Aller au contenu principal

La démocratie comporte-t-elle un risque de retournement ?

Le risque de la tyrannie de la majorité :

Comme si la démocratie comportait un risque de retournement. Écoutons l’émission de France Culture du 14 avril 2022

Émission

Pourquoi la démocratie est-elle menacée de l’intérieur ?

Réécouter Pourquoi la démocratie est-elle menacée de l’intérieur ?

LIEN VERS L’ÉMISSION :

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=6b20244f-576c-4cf0-897a-504acdfb2f5f

À retrouver dans l’émissionLE POURQUOI DU COMMENT : PHILO par Frédéric Worms

Alexis-Henri-Charles Clérel, comte de Tocqueville, philosophe politique, fut celui qui incarna toutes les contradictions de la pensée démocratique en France, au XIXe siècle. Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Il y a un paradoxe de la démocratie que l’on peut résumer par une grande figure philosophique et politique qui, en France, au XIXe siècle a incarné toutes les contradictions de la pensée démocratique qui travaille encore aujourd’hui notre société : cette figure est celle d’Alexis de Tocqueville, célèbre notamment pour deux ouvrages, De la démocratie en Amérique, écrit en 1835, après un voyage aux Etats-Unis d’Amérique, et un autre, L’Ancien Régime et la révolution paru en 1856, et qui porte sur la Révolution française, qui ébranla la vie individuelle et familiale de Tocqueville autant que la vie collective et nationale.

Tocqueville définit la démocratie non pas comme un principe politique ou un régime, mais d’abord comme une idée morale et historique

Quelle est la tension qui est au cœur de la pensée de Tocqueville et qui travaille encore nos sociétés ?

Tocqueville définit la démocratie non pas comme un principe politique ou un régime, une constitution, mais d’abord comme une idée morale et historique, l’idée de l’égalité entre les humains, une idée qui va définir l’histoire pour les siècles à venir, une idée qui remplace la Providence divine ;

une idée qui oriente toutes nos actions – la revendication de l’égalité entre les humains – et qui va définir l’ensemble des revendications sociales.

Et elle aura quelque chose d’irrésistible entre les citoyens, entre les humains, en général.

Pour Tocqueville, c’est un mouvement irréversible, même s’il le regrette. Car il y a selon lui, à côté de ce destin démocratique irréversible, un risque intérieur, ce qu’il définit dans De la démocratie en Amérique, comme le risque de la tyrannie de la majorité – comme si la démocratie comportait un risque de retournement (…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :