Aller au contenu principal

LA CONVERSATION : UN HUMANISME EN PÉRIL ?

Nous entrons dans une société fantomatique

où, même dans les rues, les yeux sont baissés sur l’écran. On n’a jamais autant communiqué, mais jamais aussi peu parlé ensemble, déplore, dans une tribune au « Monde », le sociologue David Le Breton.

ARTICLE Extrait

« Vestige d’un temps révolu, la conversation est en voie de disparition »

David Le Breton, Sociologue et anthropologue. LE MONDE. Publié le 02 janvier 2023

Dans le monde contemporain de l’hyperconnexion, les conversations qui sollicitent un face-à-face ou plutôt un visage-à-visage, une écoute, une attention à l’autre, à ses expressions, deviennent rares, de même le tact qui les nourrissait. Souvent, en effet, elles sont rompues par des interlocuteurs toujours là physiquement, mais qui disparaissent soudain après l’audition d’une sonnerie de leur portable ou dans le geste addictif de retirer ce dernier de leur poche dans la quête lancinante d’un message quelconque qui rend secondaire la présence bien réelle de leur vis-à-vis.

Ils regardent ailleurs et quittent l’interaction, abandonnant là leur interlocuteur qui reste les bras ballants, en se demandant que faire de ce temps d’effacement de la présence, ce moment pénible où on l’a éteint en appuyant sur la touche « pause » de l’existence. L’autre devant soi a ontologiquement moins d’épaisseur que les autres virtuels, susceptibles d’envoyer un message ou de téléphoner. Il fait de la figuration, immédiatement liquidé au moindre soupçon de l’arrivée possible d’un SMS.

Même le repas de famille, autrefois haut lieu de transmission et de retrouvailles, tend à disparaître. Chacun arrive à son heure et va chercher à la cuisine les plats achetés tout prêts au supermarché avant de s’abandonner à son écran personnel. Dans nombre de familles, le repas est une assemblée cordiale de zombies qui mangent d’une bouche distraite, peu attentifs au goût des aliments, dans l’indifférence à la proximité des autres, tous absorbés par leur cellulaire ou leurs écrans divers.

Adoration perpétuelle

On comprend, en ce sens, le succès des fast-foods en ce que leur tâche n’est pas de satisfaire le goût, mais la seule nécessité de manger en toute indifférence, puisque ce sont d’abord les yeux qui se nourrissent de l’écran.

…/…

1 réponse »

  1. Bonjour, Thierry,*Il faut relire « Le dialogue » de François Cheng et « De la conversation » de Théodore Zelding. Deux miuscules ouvrages qui touchent à l’essentiel.Bien amicalement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :