Aller au contenu principal

SUISSE. « DÉMOCRATIE IMPARFAITE » PLUTÔT QUE « DICTATURE EN VOIE D’ÊTRE PARFAITE »

L'invitée de La Matinale (vidéo) - Pascal Couchepin lance un appel à défendre la liberté et la démocratie

L’invité de La Matinale de RTS Pascal Couchepin lance un appel à défendre la liberté et la démocratie

« La démocratie est une fleur fragile », estime l’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin. Face à l’agression russe en Ukraine, cinquante-cinq personnalités du monde de l’économie, de la science, de la politique, de la société civile et de la culture ont lancé lundi en Suisse un appel pour la démocratie.

ARTICLE

« Mieux vaut une démocratie imparfaite qu’une dictature en voie d’être parfaite »

Propos recueillis par Frédéric Mamaïs

Pascal Couchepin était l’invité de La Matinale de la RTS. Pour l’ancien conseiller fédéral, la démocratie doit être constamment améliorée. Il fait partie des personnalités qui appellent à se « lever pour la démocratie ». Parmi les autres signataires, on retrouve des célébrités du monde économique, scientifique, culturel, mais surtout politique. Outre Pascal Couchepin, sept autres anciens conseillers fédéraux, dont Micheline Calmy-Rey et Doris Leuthard, ont rejoint l’appel.

Le texte signé s’inspire du préambule de la Constitution suisse, en y reprenant certaines phrases : « seul est libre qui use de sa liberté » ou encore « la force de la communauté se mesure au bien-être des plus faibles de ses membres ».

La démocratie en temps de guerre

L’appel a été lancé la veille du 24 mai, trois mois après le début de l’invasion russe, à l’institution culturelle du Stapferhaus de Lenzburg, a indiqué l’association « #StandUp4Democracy« .

Pour Pascal Couchepin, « l’Ukraine est une démocratie imparfaite, mais mieux vaut une démocratie imparfaite qu’une dictature en voie d’être parfaite, c’est-à-dire en train de créer des camps d’internement pour tous ceux qui s’y opposent ».

L’appel ne formule aucune mesure concrète. Un choix des initiants, pour qui le temps est d’abord à l’éveil des consciences, après trois mois de guerre. Mais « ce qui fait le fondement même de la vie sociale et politique en Suisse, c’est la conviction que la démocratie est meilleure en soi et qu’on doit constamment l’améliorer », plaide Pascal Couhepin. « Un certain nombre de gens commencent à se dire que la démocratie a aussi des défauts, qu’il y a aussi des brins de corruption » et se laissent tenter par les modèles de démocraties illibérales, « qui sont en réalité des dictatures avec des apparences de démocratie », poursuit l’ancien conseiller fédéral. 

La responsabilité de la Suisse

Sur le thème de la guerre en Ukraine, le Valaisan estime que la neutralité est un mélange « d’idéal, d’intérêt de conviction et de pragmatisme ou d’efficacité ». « On essaie de ne pas participer à des alliances », mais en matière de sanctions, « si un seul pays fait bande à part, en réalité il soutient celui qui doit être puni », indique Pascal Couchepin. Il estime également qu’il faut apporter de l’aide à la reconstruction de l’Ukraine comme par exemple réhabiliter le réseau ferroviaire ukrainien.

>> Ecouter aussi le sujet de La Matinale sur l’appel « #StandUp4Democracy »

Un panneau indiquant l'entrée d'un bureau de vote.

La Matinale

Propos recueillis par Frédéric Mamaïs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :