Aller au contenu principal

LES LÉGISLATIVES DANS LA PRESSE ÉTRANGÈRE

La presse allemande et italienne met en avant les bons résultats de Marine Le Pen et de son parti.

La défaite de la majorité présidentielle aux élections législatives ne passe pas inaperçue dans les médias étrangers. Si certains soulignent, comme en France, la « gifle » que ce scrutin constitue pour le président français, la presse allemande et italienne met en avant les bons résultats de Marine Le Pen et de son parti.

ARTICLE

Législatives : la presse étrangère frappée par la défaite de Macron et les résultats du RN

Par Claude Fouquet LES ÉCHOS

Publié le 20 juin 2022 à 10:06Mis à jour le 20 juin 2022 à 13:48

S’ils font rarement la Une de la presse étrangère, ce lundi matin, les résultats des élections législatives françaises ne sont pas passés sous silence. Mais ils ne semblent pas faire recette auprès des éditorialistes.

Les médias britanniques restent ainsi plutôt modérés et prennent acte de la défaite de la majorité présidentielle et du fait qu’il sera sans doute plus difficile de gouverner pour Emmanuel Macron. En Suisse, en revanche, le ton rejoint largement celui des éditorialistes français.

Médias allemands et italiens soulignent l’avancée du RN

Outre-Rhin, la défaite d’Emmanuel Macron est durement ressentie. « L’échec de Macron aura des conséquences massives pour l’Allemagne », estime ainsi « Die Welt » qui souligne au passage que l’ancienne chancelière Angela Merkel a sans doute une part de responsabilité de fait de son attitude vis-à-vis du président français. Pour le quotidien allemand, le Rassemblement national de Marine Le Pen est « le vrai vainqueur de cette élection ». Et les résultats de dimanche signent sans doute « la fin du macronisme », après seulement cinq ans d’existence.

LIRE AUSSI :

« Un président défait, une gauche renforcée, une Marine Le Pen triomphante et aucune majorité », explique de son côté « Die Zeit » en soulignant lui aussi que « la plus grande surprise de ces résultats » n’est pas le succès de Nupes mais celui de Marine Le Pen. Et de résumer le nouveau visage de l’Assemblée nationale : « les forces de gauche au parlement français se sont déplacées davantage vers la gauche ; la droite plus à droite. Et Macron a perdu ».

LIRE AUSSI :

Vue d’Allemagne, la « claque » de Macron est une bonne nouvelle pour la démocratie

En Italie, le ton est tout aussi dur pour Emmanuel Macron, mais plus que les résultats de l’union menée par Jean-Luc Mélenchon, ce sont les résultats du Rassemblement national qui interpellent les journaux italiens. « Un président handicapé, otage des extrêmes », résume « La Stampa », qui illustre ses propos avec une image souriante de Marine Le Pen. Et de souligner qu’avec leurs votes, le RN et la Nupes « pourront bloquer le gouvernement ». Tandis que le « Corriere della Serra » estime que « Macron s’effondre » alors que dans le même temps « Le Pen passe de 8 à 89 sièges » à l’Assemblée. Et d’ajouter par ailleurs que les députés élus sous l’étiquette Nupes et « qui font leur entrée à l’Assemblée nationale promettent de transformer le parlement en une véritable scène de spectacle. Mélenchon a désormais ressuscité non seulement la gauche, mais aussi l’opposition ».

Le score obtenu par le camp de Marine Le Pen est également mis en avant en Belgique où « Le Soir » titre sur « une énorme vague RN dans une France ingouvernable ». « C’est le scénario du pire » pour Emmanuel Macron, estime ainsi la correspondante à Paris du quotidien belge. « Emmanuel Macron pensait que le danger viendrait de sa gauche. Mais l’orage est aussi venu – et avec quelle force ! – de l’extrême droite », explique-t-elle encore. Tandis que de son côté, « La Libre Belgique » estime, dans son éditorial que c’est une « triste soirée pour l’Europe ».

La presse espagnole inquiète pour la démocratie

En Espagne si des élections font la Une des principaux quotidiens, ce ne sont pas celles qui ont eu lieu en France mais celles qui se sont déroulées en Andalousie . Pour autant, le nouveau paysage politique français inquiète. Si El Mundo y voit « le début de la fin du macronisme », son concurrent El Pais pointe du doigt le danger d’une telle situation.

Si ce nouveau paysage politique peut avoir des retombées positives et notamment en conduisant le futur gouvernement à être « plus attentif à la complexité du pays » et d’une certaine manière à devenir « plus efficace ». Mais, avertit El Pais, « le risque, cependant, pour Macron et pour la France, est qu’au lieu de relancer la démocratie, la nouvelle Assemblée nationale contribue à son blocage si elle devient une simple caisse de résonance des colères sociales et une plateforme d’agitation antisystème. Le risque d’ingouvernabilité va s’accroître ».

« La France ouvre une nouvelle page de son histoire politique très divisée, avec un chef d’Etat détesté et un effondrement historique des forces politiques traditionnelles, remplacées par une extrême gauche populiste et une extrême droite, un rejet social croissant des institutions », résume de son côté le quotidien ABC.

Les quotidiens suisses anticipent des blocages

Proximité oblige, la presse suisse adopte un ton qui rappelle largement celui des médias français. Si « Le Matin » reste tempéré en soulignant que « Macron se retrouve dans une situation très délicate », de son côté « Le Temps » prédit des « blocages monstres en vue pour le second quinquennat d’Emmanuel Macron ».https://209ef5b0b39bd92d49f5a78629549919.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html?n=0

Et souligne que les résultats des législatives aboutissent à « une claque » pour le chef de l’Etat. « Affaibli, Macron est condamné aux compromis », explique de son côté « La Tribune de Genève ». Tandis que son éditorialiste, Malika Nedir, dénonce « Macron et le péché d’orgueil ».

La presse britannique anticipe des débats parlementaires houleux

« Les difficultés intérieures s’accumulent pour Emmanuel Macron » explique le média britannique « The Guardian » insistant sur le fait que l’atmosphère à venir au Parlement français sera sans doute plus échauffée que lors du premier mandat de président de la République. Alors même que des dossiers importants doivent être examinés dès cet été.

Même son de cloche dans les colonnes du « Financial Times » qui voit Emmanuel Macron contraint de nouer des alliances et ses ministres confrontés à des situations houleuses lors des futurs débats parlementaires.

Les médias américains soulignent l’aspect historique de la défaite de la majorité

Outre Atlantique, le « Washington Post » souligne quant à lui que le résultat de ce second tour, est « l’un des pires résultats obtenu » par un président réélu. Même son de cloche dans les colonnes du « New York Times » qui rappelle que c’est « la première fois en 20 ans qu’un président nouvellement élu ne parvient pas à obtenir la majorité absolue au parlement ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :