Aller au contenu principal

« Et si Maslow se mettait à la politique ? »

PRÉSENTATION

METAHODOS traite régulièrement des « passerelles » entre le management ou l’organisation en entreprise et l’action publique, qu’il s’agisse de valeurs, de principes, de process ou d’outils.

Deux publications ont été consacrées à la Pyramide de Maslow:

PREMIÈRE PUBLICATION : Maslow pour notre siècle 29 juin 2020, avec un commentaire

LIEN: https://metahodos.fr/2020/06/29/maslow-pour-notre-siecle/

Le Billet et l’Article présentent la pyramide de Maslow, qui est une représentation de la hiérarchie des besoins. C’est une théorie de la motivation élaborée à partir des observations réalisées dans les années 1940 par le psychologue Abraham Maslow. L’article où Maslow expose pour la première fois sa théorie, A Theory of Human Motivation, est paru en 1943.

Les malentendus sur cette théorie sont egalement présentés, car cette représentation de la hiérarchie des besoins sous la forme d’une pyramide a généré des critiques parfois infondées. On trouve principalement parmi celles ci :

  1. l’émergence soudaine des besoins ;
  2. la satisfaction absolue des besoins.

Autrement dit, cette représentation a véhiculé l’idée selon laquelle un besoin doit être satisfait à 100 % avant que le besoin suivant émerge. Maslow nuançait cette apparente fixité à deux égards.

Enfin, l’article propose une actualisation pour le XXI° siècle: le BIEN COMMUN plutôt que le progrès

SECONDE PUBLICATION : Maslow (suite): allez vers votre public en magicien 3 juillet 2020

LIEN: https://metahodos.fr/2020/07/03/maslow-suite-allez-vers-votre-public-en-magicien/

Dan le prolongement de la précédente publication, un article posté par « Devenir magicien » nous a été proposé. La magie étant une activité d’expression tournée vers le public, elle met en oeuvre des principes comparables à l’exercice de manager.

La prestidigitation,permet ou oblige à aller vers l’inconnu. Il s’agit d’un bond vers l’autre, démarche intrigante, stressante, mais stimulant…aller vers l’autre nécessite de connaitre son besoin…et voici la pyramide de Maslow dont l’article ci contre s’efforce de monter les subtilités.

Manager et artiste (et responsables politiques ?) : des compétences transversales

L’auteur indique : « En ce sens, notre métier d’artiste possède des compétences transversales avec les objectifs d’entreprise. En effet, faire un tour de magie c’est avant tout anticiper les réactions d’un groupe pour ensuite le guider vers une sensation agréable ». N’en est il pas de même dans la sphère publique ?

PRÉSENTE PUBLICATION :

L’article de Lotfi Saibi – écrit en 2014 dans un contexte tunisien mais avec la vocation d’un « usage » qui dépasse ce pays – proposé ici , essaie d’exploiter la même logique de Maslow, 70 ans plus tard, dans les plans stratégiques des partis politiques durant les périodes électorales. Cela aboutit à une pyramide selon laquelle l’électeur devrait jauger le degré de réponse des partis politiques à 4 types de besoins.

Quelle stratégie électorale découle de la Pyramide ?

Il décrit par ailleurs, comment, en intégrant toutes ces variables de l’environnement de l’électeur, un parti pourra mettre en place sa stratégie électorale. Les étapes de cette mise en place sont ensuite proposées.

L’auteur nous indique, traitant principalement de la situation tunisienne ( article à replacer dans son contexte en juillet 2014) : « Pour qu’un plan stratégique soit efficace,ses architectes se doivent d’apprendre que l’essence de la politique est de servir les gens, pas l’inverse. Malheureusement, il parait que nos dirigeants ont longuement baigné dans une culture de détachement de la réalité des citoyens,et que renverser cette culture prendra certainement plus de temps que celui d’une élection et une défaite ».

Les risques pour l’abstention et le régime démocratique lui même

Il poursuit: « En effet, les « Leaders » politiques tunisiens ne semblent intéressés parles besoins des citoyens que s’ils peuvent servir le but ultime du politicien.Cet amateurisme stratégique et cette culture politique stagnante ne font qu’accentuer les craintes d’une abstention foudroyante des Tunisiens lors des prochains rendez-vous électoraux, ce qui compromettra la concrétisation de ce régime démocratique tant convoité. »

Formulons le vœu que cette réflexion – et le débat qu’elle peut susciter – nous éclaire dans nos travaux

ARTICLE

Et si Maslow se mettait à la politique ?

Par Lotfi Saibi * 30/07/2014 dans Business News – TUNISIE

« En vue de comprendre ce qui oriente l’être humain dans sa prise de décisions, le psychologue Abraham Maslow a expliqué que le comportement et la motivation ont beaucoup à voir avec la volonté d’un individu à répondre à ses besoins fondamentaux.

Maslow a réparti ces besoins en cinq niveaux de base; la personne ne ressentira le besoin du second palier que si les exigences du  premier aient été satisfaites, et ainsi de suite.
70 ans plus tard, en essayant d’exploiter la même logique de Maslow dans les plans stratégiques des partis politiques durant les périodes électorales, nous…

nous retrouverions avec la pyramide suivante, selon laquelle l’électeur devrait jauger le degré de réponse des partis politiques à ces besoins:


1.    Le besoin le plus fondamental serait un parti stable avec un leadership fort et des valeurs ou même une idéologie inébranlables, un parti qui ne risque pas d’être renversé une fois au pouvoir ni  à causes de conflits internes ou de coups externes, et qui soit en mesure de constitue un gouvernement fort qu’il soit seul ou à travers une coalition.


2.    Ce niveau est réservé aux besoins économiques: on cherche un parti qui permettrait une bonne gestion économique, garantirait des marchés libres stables, et œuvrerait ainsi pour amortir le problème du chômage en allégeant le coût de la vie.


3.    La sécurité du pays et l’intégrité physique  des citoyens, constitueraient le 3ème niveau de nécessités citoyens: Les partis désirant combler ce besoin devront pouvoir  gérer une police forte et éthique, un système judiciaire indépendant et transparent et une administration compétente, tout en neutralisant la menace terroriste et garantissant l’intégrité des frontières.


4.    Ce n’est qu’après qu’un parti politique ait été en mesure de répondre à ces besoins de base, que l’électorat serait intéressé de savoir si la formation politique pourrait satisfaire les besoins d’ordre supérieur: une société équitable, la liberté de la presse, les droits des minorités, l’accès à l’information, l’équité et la décence du mode de vie Tunisien,…etc. Ce niveau serait du « luxe superflu » si les besoins rudimentaires  n’ont pas été assouvis.

Le fait d’ignorer sa place exacte sur la pyramide, en plus du manque de planification stratégique et politique, l’absence de communication, le tout cumulé à un discours politique ignorant totalement les besoins des électeurs, tous ces facteurs et bien d’autres ont condamné 11 millions de tunisiens à être emprisonnés dans un triangle infernal depuis 2011: des gouvernements successifs ineptes, une opposition molle, virevoltante incapable de sortir de son nombrilisme  et un islamisme  radical qui se propage et gagne dangereusement du terrain. Le pire,  est que ce scénario risque de se reproduire encore une fois en 2014.


Il est primordial de comprendre la nature et l’étendue des besoins des électeurs, de déceler les différences entre les besoins des groupes ou des individus et de visionner les changements que subissent ces besoins au fil du temps.

Ce n’est qu’en intégrant toutes ces variables de l’environnement de l’électeur, qu’un parti pourra mettre en place sa stratégie électorale, en respectant les étapes suivantes:


1.    Discerner sa position actuelle sur la pyramide(qui est son interlocuteur préférentiel).
Chaque parti devrait identifier ses atouts (quels services peut-il rendre? quel est son électorat cible?). L’accent ne devrait pas être mis sur les faiblesses des parties adverses autant  que sur les forces internes. Basé sur ses capacités, chaque partie  devrait ensuite se concentrer sur le nombre maximum d’électeurs potentiels dont les besoins correspondent à ses forces.C’est de cette façon qu’un parti peut optimiser ses efforts et obtenir un meilleur retour sur investissement.

2.    Générer des alternatives ou des points de différenciation (clé de l’avantage concurrentiel durable). Aucun parti politique ne pourra gagner aujourd’hui s’il ne se distingue pas de NDA et Nidaa: Montrez aux électeurs ce qui vous rend spécial et différent,Cela exige du courage politique et de la croyance en vos valeurs-deux éléments d’une valeur inestimable aux urnes.


3.    Formulation de la stratégie: c’est là que l’on décide sur quel niveau de besoins on va se concentrer, ceci se traduira par la définition  de ses électeurs cibles ==> Ceci implique que le  programme de marketing politique d’une force politique donnée, doit impérativement faire d’elle le meilleur choix pour son groupe d’électeurs.

4.    Identifier ses vecteurs de performance clés et élaborer ses plans d’action autour d’eux.À ce moment, une équipe de militants bien organisée peut aller travailler sur des sujets spécifiques, ciblant un groupe d’électeurs potentiels spécifique, dans des zones particulières d’intervention, selon un ordre du jour bien déterminé: C’est ainsi que l’on gagne du soutien et des élections.
De retour à la réalité de la scène, on s’aperçoit que même si ces quelques étapes susmentionnées sont   simples à réaliser, la majorité des formations politiques de la place ont choisi de les ignorer délibérément pour partir en guerre contre Nidaa et/ou Ennahdha sur des terrains où ils sont certains de perdre, car ces deux partis semblent occuper avec brio le niveau 1 de la pyramide.

Cependant, ils peinent à convaincre sur le plan économique (niveau 2) et sur le plan sécurité et justice (niveau 3).


Je suis persuadé, en dépit de la courte période qui nous sépare des élections, qu’il est encore possible pour quelques partis, de recentrer leurs efforts sur les niveaux2 et 3, et de présenter une offre économique solide et/ou un plan sécuritaire rassurant. Ceci nécessitera, bien entendu,la bonne stratégie jumelée à une performance sans failles, afin de pouvoir changer les esprits des électeurs cibles.

Toute autre stratégie serait suicidaire, combattre deux géants sur leur propre territoire sans armure ou un avantage concurrentiel, c’est annoncer sa propre mort politique : «Les guerriers victorieux gagnent d’abord et puis vont à la guerre. Les guerriers amoureux de la défaite, commencent par partir en  guerre, puis cherchent à gagner » dixit Sun Tzu.


Pour qu’un plan stratégique soit efficace,ses architectes se doivent d’apprendre que l’essence de la politique est de servir les gens, pas l’inverse. Malheureusement, il parait que nos dirigeants ont longuement baigné dans une culture de détachement de la réalité des citoyens,et que renverser cette culture prendra certainement plus de temps que celui d’une élection et une défaite. En effet, les « Leaders » politiques tunisiens ne semblent intéressés parles besoins des citoyens que s’ils peuvent servir le but ultime du politicien.Cet amateurisme stratégique et cette culture politique stagnante ne font qu’accentuer les craintes d’une abstention foudroyante des Tunisiens lors des prochains rendez-vous électoraux, ce qui compromettra la concrétisation de ce régime démocratique tant convoité.


Il semble que le manque de vision politique et stratégique des acteurs politiques tunisiens,est désormais la norme et non l’exception. Attaquer les élections sans véritable stratégie, c’est diriger un navire sans boussole….Il n’y a qu’un seul résultat possible!

*Lotfi Saibi, ALM – CEO / GM 4D Leadership House

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :