Aller au contenu principal

RÉGIONALES : CE QU’IL FAUT SAVOIR, AVEC FRANCEINFO. ET « UNE CAMPAGNE DÉGUISÉE EN TOUR DE FRANCE », AVEC LE MONDE.

ARTICLE 1

« EN PICARDIE, LA CAMPAGNE DÉGUISÉE EN « TOUR DE FRANCE  » D’EMMANUEL MACRON » LE MONDE

Olivier Faye écrit pour Le Monde 19 06 2021 :

A trois jours du premier tour des élections régionales et départementales, le président s’est notamment rendu à Château-Thierry, dans l’Aisne, où il a annoncé, aux côtés de Fabrice Luchini, que la lecture sera portée au rang de « grande cause nationale ».

En tant qu’ancien militaire, Franck Briffaut n’a pas pour habitude de prendre de détours. « Monsieur le président est en campagne électorale ! Tout le gouvernement l’est. Ils sont inquiets. » Le maire de Villers-Cotterêts (Aisne), militant du Rassemblement national (RN, ex-Front national) depuis 1977 – et admirateur de Jean-Marie Le Pen –, s’amuse de la visite dans sa ville d’Emmanuel Macron, jeudi 17 juin, à trois jours du premier tour des élections régionales et départementales. L’Aisne, comme la région des Hauts-de-France, se trouve sous la menace d’une potentielle victoire du parti d’extrême droite.

Pour la troisième fois depuis 2017, le chef de l’Etat arpente les rues de cette ville où il a décidé de faire rénover le château de la Renaissance pour y ériger une « cité internationale de la langue française ». Un outil de « reconquête d’une région qui a pu se sentir abandonnée », vante l’Elysée ; l’inauguration est prévue en mars 2022, à quelques semaines de l’élection présidentielle. « Je devais faire fuir les gens, mais tout le monde vient à Villers-Cotterêts, c’est merveilleux !, raille Franck Briffaut. A chaque campagne électorale, M. Macron me fera l’honneur de sa visite. »

Officiellement, pourtant, le président de la République « n’interfère pas » dans le scrutin des 20 et 27 juin. Son « tour de France » post-crise sanitaire, qui l’a déjà vu passer par le Lot et la Drôme, ne viserait pas à labourer le terrain des candidats de la majorité, ni à assurer un tour de chauffe en vue de la présidentielle. « Je continue simplement mon travail pour la nation, affirme Emmanuel Macron. La situation du pays requiert d’être pleinement mobilisés. On ne peut pas être dans l’abstention du travail. »

ARTICLE 2

ÉLECTIONS RÉGIONALES : CE QU’IL FAUT SAVOIR DES SCRUTINS DANS LES 13 RÉGIONS DE FRANCE MÉTROPOLITAINE. FRANCEINFO

Article rédigé par franceinfo Publié le 18/06/2021

Au-delà des grandes tendances nationales, chaque région possède des spécificités locales à connaître avant de glisser son bulletin dans l’urne, les 20 et 27 juin.

Le compte à rebours des élections régionales est enclenché. Dans quelques jours, tous les Français seront appelés aux urnes pour élire leurs nouveaux conseillers régionaux et territoriaux. Alors, êtes-vous prêts en vue des dimanches 20 et 27 juin ? Si vous ne connaissez pas encore les noms (et les programmes) de vos candidats ou si vous n’avez pas suivi la campagne électorale, cet article est fait pour vous.

Auvergne-Rhône-Alpes

Le président sortant, Laurent Wauquiez (LR), fait figure de favori, face à huit candidats, dont l’ancienne ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, qui a échoué à unir la gauche. La République en marche entend aussi constituer une alternative avec une figure locale, Bruno Bonnell, actuel député de la majorité. Enfin, le Rassemblement national mise sur un trentenaire au profil atypique : Andréa Kotarac, ancien membre du Parti de gauche et de La France insoumise passé à l’extrême droite.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Auvergne-Rhône-Alpes

Bourgogne-Franche-Comté

C’est l’une des cinq régions encore aux mains du Parti socialiste mais elle pourrait basculer au soir du second tour des élections régionales. La présidente socialiste sortante, Marie-Guite Dufay doit, en effet, faire face au Rassemblement national, représenté par Julien Odoul, qui rêve de créer la surprise.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Bourgogne-Franche-Comté

Bretagne

A quelques jours du premier tour des élections régionales, les yeux de La République en marche se tournent vers la Bretagne. Et pour cause : cette région, acquise à la gauche depuis 2004, pourrait constituer l’une des rares chances de victoire du parti présidentiel pour ce scrutin régional, même si les jeux sont loin d’être faits. Le PS reste attaché à son fief et le Rassemblement national se tient prêt.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Bretagne

Centre-Val de Loire

La région Centre-Val de Loire, qui a changé de nom lors de la réforme territoriale en 2014, pourrait aujourd’hui changer de couleur à l’occasion des élections régionales. Le président sortant, le socialiste François Bonneau, espère conserver la région, mais une éventuelle alliance entre la droite et la majorité présidentielle pourrait contrarier ses plans. De son côté, le Rassemblement national, en tête des intentions de vote au premier tour, reste en embuscade.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Centre-Val de Loire

Corse

Les Corses vont-ils conserver un exécutif indépendantiste ? C’est l’enjeu des élections territoriales. Une chose est sûre, la coalition nationaliste qui dirigeait l’Assemblée de Corse n’a pas résisté aux dissensions internes. Il y a ainsi dix listes, dont quatre indépendantistes, qui se présentent cette année au scrutin. Un éparpillement qui pourrait modifier l’équilibre politique de cette puissante collectivité.

>> Elections territoriales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Corse

Grand Est

La région Grand Est, née en 2016 de la fusion des régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine, est un bastion historique de la droite. Et le parti Les Républicains compte bien la conserver lors des élections régionales, malgré la progression dans les sondages du Rassemblement national.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin dans le Grand Est

Hauts-de-France

Xavier Bertrand parviendra-t-il à franchir la première étape de son chemin vers la présidentielle ? L’ancien poids lourd de LR a lié sa candidature en 2022 à sa réélection à la tête des Hauts-de-France. Les sondages le donnent pour l’instant gagnant lors des élections régionales. Mais la campagne n’est pas terminée face à un RN en embuscade et à une liste LREM qui compte plusieurs membres du gouvernement, dont Eric Dupond-Moretti.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin dans les Hauts-de-France

Ile-de-France

Qui va diriger la région la plus riche de France ? A l’approche du scrutin des élections régionales, le suspense n’est pas vraiment au rendez-vous tant la présidente sortante, Valérie Pécresse (LR), fait figure de favorite. Mais la présence de trois listes de gauche sur la ligne de départ peut rebattre les cartes au second tour du scrutin et donner de l’espoir à ce courant politique qui a perdu la région en 2015 après 17 ans de règne du socialiste Jean-Paul Huchon.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Ile-de-France

Normandie

La Normandie va-t-elle rester à droite ? Si le président sortant, Hervé Morin, compte bien conserver à la tête de cette région réunifiée, il doit faire face à une liste du Rassemblement national en forme dans les sondages mais aussi à une liste commune entre socialistes et écologistes dès le premier tour.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Normandie

Nouvelle-Aquitaine

Le président sortant, le socialiste Alain Rousset, fait figure de favori pour conserver la plus vaste région de France. Mais il devra faire face, notamment, à une ministre, Geneviève Darrieussecq (LREM), et à un ancien maire de Bordeaux, Nicolas Florian (LR). Cinq autres listes seront également présentes.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Nouvelle-Aquitaine

Occitanie

L’Occitanie restera-t-elle une terre socialiste ou basculera-t-elle dans l’escarcelle du Rassemblement national ? Alors que tous les regards sont tournés vers la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, où le parti de Marine Le Pen a de réelles chances de victoire, sa voisine géographique est passée sous les radars médiatiques. Pourtant, là aussi, le RN peut créer la surprise. Mais la gauche n’a pas dit son dernier mot.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Occitanie

Pays de la Loire

La gauche reprendra-t-elle la région aux mains des Républicains ? Tout semble possible dans les Pays de la Loire. Les écologistes, soutenus par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, sont en position de l’emporter. Cela dépendra d’un éventuel accord avec les socialistes. Rien n’est encore joué.

>> Elections régionales : ce qu’il faut savoir du scrutin dans les Pays de la Loire

Provence-Alpes-Côte d’Azur

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur va-t-elle passer aux mains du Rassemblement national ? Le scrutin s’annonce incertain. La tête de liste RN, Thierry Mariani (un ex-LR), fait la course en tête dans les sondages. Il semble profiter des affrontements internes des dernières semaines au sein des Républicains qui affaiblissent le président sortant, Renaud Muselier.

>> Elections régionales 2021 : ce qu’il faut savoir du scrutin en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :