Aller au contenu principal

LA PAUVRETE. RAPPORT ANNUEL : 5 A 7 MILLIONS DE PERSONNES AIDEES – REVENU MEDIAN 537 EUROS

BILLET

État de la pauvreté en France 2021

Au moment ou l’on débat du pouvoir d’achat monétaire ( dont les calculs sont sujets à caution du fait de la non prise en compte d’éléments comme les écarts pour le logement ou les déplacements par exemple ) qui ne tient pas compte du patrimoine ou de l’épargne, et que l’on couvre d’un voile pudique les inégalités et contraintes qui pèsent – non monétairement – sur la vie de certains Français ( éloignement des services essentiels ) il convient de se pencher sur la situation de pauvreté en France, comme on le fait « rituellement » chaque année.

L’étude des situations de pauvreté rencontrées par le Secours Catholique en 2020 fait apparaître deux mouvements parallèles. La période de confinement du printemps 2020 a précipité dans la pauvreté des personnes – étudiants, intérimaires, autoentrepreneurs, etc. – qui étaient sur le fil. Le choc de la pandémie a souvent aggravé aussi les difficultés vécues par les personnes déjà en situation de pauvreté. Quant aux personnes exclues du système de solidarité, car déjà hors
des « radars », comme une partie des intérimaires, les personnes sans papiers, celles qui n’ont pas recours aux prestations sociales ou qui subsistent grâce à l’économie informelle, elles ont souvent vu leur pauvreté se renforcer.

5 à 7 millions de personnes ont reçu une aide alimentaire en 2020.  Le niveau de vie médian des personnes aidées par le Secours catholique s’établit cette année à 537 euros, en baisse.

Le Secours Catholique-Caritas France publie jeudi 18 novembre son rapport statistique annuel État de la pauvreté en France 2021. Constats et analyses sur la précarité issus de l’observation sur l’ensemble du territoire national de plus de 38 800 situations (sur les 777 000 personnes accueillies en 2020)

Pour son rapport 2021 qui alerte sur la dégradation du niveau de vie des plus pauvres, l’association a complété son étude d’une enquête approfondie sur la question spécifique de l’aide alimentaire et de l’accès à l’alimentation, à travers une enquête menée auprès de 1 088 ménages qui ont eu recours à l’aide alimentaire d’urgence allouée par le Secours Catholique durant le premier confinement, de mars à mai 2020.

La crise sanitaire a agi comme comme un puissant révélateur d’une insécurité alimentaire déjà bien ancrée pour des millions de Français. La pandémie de Covid-19 a déstabilisé des situations budgétaires déjà très serrées. Quand les maigres ressources baissent alors que les dépenses augmentent (du fait de la fermeture des cantines scolaires ou de l’augmentation des dépenses d’électricité), les privations deviennent dès lors quotidiennes.

Le Secours Catholique rappelle que la précarité alimentaire est liée à une unique constante : l’insuffisance et l’instabilité des ressources.


Le confinement et la pandémie ont bien provoqué un choc budgétaire supplémentaire chez les familles les plus pauvres, selon le Secours catholique, dans son rapport annuel 2020, publié ce jeudi 18 novembre : 30 % d’entre elles ont subi des pertes de revenus et 60 % vu leurs dépenses, par exemple de nourriture, augmenter.

Les bénévoles de cette association caritative ont, au cours de l’année, rencontré et aidé 777 000 personnes, dont près de la moitié d’enfants, et son rapport permet une plongée saisissante dans le monde de la pauvreté, en France : elle touche d’abord les familles monoparentales (29 %) et les étrangers, dont la part ne cesse d’augmenter, à 46 %, soit dix points de plus qu’en 2015 – parmi eux, un tiers sont sans papiers, un autre en demande de régularisation et le troisième en règle.

La situation des personnes aidées par le Secours catholique se dégrade : 46 % font face à des impayés, notamment de loyer, avec une dette en hausse (777 euros en moyenne en 2020, contre 756 euros en 2019) ; près du tiers d’entre eux n’ont pas de logement stable, soit, là aussi, dix points de plus qu’en 2010 – une hausse certes liée à la forte présence d’étrangers qui ont plus de mal à se loger, mais pas uniquement.

L’efficacité des mesures prises pendant la pandémie

Le constat contraste, à première vue, avec les données de l’Insee, dans son estimation avancée sur l’année 2020, publiée le 5 novembre, qui observe que le taux de pauvreté monétaire est resté stable en 2020, par rapport à 2019, à 14,6 % de la population disposant d’un revenu au-dessous du seuil de pauvreté (fixé à 60 % du revenu médian). Ainsi, 9,5 millions de personnes vivent avec moins de 1 102 euros par mois et par unité de consommation. Les

En lieu et place, le Sénat a voté à main levée, avec les seules voix du groupe LR, une majoration exceptionnelle de 150 euros de la prime d’activité, une allocation exceptionnelle de 150 euros pour les bénéficiaires de minima sociaux et de prestations sociales, ainsi qu’une dotation supplémentaire destinée aux aides à la mobilité versées au cas par cas aux chômeurs et jeunes en parcours d’insertion. M. Husson a vanté un dispositif « mieux ciblé », avec un coût pour l’Etat ramené à 1,5 milliard d’euros.

LIEN VERS LE RAPPORT :

https://newsletter.liberation.fr/m/surl/200138/513156/sxlwnhXEuvZYeV7-Arw3JnFKF-B12viezBEiZxMr5xU=/link_5/zazzdJNljhiFOUYm3eHlZ0NovCtFlac+2bGikZFtJb4a1w-w0MI4XZDISbWfU8qGftd4-Huxv0q50CKfCHimAiCj00ywblVVItmIT8FL9zyiTQxPKDwM8dcDQdn7+o1GOhqTGIl4U1xXkKMgIGvgtp88HfuGLCDKTUC9WeTep9gH5g6haHF0mHFPbOn8rAzLbSTN-XNbu5RJGTYsAcO12rzVwy960usE9TEbiemaY6+GoW+itM-kJq3-zTRPV6FU-j7JJ7PIqbKQUMEmXzPRfY7lspBDT2aVLgK5IhGRHn3J-0ipLcdnzKJvo-TSngNu6hntjJ09BNrK1UEn2MEl0uc4+OxX3tgjzpux9U9vHUU=

1 FRANÇAIS SUR 5 TOUCHÉ PAR LA PAUVRETÉ : QUAND FR.STRATÉGIE CORRIGE UNE NOUVELLE FOIS L’INSEE.

C’était notre publication du 7 septembre 2021 https://metahodos.fr/2021/09/07/un-francais-sur-cinq-concerne-par-la-pauvrete/

Les mesures des inégalités faites par Fr. Stratégie conduisent à doubler celles faites par L’Insee !

NOUS ECRIVIONS :

« Nous vous proposons l’article des Echos qui évoque une enquête de France Stratégie publiée il y a quelques jours qui apporte un éclairage complémentaire aux etudes de l’Insee sur ce sujet sensible.

L’organisme rattaché à Matignon s’est intéressé a dépasser le seul pouvoir d’achat calculé par l’Insee. Fr. STRATÉGIE a examiné les dépenses dites « pré-engagées » des ménages – c’est-à-dire « engagées par contrat et difficilement renégociables à court terme », comme le loyer, les assurances, les abonnements au téléphone et à Internet, les remboursements d’emprunts.

« Les inégalités, écrit Nathaie Silbert, en termes de revenu arbitrable, c’est-à-dire en termes de budget disponible après paiement des dépenses pré-engagées, sont presque deux fois plus fortes que les inégalités en termes de niveau de vie », souligne France Stratégie. »

Les sommes pré engagées sont passées de 27 % de la dépense totale des ménages en 2001 à 32 % en 2017, ( en patyiculiet, alourdissement du budget logement : loyer, charges, remboursement d’emprunts). Le poids de ces dépenses s’est surtout alourdi pour les ménages modestes. Pour eux, les dépenses pré-engagées représentaient 41 % de la dépense totale en 2017, contre 28 % pour les foyers aisés.« 

EXTRAIT DE L’ARTICLE DES ECHOS :

« En 2019, en France métropolitaine, une personne sur cinq était en situation de pauvreté monétaire ou de privation matérielle et sociale, selon une étude de l’Insee. Les familles monoparentales ou frappées par le chômage sont particulièrement touchées.

C’est un thème qui s’invitera probablement pendant la campagne présidentielle , dans le sillage des débats sur le pouvoir d’achat des Français. En 2019, soit avant même le début de la crise du Covid, une personne sur cinq était en situation de pauvreté monétaire ou de privation matérielle et sociale en métropole, selon une étude de l’Insee publiée ce mercredi.

Pour alimenter leurs travaux, les auteurs se sont appuyés sur l’indicateur européen de privation matérielle et sociale. En 2019, 13,6 % des Français disposaient d’un revenu inférieur à 1.063 euros pour une personne seule et donc étaient considérés « à risque de pauvreté monétaire », un indicateur classique. Par ailleurs, indicateur moins suivi, 13,1 % étaient confrontés à des difficultés de paiement, de logement, de consommation. Et étaient donc pauvres au sens non monétaire (ou en condition de vie). Deux façons donc de mesurer la pauvreté en France, 5,7 % étant touchés par les deux formes du phénomène.« 

VOIR CERTAINES DE NOS PUBLICATIONS RELATIVES À LA PAUVRETÉ, PRIORITÉ NATIONALE SELON NOUS :

POUVOIR D’ACHAT : CONTRE VERITES ET APPROXIMATIONS. LA FRANCE AU 15° RANG EUROPEEN https://metahodos.fr/2021/11/17/pouvoir-dachat-contre-verites-et-approximations/

NI DÉTÉRIORATION DU POUVOIR D’ACHAT, NI HAUSSE DES INÉGALITÉS DE REVENU DEPUIS 30 ANS ? VRAIMENT ? MAIS QUID DES INÉGALITÉS RÉELLES ? MAJ DU 5 8 31 https://metahodos.fr/2021/08/04/les-inegalites-saccroissent-elles-vraiment/

JACQUES LÉVY, « LA PAUVRETÉ EST MAXIMALE DANS LES CENTRES DES GRANDES VILLES ». https://metahodos.fr/2021/03/24/selon-le-geographe-jacques-levy-la-pauvrete-est-maximale-dans-les-centres-des-grandes-villes/

INÉGALITÉS ET PAUVRETÉ: POISON MORTEL POUR NOTRE DÉMOCRATIE ET NOTRE PROSPÉRITÉ INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE https://metahodos.fr/2020/12/25/le-creusement-des-inegalites-de-revenus-ce-poison-mortel-pour-notre-democratie/

BLANCHE GARDIN ET AGNÈS B.: « L’ABBÉ PIERRE NOUS MANQUE, ON AVAIT BESOIN DE SES GUEULANTES » https://metahodos.fr/2020/12/18/blanche-gardin-et-agnes-b-labbe-pierre-nous-manque-on-avait-besoin-de-ses-gueulantes/

L’ ÉTAT STATISTIQUE DES INÉGALITÉS EN FRANCE https://metahodos.fr/2020/06/05/l-etat-statistique-des-inegalites-en-france/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :