Aller au contenu principal

Le « Bloc social-écologiste » – Enquête 2020 des fractures françaises (SUITE 1)

PRESENTATION

De très nombreux participants aux débats et publications de METAHODOS regrettent le faible débat qui a suivi la publication de l’enquête 2020 des fractures françaises. Nous avons fait une première publication et vous en proposons une seconde.

https://metahodos.fr/2020/09/18/enquete-2020-des-fractures-francaises-delitement-du-vivre-ensemble-et-de-la-democratie/

L’organisation Fondation Jean Jaurès  a publié une analyse de l’enquête relative aux « fractures françaises, en se focalisant,  sans le cacher, sur ce qui est au cœur de ses préoccupations: l’alliance socialiste et écologiste à la veille des présidentielles.

Le « Bloc social-écologiste« 

Elle se penche tout particulièrement, à  moins de deux ans de l’élection présidentielle, sur la cohérence en termes de valeurs du bloc « social-écologiste ». Gilles Finchelstein  signe la publication que nous vous proposons ci contre.

L’auteur tente de mesurer si, « en se plaçant du point de vue de l’opinion, une union entre les partis et mouvements de l’arc s’étirant du Parti socialiste (PS) à Europe Écologie-Les Verts (EELV) est possible »

5 traits communs  créerait « une forte identité commune » avec toutefois  1 limite et 1 différence

Il décrit 5 traits communs et une limite. En effet, selon l’auteur, ce qu’il nomme la   « forte identité commune » ne doit cependant pas masquer:

  • une limite – les sympathisants socialistes ne sont que 38 % à juger EELV « capables de gouverner le pays », ce qui n’est guère plus que la moyenne des Français (32 %)
  • une différence : l’intensité de la préoccupation environnementale

Cette limite et cette différence s’avèrent cependant profondes…jusqu’à  – a t on envie de demander à l’auteur – remettre en cause le concept de bloc et d’identité forte ?

En effet, les priorités divergent sur des points essentiels ( quand on reprend à la lettre la conclusion de l’article ):

  • l’environnement devance de 25 points l’avenir du
  • système social et de 30 points la
  • montée des inégalités sociales ; pour les socialistes, ces trois préoccupations se situent à peu près au même niveau. C’est vrai aussi de l’
  • arbitrage entre « fin du monde » et « fin du mois » : les trois quarts des écologistes sont prêts, au nom de l’urgence environnementale, à « demander aux Français et aux entreprises des
  • sacrifices financiers » ; les socialistes sont plus réticents et se partagent sur cette question en deux parts à peu près égales.

Le PS s’engage pour un « bloc social et écologique »

Le premier secrétaire Olivier Faure a plaidé en faveur de candidats communs de la gauche aux élections régionales et départementales de 2021, puis à l’élection présidentielle de 2022.

Le PS avait organisé à Blois, du vendredi 28 au dimanche 30 août 2020, le « rendez-vous de la gauche d’après ». « Sans rassemblement de la gauche, il n’y a pas de victoire », a martelé le premier secrétaire, Olivier Faure. Son souhait : un « printemps de la gauche et de l’écologie », sur le modèle des victoires communes aux municipales. Comprenez : une union avec Europe Écologie Les Verts (EELV), dont l’ancrage à gauche remonte tout de même à 1993. « La gauche, c’est ma famille, je ne veux pas la fin du PS », a tenu à rassurer sur place Yannick Jadot, ex-tête de liste EELV aux européennes.

ARTICLE

Gilles Finchelstein – Fondation Jean Jaurès

L’enquête 2020 sur les fractures françaises permet de mesurer si, en se plaçant du point de vue de l’opinion, une union entre les partis et mouvements de l’arc s’étirant du Parti socialiste (PS) à Europe Écologie-Les Verts (EELV) est possible. Cette question ne doit pas seulement intéresser la gauche tant elle est potentiellement susceptible de changer la donne d’une élection présidentielle dont le premier tour peut être une nouvelle fois décisif. Certes, il y a loin de l’affirmation d’une sympathie partisane à l’expression d’un vote incarné, mais voici quand même le premier enseignement de l’enquête : les sympathisants d’EELV (11,7 %) et du PS (7,4 %) sont plus nombreux si on les additionne (19,1 %) que les sympathisants de La République en marche (12,3 %), de La France insoumise et du Parti communiste (9 %), des Républicains (11,5 %) ou du Rassemblement national (13,9 %).


Le passage en revue systématique des quatre-vingt-quatorze principales questions offre un deuxième enseignement : les sympathisants d’EELV et du PS sont incroyablement proches. L’écart entre les uns et les autres est inférieur à dix point, et même généralement à cinq points, sur 85 % des questions. Il n’est à l’inverse jamais supérieur à vingt points quand il peut y avoir quarante points d’écarts avec La France insoumise (LFI) sur la confiance en l’Union européenne, avec La République en marche (LREM) sur les violences policières, avec Les Républicains (LR) sur les mouvements féministes.

Comment caractériser les sympathisants de ce bloc social-écologiste ?

Premier trait

Ils sont mobilisés par le changement climatique et quasi-unanimes à être prêts à « modifier en profondeur leurs modes de vie » pour faire face à l’urgence environnementale.

Deuxième trait

Ils sont préoccupés par la question sociale : à plus de 60 %, ils souhaitent qu’il y ait davantage de redistribution des plus riches vers les plus pauvres et davantage de protection envers les salariés et, dans les mêmes proportions, ils récusent la théorie du « ruissellement » selon laquelle « plus il y a de riches, plus cela profite à toute la société » – sur tous ces points, ils se distinguent nettement des sympathisants de LREM.

Troisième trait

Ils sont à la pointe sur les questions de société : par rapport à la moyenne des Français, ils sont plus favorables à la PMA et plus opposés au rétablissement de la peine de mort ; surtout, ils sont plus sensibles aux combats féministes – aux alentours de 20 % d’entre eux estiment que les mouvements féministes vont « trop loin » contre 32 % des sympathisants LFI, 46 % des sympathisants LREM et 58 % des sympathisants LR.

Quatrième trait

Ils sont exigeants envers le régime démocratique dont ils soutiennent le principe plus que la moyenne mais qu’ils souhaitent aussi davantage que les autres plus participatif. Ils sont par ailleurs plus soucieux du respect des droits et libertés – aux alentours de 70 % d’entre eux considèrent par exemple que la police fait preuve d’un « usage excessif de la violence » contre un peu plus de 30 % pour les sympathisants LREM ou LR – mais, à 80 %, déclarent également que « l’autorité est une valeur qui est trop souvent critiquée ».

Cinquième trait

Ils sont européens : près de 70 % considèrent l’appartenance à l’Union européenne comme une bonne chose. Mais prudemment : ils sont près de deux fois plus nombreux à souhaiter renforcer les pouvoirs de décision nationaux plutôt qu’européens et, ce qui n’était pas le cas ces dernières années, ils estiment désormais majoritairement que la mondialisation est « une menace pour la France » et qu’il faut « aller vers plus de protectionnisme ».

Une limite

Cette forte identité commune ne doit cependant pas masquer

une limite – les sympathisants socialistes ne sont que 38 % à juger EELV « capables de gouverner le pays », ce qui n’est guère plus que la moyenne des Français (32 %) –

et une différence : l’intensité de la préoccupation environnementale. C’est vrai de la hiérarchie des préoccupations : pour les écologistes, la protection de l’environnement devance de 25 points l’avenir du système social et de 30 points la montée des inégalités sociales ; pour les socialistes, ces trois préoccupations se situent à peu près au même niveau. C’est vrai aussi de l’arbitrage entre « fin du monde » et « fin du mois » : les trois quarts des écologistes sont prêts, au nom de l’urgence environnementale, à « demander aux Français et aux entreprises des sacrifices financiers » ; les socialistes sont plus réticents et se partagent sur cette question en deux parts à peu près égales.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :