Aller au contenu principal

CE QU’UN ANCIEN PRÉSIDENT NE DEVRAIT PAS FAIRE ? « Vous savez que c’est Arnaud Lagardère, votre patron ? »

« « Vous savez que c’est Arnaud Lagardère, votre patron ? » : comment Nicolas Sarkozy fait pression sur des éditeurs »

Titre Le Monde hier soir.

Extrait du journal LE MONDE parRaphaëlle Bacqué etAriane Chemin

« Depuis 2021, année de son entrée au conseil d’administration de Lagardère, l’ancien chef de l’Etat n’hésite pas à intervenir au sein du groupe pour surveiller les livres et les médias parlant de lui et de ses « affaires ». »

« Les anciens présidents s’occupent parfois bien différemment qu’on ne l’imagine. Ainsi, on pourrait croire Nicolas Sarkozy le nez sur la présidentielle, occupé à faire lanterner Valérie Pécresse ou à calculer l’opportunité d’un éventuel ralliement à Emmanuel Macron. Ou alors, penché sur l’invasion de l’Ukraine, lui qui a côtoyé Vladimir Poutine et rappelle, sur son CV d’administrateur du groupe Lagardère, qu’il est membre du conseil consultatif de Reso-Garantia, la plus grosse société d’assurances russe. Mais non, Nicolas Sarkozy consacre beaucoup d’énergie à l’une de ses nouvelles occupations : surveiller et punir le petit monde de l’édition. »

« Son entrée en scène au cœur de ce milieu qu’il connaît mal remonte au printemps 2021. L’ex-chef de l’Etat compose le numéro de téléphone de la directrice des éditions Fayard, Sophie de Closets. « J’attends les excuses de cette dame », clame-t-il depuis des semaines dans tout Paris. Sonnerie dans le vide. Il rappelle, plus agacé encore. « Madame de Closette », ainsi qu’il l’appelle en faisant claquer la dernière syllabe, comprend vite qu’il ne s’agit pas d’un coup de fil de courtoisie mais d’une soufflante. Comme à chaque fois qu’il veut déstabiliser ses interlocuteurs, M. Sarkozy écorche volontairement leur nom. Sidérée par cette violence, Sophie de Closets (qui n’a pas voulu répondre aux questions du Monde) enregistre la conversation. »

« Une douzaine d’affaires »

« Depuis des mois, l’ex-chef de l’Etat ferraille contre la justice mais aussi contre les enquêtes de journalistes qui le mettent en cause dans une douzaine d’affaires. A l’époque, il vient d’être condamné en première instance à trois ans de prison, dont un an ferme, dans le dossier des écoutes (l’« affaire Bismuth »)avec son avocat Thierry Herzog. C’est maintenant le tour de l’affaire Bygmalion, liée au financement de sa campagne de 2012. Or, il a appris à la veille du procès, par Le Canard enchaîné du 17 mars 2021, que Jérôme Lavrilleux, l’ex-directeur de cabinet de Jean-François Copé, avait largement nourri les ouvrages consacrés aux déchirements de la droite, que deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, ont fait paraître chez Fayard : La Haine. Les années Sarkoen 2019, et Apocalypse. Les années Fillon,en 2020. Ces deux enquêtes ont été publiées sous la direction de Sophie de Closets, qui a rémunéré Lavrilleux, indique l’hebdomadaire. Un dédommagement pour un livre qu’il avait commencé lui-même sans l’achever, dit-elle, mais Sarkozy y voit un complot ».

2 réponses »

  1. Le Monde de ce jour :

    Sophie de Closets quitte la présidence des éditions Fayard

    Entrée dans le groupe Hachette Livre en 2004, elle avait été nommée dix ans plus tard à ce poste, à l’âge de 35 ans.

    Normalienne, agrégée d’histoire, Sophie de Closets avait été recrutée en 2004 par Fayard, comme éditrice, avant d’être nommée directrice littéraire en charge de la non fiction en 2010, puis directrice éditoriale au 1er janvier 2013. HACHETTE

    Le groupe Hachette Livre a annoncé, dans un communiqué, le départ de Sophie de Closets du poste de présidente-directrice générale des éditions Fayard, jeudi 24 mars. Entrée dans le groupe en 2004, elle avait été nommée dix ans plus tard à ce poste, en janvier 2014, à l’âge de 35 ans. Aujourd’hui « désireuse d’aborder une nouvelle phase de sa carrière », elle s’était notamment fait remarquer pour avoir décroché l’édition française des très convoités mémoires de Barack et Michelle Obama, en 2017.

    « J’ai passé dix-huit merveilleuses années au sein du groupe Hachette où j’ai appris le métier d’éditeur et où j’ai pu l’exercer dans des conditions exceptionnelles », fait-elle savoir dans ce communiqué.

    Dans une enquête publiée mercredi, Le Monde relatait comment Nicolas Sarkozy, ami d’Arnaud Lagardère, propriétaire du groupe, affirmait « s’occuper » du sort de l’éditrice après la publication de livres lui ayant déplu.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :