Aller au contenu principal

BELGIQUE: Les librairies classées “commerces essentiels”. SUISSE: Les livres échappent au confinement

INTRODUCTION

Alors que le gouvernement français a décidé de fermer les librairies, puis d’interdire la vente de livres en supermarché, FNAC…pendant le confinement, provoquant colère et incompréhension, la Belgique, elle, a fait le choix inverse. ( Voir ARTICLE 1 )

En Suisse, les librairies échappent au confinement et c’est sur la base de leurs propres propositions que les dispositifs ont été mis en place, après concertation. Et elles sont débordées. ( Voir ARTICLE 2 relatant l’organisation mise en place dès le premier confinement)

ARTICLE 1

Belgique, les librairies classées “commerces essentiels”

COURRIER INTERNATIONAL – PARIS – Cet article est issu du Réveil Courrier. – Publié le 01/11/2020


Alors que le gouvernement français a décidé de fermer les librairies pendant le confinement, provoquant l’ire des libraires et de nombreux lecteurs, la Belgique, elle, a fait le choix inverse. Le gouvernement De Croo a justifié cette exception en expliquant qu’il souhaitait préserver la santé mentale des Belges.

“La Belgique n’allait pas faire à nouveau un énorme cadeau à Amazon”, remarque Le Soir. “Après ultime arbitrage”, le gouvernement d’Alexander De Croo a décidé samedi de permettre aux librairies de demeurer ouvertes pendant le confinement, au même titre que d’autres commerces jugés essentiels comme les épiceries, les supermarchés, les stations essence ou les magasins de bricolage, rapporte le quotidien belge.

Elles devront simplement respecter les mêmes précautions sanitaires et n’auront pas la possibilité de proposer des animations ou de laisser les enfants accéder à d’éventuels espaces de jeu.

Lors du premier confinement, le gouvernement belge avait fait fermer les librairies. Mais cette fois-ci, il a jugé nécessaire de les maintenir ouvertes pour aider la population à passer le cap de ce second confinement et “maintenir en vie cette forme de culture”, note Le Soir.

“Rien de mieux que d’ouvrir un livre pour s’évader de la situation terrible que nous vivons”

“Il nous semble essentiel de développer une attention à l’égard des plus fragiles mais aussi au niveau de la santé mentale de tous les Belges. La culture a un rôle énorme à jouer en la matière”, a expliqué le vice-Premier ministre Georges Gilkinet au quotidien belge. “Parce qu’il n’y a rien de mieux que d’ouvrir un livre pour s’évader de la situation terrible que nous vivons”.

À l’inverse, la France a, elle, décidé de fermer les librairies pendant le second confinement, provoquant la colère du monde de la culture et de nombreux Français. 250 écrivains, éditeurs et libraires ont publié un manifeste appelant Emmanuel Macron et le gouvernement français à revenir sur leur décision, a rapporté samedi le quotidien espagnol ABC.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la maire de Paris Anne Hidalgo a affirmé que des maires de France préparaient une initiative commune afin d’autoriser la réouverture de commerces de proximité contraints à la fermeture. Samedi plusieurs édiles, à Dijon, Clichy-la-Garenne ou Yerres, entre autres, ont déjà pris des arrêtés permettant l’ouverture de certains magasins, dont les librairies.

ARTICLE 2

En Suisse, les livres échappent au confinement

LE TEMPS – LAUSANNE – Publié le 10/04/2020

Les livres sont un refuge pour de nombreux lecteurs confinés. Les librairies ont dû fermer, mais en Suisse elles résistent pour continuer à vivre. Si vous vivez sur place, voici comment en profiter.

En Suisse, les librairies sont débordées : depuis le début du confinement, elles reçoivent quatre fois plus de mails qu’en période normale, rapporte le quotidien Le Temps. Les autorités ont même pensé les classer comme des commerces de première nécessité pour qu’elles restent ouvertes, mais la plupart des librairies ont refusé de faire prendre à leurs clients le risque de croiser d’autres personnes dans leurs rayons. 

De nombreux libraires indépendants confient au quotidien de Lausanne que les commandes ont pourtant augmenté. La Fnac a également vu les siennes progresser pour atteindre plusieurs milliers d’ouvrages par jour.

Mais les librairies sont elles aussi menacées par la crise économique. Pour y faire face, les libraires suisses s’adaptent, tout en respectant les mesures d’hygiène.

Certains proposent aux amateurs de visiter leurs rayons grâce à Face Time, ce qui leur permet de continuer à conseiller leurs clients. D’autres font des permanences dans la rue, comme sur le parking central de la commune de Monthey où les livres commandés, qui ont passé vingt-quatre heures en quarantaine avant d’être livrés, sont déposés dans un sac. D’autres encore, comme le propriétaire de la librairie À l’ombre des jeunes filles en fleurs, à Monthey, déposent des paquets directement chez leurs clients et sont un peu des “distributeurs de plaisir solitaire”, selon l’expression du Temps.

Autant d’initiatives qui permettent aux petites librairies de ne pas laisser la place aux gros de l’industrie du livre, comme Amazon ou la Fnac. Et même si elles ne suffisent pas à couvrir les dépenses, elles devraient les aider à survivre le temps du confinement


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :