Aller au contenu principal

Cyril Hanouna signe un « manifeste politique » HuffPost. Devra-t-il choisir entre ses 4 « casquettes »? – maj –

BILLET

La « politique spectacle » de Hanouna peut-elle peser dans la campagne ?

C’est la question que pose Telerama :

«  »L’animateur star de C8 se rêve désormais en héraut des “oubliés” de la République. Sa politique spectacle peut-elle peser dans la campagne ?

«  »«Oh non pas elle ! » Quand Anne Hidalgo apparaît à l’image, le 8 septembre dernier dans Touche pas à mon poste, sur C8, Cyril Hanouna lève les yeux au ciel. « On peut être de gauche… Mais tout sauf Anne Hidalgo ! » cingle-t-il. Voilà des mois qu’il étrille en direct la maire de Paris pour ses travaux dans la capitale. Même si, devant 1,4 million de fidèles en moyenne, il répète à l’envi : « Ici, on ne fait pas de politique. » Sa rentrée, pourtant, n’en a jamais eu autant la couleur.

«  »En coulisse, l’animateur de 47 ans planche depuis des mois sur une nouvelle émission, classée top secret, dans laquelle il rêve de recevoir tous les prétendants à l’Élysée. Au sein de ses équipes, plusieurs noms circulent : Face aux Français, À vous de voter… Le dispositif n’est pas encore au point — on parle d’un public équipé de boîtiers électroniques, appelé à se prononcer en direct sur les propositions — mais le plateau est choisi : ce sera celui de Canal football club, 1 000 mètres carrés, le plus vaste du groupe Canal+. Hanouna voit grand. »« 

MAJ – Voir la Une de TV Magazine : Présidentielle 2022: Cyril Hanouna s’engage

HANOUNA, ANIMATEUR DE DIVERTISSEMENT, CONSEILLER, AUTEUR D’UN LIVRE PARTISAN, CANDIDAT ANIMATEUR DE LA CAMPAGNE : DEVRA T IL CHOISIR ?

On le savait proche de Mme Macron et du président, le voici en confiance et confidence avec Christophe Barbier dont on connait les préférences politiques. Comment cela peut il, dans la campagne présidentielle qui est bien ouverte, être compatible avec les autres casquettes de l’animateur ?

ENTREE EN LIBRAIRIE ET EN POLITIQUE

C’est aujourd’hui l’entrée en librairie de Cyril Hanouna. L’animateur phare de C8 publie un “témoignage”, intitulé Ce que m’ont dit les Français, aux éditions Fayard le mercredi 6 octobre prochain. Dans l’ouvrage coécrit avec l’éditorialiste Christophe Barbier, l’ancien d’Europe 1 y raconte sa “vision de la France de 2022”, en dressant notamment un bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron

“J’ai toujours aimé la politique. Comme chaque Français, le plaisir de débattre coule dans mes veines”, confie Cyril Hanouna dans sa note d’intention rédigée sur le site de Fayard. “En douze ans, Touche pas à mon poste! a évolué: d’un show de divertissement, nous l’avons transformé en une émission de société”.

L’animateur ajoute, en s’adressant aux “infirmières, étudiants, agriculteurs, routiers, livreurs”: “C’est grâce à vous que cette métamorphose a eu lieu. Vous m’avez dit: ‘Cyril, on veut se faire entendre par les gens d’en haut.’ (…) Ensemble, nous avons révolutionné TPMP pour accompagner ce que vous vivez: la crise des Gilets jaunes, le Grand Débat national, les violences policières, les craintes autour du Covid”.   

Cyril Hanouna, invité de Pascal Praud sur CNEWS

Cyril Hanouna était l’invité de Pascal Praud ce mercredi 6 octobre sur le plateau de CNEWS, à l’occasion de la sortie de son livre Ce que m’ont dit les français. Le présentateur de TPMP est revenu sur plusieurs choses, notamment sur l’énorme clash entre Eric Naulleau et Yassine Belattar.

À l’approche des élections présidentielles,  Cyril Hanouna exprime le souhait d’intégrer plus de personnalités politiques dans son programme ces prochains mois. 

Parfois sollicité par le président sortant

Cependant, l’animateur qui invite souvent des personnalités controversées admet – sur Cnews – avoir une proximité avec Emmanuel Macron. Lorsque Cyril Hanouna explique qu’il lui arrive « pas souvent, mais parfois » d’être sollicité par le Président de la République, Pascal Praud saute sur l’occasion et lui demande de sortir son téléphone portable et de lire le dernier texto qu’il a reçu de la part d’Emmanuel Macron.

L’animateur mythique de TPMP a en effet une nouvelle fois mis en scène sa relation politique en rappelant certains échanges de textos entre lui et Emmanuel Macron.

L’animateur emblématique se souvient que leur dernier échange était à propos de l’hommage rendu à Jean-Paul Belmondo, décédé le 6 septembre dernier : « Je lui avais demandé qui avait écrit son discours parce que je l’avais trouvé très bon (…) Il m’a dit qu’il était très triste de la disparition de Jean-Paul Belmondo ».

L’animateur précise qu’Emmanuel Macron a « plusieurs relais » et qu’il ne se tourne pas nécessairement toujours vers lui pour des conseils « Il peut aller voir ses conseillers, il peut aller voir des acteurs, il peut parler à des gens de la presse… Il peut parler avec des youtubeurs, on le voit avec Mcfly et Carlito, je suis sûr qu’il leur demande leur avis sur comment ils sentent les choses sur les réseaux sociaux« , explique Cyril Hanouna, qui pense qu’Emmanuel Macron fait ensuite une synthèse de tous les avis qu’il récolte : « Il se dit ‘Cyril Hanouna touche une partie de la population que je connais moins. Mcfly et Carlito aussi' »

L’ ELYSEE DIT : LES MEDIAS REPRENNENT

Dans les couloirs de l’Elysée, relate la presse, on glisserait quelques compliments à l’animateur de 47 ans. Selon le chroniqueur de l’émission Bernard Montiel, proche d’Emmanuel et Brigitte Macron, la Première dame ne tarirait pas d’éloges sur Cyril Hanouna, elle trouverait le surnommé Baba drôle, sympathique et novateur”. Et l’humour du père de famille semble avoir définitivement conquis l’épouse du chef de l’État. En avril dernier, le présentateur avait appelé Brigitte Macron et lui avait laissé un message sur son répondeur à l’occasion de son anniversaire.

HANOUNA S’ETONNE LUI-MEME D’AVOIR « ECRIT UN LIVRE POLITIQUE »

“Si on m’avait dit, il y a cinq ans encore, que j’écrirais un livre politique, je crois que j’aurais ri.” Ces mots, ce sont ceux de Cyril Hanouna qui, sous la plume de l’éditorialiste de BFMTV Christophe Barbier, publie aux éditions Fayard un essai intitulé Ce que m’ont dit les Français, ce mercredi 6 octobre.

Rappelons que pour la Présidentielle 2022, Mme Schiappa veut qu’Hanouna anime le débat décisif car elle estime que l’animateur de TPMP sur C8 a une bonne connaissance de la société française.

Cyril Hanouna s’est rapproché de la politique depuis l’élection d’Emmanuel Macron en 2017. C’est manifeste toutes les semaines sur les plateaux de TPMP et de Balance ton post.

Il indique que cette proximité lui vaut d’être considéré comme un “médiateur” entre la population et les politiques.  De quoi jouer un rôle central dans la Présidentielle 2022?

En plus de son livre, celui-ci pourrait également mettre sur pied une émission politique “en prime time, diffusée sur toutes les antennes avec les différentes grandes figures du groupe, CNews, C8”, selon ses termes. 

ARTICLE 1 : Dans la rubrique CULTURE le Huffpost publie l’article suivant qui qualifie le livre de « manifeste politique », du fait de son contenu partisan.

ARTICLE 2 : Dans 20 MInutes, on évoque l’animateur qui veut ambiancer la campagne électorale en jouant le rôle de « médiateur » entre les citoyens et les politiques

ARTICLE 1

Le livre de Cyril Hanouna a tout d’un manifeste politique, 8 citations à l’appui

06/10/2021 Par Valentin Etancelin, Hoffpost

Dans « Ce que m’ont dit les Français », qu’il a co-écrit avec Christophe Barbier, Cyril Hanouna martèle ne pas avoir de camp, mais son discours prend parfois la forme de celui d’un homme politique en campagne.

La jeunesse, les gilets jaunes, Mélenchon. Dans son texte, le présentateur de TPMP, qui s’apprête à lancer une nouvelle émission politique sur C8, livre au journaliste ce que ces années d’antenne passées à la rencontre des citoyens de France, connus ou non, venus sur son plateau lui ont appris. Pourquoi? “Pour vous, et pour tous les Français, pour qu’ensemble nous trouvions la possibilité de nous parler et de faire société”, souffle-t-il dans son préambule. 

Cyril Hanouna le martèle: ”[Il n’a] pas de camp, [il] ne roule pour personne”. “Je suis un arbitre objectif, à défaut d’être neutre et je fais en sorte que le match [comprendre, ici, son émission sur C8, NDLR] puisse se dérouler, d’autant que c’est moi qui organise la partie”, écrit-il. 

Pourtant, plusieurs passages du livre témoignent d’une position nettement plus ambivalente, allant même jusqu’à lui conférer des ressemblances avec un manifeste politique. Le HuffPost a réuni, ici, huit citations attestant de cette observation, les voici.

Le pouvoir passe vraiment à côté du sens profond des gilets jaunes. Dès le début, nous proposons à Benjamin Griveaux de venir en plateau, mais le porte-parole du gouvernement nous fait savoir que, selon lui, « le mouvement est mort dans l’œuf ». Admirons la vista du monsieur… Bruno Le Maire, par la voie de son chargé de communication, nous explique qu’il fait de la « vraie politique », comme si j’en faisais de la fausse en parlant avec des gilets jaunes.Cyrl Hanouna, page 44

Dans un premier chapitre intitulé “L’agora révolutionnaire”, Cyril Hanouna revient longuement sur le mouvement des gilets jaunes, un mouvement qu’il estime avoir lui et ses chroniqueurs suivi, des prémices jusqu’à ce qu’il pense être le délitement. Contrairement aux médias traditionnels, il assure aussi avoir très tôt invité sur les plateaux de Touche pas à mon poste et Balance ton post des figures du mouvement, tel que Maxime Nicolle. Leur donner la parole n’aurait, selon lui, pas été du goût de tout le monde.

Si faire de la politique, c’est aider les gens qui en ont besoin, les empêcher de basculer dans la pauvreté pour 3000 euros d’impayés, alors oui, je fais de la politique et je vais continuer à en faire. Si faire de la politique, c’est permettre à une mère isolée d’offrir les cadeaux de Noël dont ils rêvaient, je vais faire de plus en plus de politique. Si Mon ami Poto [nom donné à une action de bienfaisance par Cyril Hanouna, ndlr], c’est de la politique, alors je revendique d’être devenu un homme politique.Cyril Hanouna, page 67

La crise des gilets jaunes a marqué Cyril Hanouna qui, conscient de l’impact des politiques sur la vie des citoyens issus des milieux populaires en France, a souhaité mettre en place une opération caritative. Elle s’appelle “Mon ami Poto”. Le concept: selon les informations renseignées par l’individu, un ordinateur calcule la somme qu’il faut à celui-ci pour boucler le mois. L’association lui prête alors cette somme, que l’individu en question, une fois qu’il aura assez d’argent de côté, devra rembourser. Non pas à l’association, mais à une autre personne qui, comme lui, a été dans le besoin. Cette “banque du coeur” n’a pas encore vu le jour.

La police doit être irréprochable. Être « anti-flics » ne sert à rien, sinon à creuser le fossé entre le peuple et ceux qui doivent le protéger. Il faut aimer et respecter la police, et la meilleure façon de le faire, c’est d’être intransigeant avec elle, de ne laisser passer aucune bavure, de lui demander sans cesse des comptes. C’est ce que je continuerai à faire.Cyril Hanouna, page 129

La question des violences policières, notamment au sortir du premier confinement, a été au coeur de plusieurs émissions de Cyril Hanouna, qui a notamment invité sur son plateau Michel Zecler, producteur de musique passé à tabac par des membres forces de l’ordre dans son studio. L’animateur s’explique: il défendra les victimes coûte que coûte, comme l’intérêt à réformer “sans cesse” l’institution policière.

Donner la parole [aux personnes habituellement éloignées des plateaux] – sans jamais cautionner aucun de leurs dérapages, qu’ils soient antisémites ou autres -, c’est lancer un processus de réappropriation de la chose publique et je suis certain que ce processus de réappropriation va déboucher sur quelque chose de positif […]. Qu’en leur donnant la parole ils feront le reste du chemin, et que ça nous permettra de refaire société. Ensemble.Cyril Hanouna, page 144

Jean Messiha, Éric Zemmour, Jean-Marie Bigard, les antivax, etc. Sur son plateau, Cyril Hanouna a donné la parole à de nombreuses personnalités, célèbres ou non, dont les propos se sont notamment avérés faux, racistes, homophobes ou complotistes. L’animateur, selon qui “beaucoup de conneries” se disent dans son émission, revendique la nécessité d’inviter des personnes de tous les horizons au nom du débat démocratique.

À nous, qui manions l’humour, de comprendre les frontières qu’il ne faut plus franchir pour construire une société apaisée. À nous de cerner les vannes de mauvais goût d’hier qui n’ont plus cours aujourd’hui. À nous de comprendre tout simplement que le monde n’est plus le même. Et nous devons tous nous en réjouir.Cyril Hanouna, page 184

En matière d’humour, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ont connu de nombreux échecs, de nombreux dérapages et de nombreuses polémiques. Le point d’orgue? Le jour où il s’est fait passer pour un homme gay et a piégé en direct un jeune garçon par téléphone. Le présentateur fait son mea culpa, assurant désormais ne pas vouloir reproduire ces erreurs.

Être utile, c’est ma première préoccupation.Cyril Hanouna, page 254

La crise sanitaire a eu un impact dans toutes les franges de population, dont la jeunesse. L’animateur se dit profondément désolé par la façon dont le gouvernement a répondu à la détresse des jeunes générations devant leurs études, leur recherche d’emploi et leur solitude. Il veut se rendre utile auprès d’elles, comme en témoigne l’opération “Un jeune, une solution” du ministère du Travail qu’il indique avoir relayée, au printemps dernier.

Toujours je me battrai pour briser cet entre-soi si français, où suivant que l’on est né du bon ou du mauvais côté de la barrière, les portes s’ouvrent… ou au contraire restent définitivement fermées. Je veux être le piston des non-pistonnés, des jeunes en galère, des ex-taulards, de tous ceux finalement que la société actuelle laisse sur le côté de la route sans se rendre compte combien tout cela fait mal à la France.Cyril Hanouna, page 255

Lutter contre l’entre-soi, que ce soit dans les débats sur son plateau ou dans la vie de tous les jours, importe à Cyril Hanouna. Fils d’un père médecin et d’une mère vendeuse dans le luxe, il a grandi aux Lilas, en banlieue parisienne. L’animateur veut être “un grand frère” pour celles et ceux qui n’en ont pas pour les introduire dans la vie. “En permanence, ou presque, je prends en stage dans mes équipes des personnes qui sont en réinsertion”, assure-t-il dans les premières pages.

Je n’ai pas de camp, mais je vais mener campagne contre un ennemi: l’abstention. […] Je veux ramener l’abstention des 18-25 ans à la hauteur de celle de leurs parents.Cyril Hanouna, page 287

La fin du livre précise ses propos, il veut en faire “la première pierre du pont” à bâtir “entre les jeunes, les classes populaires et l’isoloir”. Prochaine étape? Une tournée. “Je vais aller rencontrer les Français dans ces villes que l’on voit rarement à la télévision”, promet Cyril Hanouna, qui n’est pas candidat mais en reprend tous les codes pour mener à bien sa “campagne pour la campagne”.

ARTICLE 2

Présidentielle 2022 : On a lu pour vous le livre du « citoyen engagé » Cyril Hanouna

L’animateur veut ambiancer la campagne électorale en jouant le rôle de « médiateur » entre les citoyens et les politiques

Léa Ménard Publié le 05/10/21

  • Dans Ce que m’ont dit les Français, publié ce mercredi, l’animateur de TPMP ne cache pas son ambition de jouer un rôle central pendant la campagne
  • Cyril Hanouna souhaite faire de ses émissions les lieux de débat incontournables de la campagne, durant lesquel il promet de relayer « sans filtre » les questions des Français – en particulier des jeunes.
  • Il estime que le public est venu le « trouver » afin qu’il endosse ce « rôle de médiateur ».

Ne voyez pas en lui un candidat potentiel : s’engager enpolitique ne lui a « jamais, jamais effleuré l’esprit », jure-t-il. Dans un livre à paraître ce mercredi 6 octobre, Cyril Hanouna dévoile d’autres ambitions pour 2022. Avec TPMP et Balance ton post, suivies à chaque fois par des centaines de milliers de « fanzouzes », l’animateur souhaite faire dialoguer les candidats à la présidentielle avec ses  « chéris ».

Il faut dire que prendre le pouls des Français – en particulier des jeunes – est devenu le credo de Cyril Hanouna. Dans ce livre, opportunément intitulé Ce que m’ont dit les Français, qu’il signe avec l’éditorialiste Christophe Barbier, l’animateur revendique le « nouveau rôle » qu’il veut « jouer dans cette France en tension, celui de médiateur entre les « gilets jaunes » et le gouvernement ». Il en veut pour preuve la liste des sujets de société abordés au cours de ses émissions ces dernières années, des « violences policières » à l’épidémie de Covid-19, en passant par la « flambée du complotisme » et le « désarroi de la jeunesse ».

20 Minutes a passé au crible les confidences de Cyril Hanouna, « citoyen engagé derrière l’homme de divertissement ».

  • Faire de la présidentielle « le rendez-vous des vérités »

« Vous m’avez demandé de jouer le médiateur entre vous et les politiques. » Dès les premières pages, le ton est donné. L’auteur se positionne comme celui qui va répondre à une demande, celle de ses téléspectateurs, que les élus négligent et n’entendent pas. Plus loin, il explique que la campagne présidentielle doit être « le rendez-vous des vérités », au cours duquel il relaiera les questions des électeurs, et non celles des experts et éditorialistes. « Je le ferai en direct, sans filtre sur le plateau », promet le patron de la société de production H2O.
Veuillez fermer la vidéo flottante pour reprendre la lecture ici.https://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01357940/src/kxv8zz/zone/1/showtitle/1?tagparam=category%3Dpolitique%26subcategory%3Dpolitique%2Ccyril_hanouna%2Clivres%2Cpresidentielle%2Ctelevision

  • Il a vu les « gilets jaunes » avant tout le monde

Cyril Hanouna consacre un chapitre entier de son ouvrage aux « gilets jaunes ». Dès les premières lignes, il confie que plusieurs personnalités politiques lui ont dit : « Cyril, vous avez vu monter le mouvement des « gilets jaunes » avant nous, vous l’avez vu avant tout le monde. » Il nuance cette observation et estime qu’en réalité, il n’a pas vu un « mouvement » mais « des Français ».

  • Proche de Macron (mais pas trop)

Au fil des lignes, Cyril Hanouna se targue de relations nouées avec des personnalités politiques. Et de citer des échanges de SMS avec Emmanuel Macron, auquel il demande son avis sur certaines de ses émissions. « Et il me répond », se gargarise l’animateur. « Le président regarde beaucoup la télévision, il se tient au courant de ce qu’il s’y passe », assure-t-il.

Mais il « ne roule pour personne » et n’est en aucun cas « un sous-marin macroniste ». « Ce n’est pas parce qu’un défilé de ministres a égayé mes plateaux que je peux être assimilé à une officine liée au pouvoir, comme je l’entends ici ou là, notamment sur les ondes du service public. Toutes les oppositions ont leur place dans mes émissions. »

  • Parler de tout avec tout le monde… même avec les complotistes

« TPMP est ouvert à tout le monde, sauf aux cons », affirme Cyril Hanouna – c’est d’ailleurs le titre de l’un des chapitres. A propos des complotistes, il écrit qu’il ne veut « pas rejeter ces Français qui pensent autrement, sans les exploiter comme des bêtes de scène ». Donner la parole des personnalités très suivies sur les réseaux sociaux, « c’est considérer tous les autres ».

« Alors oui, j’ai été le premier à leur donner la parole, à considérer qu’il avait droit d’exprimer leur point de vue », justifie celui qui s’est vu reprocher de légitimer les propos de Fabrice di Vizio ou Jean-Marie Bigard, par exemple. « En fait, je me suis rendu compte que les complotistes, quand tu les laisses parler, tournent vite en rond, manquent d’argumentation. Ce sont des lanceurs de punchlines, pas plus. Ils ont une ou deux formules chocs et derrière, c’est creux. »

Face à ceux qui lui reprochent de relayer des « fake news » à une heure de grande audience, la réponse est toute trouvée : « Si mes émissions sur la pandémie et le complotisme n’ont servi qu’à [éviter un passage à l’acte des complotistes], comme une soupape sur la cocotte-minute des bouillonnements nationaux, j’en suis fier. »

  • Faire campagne contre l’abstention

« Je vais faire campagne pour la campagne », détaille-t-il, annonçant qu’il ira à la rencontre des Français au cours des prochains mois pour mener le combat « contre un ennemi : l’abstention ». Son livre serait ainsi la « première pierre » du pont qu’il veut bâtir « entre les jeunes, les classes populaires et l’isoloir ». Pour 2022, il n’aura qu’une boussole : ses près de six millions d’abonnés sur Twitter, qui valent, d’après lui, « tous les sondages du monde ».

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :