Aller au contenu principal

#AIDES SOCIALES (PARTIE 3)# AGGRAVATION DE LA PAUVRETÉ

Retour sur l’impact des aides sociales, et la mesure comptable de la pauvreté

En complément de nos deux récentes publications :

LES #AIDES SOCIALES (PARTIE 2) COMBATTENT ELLES VRAIMENT LA PAUVRETE ? LES CONDITIONS DU BIEN VIVRE DEPASSENT L’ARYTHMETIQUE ADMINISTRATIVE. https://metahodos.fr/2022/01/10/les-aides-sociales-diminuent-elles-vraiment-la-pauvrete/

E. MACRON REDONNE PAROLE SUR LA FUSION DES #AIDES SOCIALES (PARTIE 1)# https://metahodos.fr/2022/01/09/emmanuel-macron-defend-a-nouveau-une-fusion-des-aides-sociales/

Lire aussi : LA PAUVRETE. RAPPORT ANNUEL : 5 A 7 MILLIONS DE PERSONNES AIDEES – REVENU MEDIAN 537 EUROS https://metahodos.fr/2021/11/19/letat-de-la-pauvrete-rapport-annuel-du-secours-catholique/

Nous vous proposons cet article plus ancien qui illustre la complexité de la mesure des éléments financiers de la pauvreté. Les articles précédents mettaient en évidence les insuffisances quantitatives et qualitatives des évaluations, et donc, en conséquence, les difficultés à fonder une politique publique sincère et efficiente.

Aggravation de la pauvreté

Le directeur de l’Insee estime que la situation des personnes déjà pauvres s’est aggravée.

Jean-Luc Tavernier, indique en effet qu’à ses yeux, il est plus correct de « penser que certaines situations de pauvreté se sont aggravées à la faveur de la crise, plutôt que de penser qu’une partie importante de la population serait passée en deçà du taux de pauvreté ».

Article

Taux de pauvreté en 2020 : une stabilité à nuancer

Nicolas Senèze le 04/11/2021 La Croix

Malgré le Covid, les premiers résultats de l’Insee indiquent une stabilité du taux de pauvreté en France à 14,6 %. Les aides mises en place par le gouvernement ont permis d’en éviter une hausse de 0,5 point. Son directeur général estime que la situation des personnes déjà pauvres s’est aggravée.

Contrairement à ce qui était redouté au début de la crise sanitaire, le Covid-19 n’aurait pas aggravé la pauvreté en France. Le taux de pauvreté reste stable en 2020, à 14,6 %, selon les résultats d’une enquête de l’Insee publiés mercredi 3 novembre.

Si ces premiers résultats doivent encore être confirmés par une enquête plus complète qui ne paraîtra qu’en 2022, le directeur général de l’Insee Jean-Luc Tavernier souligne dans un billet de blog que, « les années passées, les écarts ont toutefois été de faible ampleur et n’ont pas conduit à modifier drastiquement le jugement que la première estimation permettait de porter ».

Dans son enquête, l’Insee souligne la place importante des aides mises en place par le gouvernement dans ce résultat inespéré. « Sans les dispositifs exceptionnels, les inégalités et la pauvreté auraient augmenté entre 2019 et 2020 », note-t-il.

« Biais dans la perception de la situation sociale de 2020 »

Il souligne notamment le rôle de l’activité partielle – 8,5 millions de salariés en 2020 – qui a empêché un nombre important de personnes de niveau de vie intermédiaire de basculer dans la pauvreté. De même pour les aides aux travailleurs indépendants.

Mais ce sont surtout les nombreuses interventions de l’État dans le cadre du « quoi qu’il en coûte » qui, selon l’Insee, auraient permis d’empêcher une hausse de 0,6 point le taux de pauvreté, voire plus.

Le directeur général de l’Insee concède que l’enquête ne prend en compte que les seuls revenus déclarés des individus. Il constate aussi un « biais dans la perception de la situation sociale de 2020 », les Français semblant effectivement percevoir une aggravation de la pauvreté qui ne se constate pas dans les chiffres.

« Certaines situations de pauvreté se sont aggravées »

D’où l’intérêt d’une autre enquête de l’Insee, qui a étudié les comptes anonymisés de 203 000 comptes de La Banque postale, dont les clients sont souvent parmi les plus modestes. Cela permet d’estimer l’impact de la crise sur les revenus informels.

« Une personne qui aurait perdu une source habituelle de revenus non déclarés versés en espèces, probablement invisibles dans les mouvements bancaires, aurait cependant toute chance de devoir tirer sur son compte et de voir son solde courant se dégrader, voire d’être à découvert », explique-t-il.

Or, « le déficit de revenus par rapport à ce qui pouvait être attendu a été un peu plus important pour les clients les plus précaires (…) mais pas dans des proportions considérables », note-t-il. Il ajoute que « la proportion des comptes à découvert a été plus faible en 2020 qu’en 2019, même pour les plus bas revenus ».

Autre indice : les distributions d’aide alimentaire en augmentation de 11 % des volumes et de 7 % pour les inscriptions. « Il s’agit d’une progression sensible, mais pas d’une explosion de ce recours », souligne Jean-Luc Tavernier. À ses yeux, il est plus correct de « penser que certaines situations de pauvreté se sont aggravées à la faveur de la crise, plutôt que de penser qu’une partie importante de la population serait passée en deçà du taux de pauvreté ».

« L’analyse de la pauvreté ne peut se réduire à celle de la pauvreté au sens monétaire »

Le directeur général de l’Insee invite à ne pas confondre « l’aggravation de situations de pauvreté et l’accroissement du nombre de pauvres ». Il insiste sur l’importance d’ « accorder aussi de l’importance à d’autres indicateurs comme l’intensité de la pauvreté ».

« L’analyse de la pauvreté ne peut se réduire à celle de la pauvreté au sens monétaire, insiste-t-il. Plus de la moitié des pauvres de par leur revenu ne se déclarent pas en situation de privation matérielle et sociale. Plus de la moitié de ceux en privation matérielle ne sont pas pauvres si on compare leurs revenus au seuil de pauvreté ».

Il invite donc à se pencher avec attention sur les résultats de Statistiques sur les ressources et conditions de vie de 2021 qui sera publiée au printemps 2022.

Nicolas Senèze

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :