Aller au contenu principal

LA PARTICIPATION CITOYENNE POUR PRÉVENIR LA DÉLINQUANCE

Les maires signataires aux côtés de la Préfète, Chantal Mauchet et du Commandant du groupement de gendarmerie, le Colonel Stéphane Authier. DDM E.T.

Les maires signataires aux côtés de la Préfète, Chantal Mauchet et du Commandant du groupement de gendarmerie, le Colonel Stéphane Authier. DDM E.T.

ARTICLE

26 communes misent sur la participation citoyenne pour prévenir la délinquance

Publié le 05/07/2022 LA DÉPÊCHE

26 maires ont signé des protocoles de participation citoyenne avec la préfète et le commandant du groupement de gendarmerie pour développer une culture de la prévention de la délinquance.

Dans la continuité du Conseil départemental de prévention et de délinquance et de la radicalisation qui s’est tenu à huis clos à la Préfecture, vingt-six maires ont signé des protocoles de « participation citoyenne » pour développer une culture de la prévention de la délinquance auprès des habitants (1). Ces conventions ont été signées par les élus, par la préfète, Chantal Mauchet et le colonel commandant le groupement de gendarmerie de Tarn-et-Garonne, Stéphane Authier.

« Ce dispositif vise à favoriser le rapprochement entre les forces de sécurité de l’état, les élus locaux et la population, à développer une culture de la prévention de la délinquance, ainsi qu’à améliorer les conditions d’exercice des missions dévolues aux forces de sécurité », a commenté la préfète.

Et le colonel de préciser l’esprit. « En aucun cas, il ne s’agit de se substituer à l’action des services de gendarmerie nationale. Ce n’est pas de la délation, mais une action de citoyen responsable. »

Un total de 50 communes

Ce dispositif basé sur la « solidarité de voisinage » reprend l’esprit de « Voisins vigilants », mis en place en zone police dans les grandes villes, à Montauban notamment. À ceci près que les maires ont été incités à trouver des référents citoyens capables d’alerter les forces de sécurité de tout événement suspect ou de tout fait de nature à troubler la sécurité des personnes et des biens dont ils seraient les témoins.

Des formations à la gestion des incivilités seront proposées et une charte d’engagement sera signée entre le maire et les référents volontaires pour définir les limites de leur intervention et garantir le respect des droits et des libertés individuelles.

50 communes sur les 193 du département sont entrées dans ce dispositif, 24 ayant déjà souscrit à cette mesure lors d’une première vague.(1) Les communes : Finhan, Montech, Saint-Georges, Réalville, Puylaroque, Piquecos, Montpezat-de-Quercy, Montfermier, Monteils, Montastruc, Montalzat, Saint-Vincent d’Autejac, Lavaurette, Labastide-de-Penne, Molières, Mirabel, L’Honor-de-Cos, Lamothe-Capdeville, Labarthe, Cayriech, Cayrac, Caussade, Villemade, Vazerac, Septfonds et Auty.

« Des interventions jamais anodines »

Le Colonel Stéphane Authier a dressé un rapide bilan de l’activité en matière de délinquance. « Après deux années marquées par le Covid, qui a généré moins d’activité mais une augmentation des atteintes aux personnes, notamment les violences intrafamiliales, on a retrouvé la volumétrie de l’activité enregistrée en 2019. On note une recrudescence des atteintes aux biens, avec par exemple des vols de carburant et de métaux, notamment dans des exploitations agricoles. Nous constatons également un état d’énervement exacerbé sur le territoire et nos interventions ne sont jamais anodines. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :