été ignorées.

« Dans une audition saisissante devant la commission d’enquête parlementaire sur la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France, l’ancien haut-commissaire à l’Energie atomique Yves Bréchet n’y allait pas de main morte : «C’est dans les structures des cabinets et de la haute administration, qui sont censés analyser les dossiers pour instruire la décision politique, qu’il faut chercher les rouages de la machine infernale qui détruit mécaniquement notre souveraineté énergétique et industrielle.»Heureusement, la méthode Coué, elle, est toujours programmée. »

Jean-Bernard Lévy et Yves Bréchet dénoncent les incohérences du pouvoir politique,

seul et unique responsable de la crise énergétique en France.

Arnaud Benedetti est Professeur associé à Sorbonne-université et à l’HEIP et rédacteur en chef de la Revue politique et parlementaire. Son dernier ouvrage, « Comment sont morts les politiques ? Le grand malaise du pouvoir », est publié aux éditions du Cerf (4 Novembre 2021).

VOIR L’ENTRETIEN CI CONTRE : Yves Bréchet, ex Haut-Commissaire du CEA. Jean-Bernard Lévy est ex-PDG d’EDF

ARTICLE

Fiasco du nucléaire français : cette accablante autopsie des responsabilités politiques

avec Arnaud Benedetti ATLANTICO

Arnaud Benedetti :  S’il fallait un exemple pour démontrer à minima l’immense défaillance dirigeante de ce pays, il suffirait d’entendre deux anciens responsables du secteur nucléaire en France : Jean-Bernard Lévy d’un côté, ex-PDG d’EDF et Yves Bréchet, ex Haut-Commissaire du CEA de l’autre côté.

L’un et l’autre, à quelques mois de distance, ont pointé les incohérences du pouvoir politique, seul et unique responsable des difficultés énergétiques auxquelles le pays se confronte. Le premier devant le MEDEF en septembre dernier a rappelé les ordres et contre-ordres dont l’Entreprise a été l’objet depuis près de dix ans, des “injonctions paradoxales” données en parfaite méconnaissance du fonctionnement de l’activité. Ainsi tour à tour, les exécutifs auront demandé à EDF de se préparer à fermer les centrales, puis quelques années plus tard de se préparer tout autant à en rouvrir : entre temps le réel aura fait sans doute son retour mais ignorant superbement que les tâches respectives impliquent nécessairement des compétences différentes.

Les responsables de cette sortie de route sont pour la circonstance les deux derniers Présidents de la République qui l’un et l’autre, sous la pression du lobby vert, n’auront eu de cesse, ou presque, que de complaire à ce dernier.

Le second à faire autorité dans ce débat est un brillant physicien, membre de l’Académie des sciences, Yves Bréchet, dont l’audition, voici quelques jours devant la commission d’enquête parlementaire visant à faire la lumière sur les raisons ayant présidé à la perte de la souveraineté énergétique de la France, délivre un propos sous forme de réquisitoire sans appel. Sur l’arrêt du programme “Astrid” dont l’objectif consistait à développer la nouvelle génération de réacteurs du futur, décision actée en 2018 faut-il le rappeler, l’ancien dirigeant du CEA évoque “une décision emblématique de la disparition de l’Etat stratège et de la transition d’un État stratège vers un État bavard”.

À LIRE AUSSIEmmanuel Macron ou l’anesthésie des Français par le coup de com’ permanent 

Pour voir la vidéo : cliquez ICI

Les positions exprimées par Jean-Daniel Lévy et Yves Bréchet témoignent d’une même “défaite” : absence de vision rigoureuse de l’état de l’art dans le domaine nucléaire, abandon d’une politique qui a nourri notre indépendance depuis des décennies, indexation sur le court-termisme politicien à des fins de clientélisme électoral, concession à l’air du temps, etc.

Comment ne pas voir dans cet enchaînement tous les éléments constitutifs de notre déclin ? A l’heure où l’on prépare l’opinion à de possibles coupures d’électricité durant l’hiver et où l’exécutif tergiverse, contrairement à l’Espagne et au Portugal, à prendre ses distances avec le carcan du marché européen de l’énergie, il est difficile de ne pas établir le constat de dix années d’errements dont les gouvernements successifs de François Hollande et Emmanuel Macron portent une part évidente et exclusive de responsabilité. Un pièce supplémentaire et lourde de conséquences à porter, nonobstant les éternels prophètes du “tout va bien”, au dossier de notre grand déclassement…

Texte republié et enrichi de l’édito d’Arnaud Benedetti pour La Revue politique et parlementaire, avec son aimable autorisation

Atlantico : Lors de son audition, Yves Bréchet n’a pas hésité à être très frontal sur les responsabilités de la situation actuelle, ni à être incisif face aux membres de la commission. Comme lors de son échange avec la députée Natalia Pouzyreff à propos de l’arrêt du projet ASTRID il a souligné son manque «d’analyse approfondie du système » et la renvoyant à la lecture du rapport sur les options de fermeture du site.À LIRE AUSSICrise énergétique : mais quand Emmanuel Macron aura-t-il le courage d’affronter l’Allemagne ?

Pour voir la vidéo : cliquez ICI

« On peut faire ce qu’on fait dans les ministères (avec les rapports), ne pas ouvrir et ne pas lire », a taclé l’ex Haut Commissaire à l’énergie atomique, soulignant la surdité des politiques face aux rapports techniques. Il attribue d’ailleurs bon nombre de dysfonctionnement à deux causes profondes : « La première est l’inculture scientifique et technique de notre classe politique » […] La seconde est le rôle des « conseillers techniques » dans les cabinets ministériels. 

Pour autant Yves Bréchet semble voir une lueur d’espoir malgré notre situation. « Les « atouts restant » du nucléaire Français peuvent encore, et doivent contribuer à la souveraineté industrielle et énergétique du pays. Mais cela suppose qu’on prenne enfin de taureau par les cornes ». Comment ? « En prenant conscience du caractère essentiel de l’énergie et de l’atout que nous avons en main […] En comprenant enfin la temporalité des actions […] En instruisant correctement les dossiers […] En nommant aux postes clés des personnes compétentes et courageuses ayant le sens du bien public. »

Pour voir la vidéo : cliquez ICI

Et le membre de l’académie des sciences de terminer « Ce sont des M.Boiteux, des Hug, des JM.Leny, des A.Giraud, des R.Dautray qu’il faut mettre aux manettes. Je suis persuadé qu’ils existent encore, mais on ne le les trouve pas courbés dans les couloirs des ministères ou pliés dans les valises des compagnons de campagne. »

L’intégralité ade l’audition de Yves Bréchet est à retrouver en vidéo, en ligne, sur le site de l’Assemblée nationale ou retranscrite sur le site de La Revue politique et parlementaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :