Aller au contenu principal

PRINTEMPS STUDIEUX AVEC METAHODOS : UNE PENSÉE DECOLONIALE

Émission

Qu’est-ce qu’une pensée décoloniale ?

Lundi 8 mai 2023 FRANCE CULTURE

Née en Amérique latine, la pensée décoloniale se distingue du postcolonialisme, ou encore des subaltern studies. Prenant la “conquête” de l’Amérique en 1492 pour prémisse, elle revendique une déconstruction de la modernité et de l’eurocentrisme, ainsi qu’une approche intersectionnelle des luttes.

Avec

  • Sonia Dayan-Herzbrun sociologue, philosophe et professeure émérite à l’université de Paris
  • Lissell Quiroz historienne et professeure d’études latino-américaines à CY Cergy Paris Université
  • Philippe Colin maître de conférences en civilisation de l’Amérique latine à l’université de Limoges
  • Mouhamadou El Hady Ba enseignant-chercheur en philosophie à l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar

Caraïbe, Afrique, Amérique latine : philosopher au Sud. Tel est le thème de cette série d’émissions au cours de laquelle la démarche dite « décoloniale » n’est pas contournée. Si elle fait parfois polémique, c’est principalement lorsqu’elle n’est connue que de loin. Il s’agit donc d’étudier la pensée décoloniale de très près afin de voir ce qu’elle a à nous apprendre. Dans le premier épisode de cette série, Géraldine Muhlmann et ses invité.e.s se demandent précisément ce qu’est une pensée décoloniale.

Une pensée décoloniale française

Sonia Dayan-Herzbrun insiste sur l’importance de Frantz Fanon, auxquels beaucoup d’auteurs du décolonial se réfèrent à travers le monde. Ainsi, contrairement à l’idée selon laquelle il s’agirait d’une théorie importée, « il existe bien une pensée décoloniale française provenant de la Martinique« . Comme le souligne la philosophe, « le mouvement décolonial est un mouvement mondial, qui met l’accent sur la manière dont la colonisation a pesé sur les esprits et les affects« . L’objectif de cette pensée est largement politique : « le décolonial permet à ceux qui ont été colonisés d’essayer de se défaire de ces chaînes« , de se définir comme des « je » et « devenir des sujets producteurs de connaissance« .

Le moment 1492

Depuis les mouvements de décolonisation des années 1950-1960, Lissell Quiroz remarque que nous pensons la colonisation au prisme de l’Afrique et du sous-continent indien. C’est dans ce contexte qu’émergent les études subalternes et les études postcoloniales. Tandis que les premières cherchent à « approcher le point de vue de ceux qui ont été colonisés« , les secondes « posent surtout la question de l’infériorisation du monde dit ‘oriental’, barbare« . Les penseurs décoloniaux changent la perspective, et montre que la colonialité ne commence pas au 17e siècle en Amérique, mais bien avant, en 1492. De plus, « ces formes de domination ne finissent pas avec les indépendances« .

Un « ethnocide » en Amérique

Le colonialisme n’est qu’une des manifestations possibles d’une structure plus profonde qu’est la colonialité. Comme le rappelle Philippe Colin, ce terme apparaît pour la première fois dans un article d’Anibal Quijano publié en 1992. C’est en effet à cette date que « l’Espagne et un certain nombre de pays d’origine latine, sous l’égide de l’UNESCO, organisent les 500 ans de la découverte de l’Amérique« . Des communautés autochtones vont alors « se rebeller massivement contre cette interprétation de l’histoire« . Contre le mythe d’une « rencontre entre deux mondes« , ils affirment qu’il s’agit d’un « très long génocide, un ethnocide, qui se perpétue encore aujourd’hui« .

Des matrices communes ?

D’abord sceptique quant à la possibilité de tisser des liens entre toutes les formes de domination, Mouhamadou El Hady Ba remarque que « la systématisation de la pensée capitaliste n’aurait pas été possible sans le développement vertigineux de l’Europe » aux 16e et 17e siècle, lequel « repose sur la colonisation« . De la même manière, le traitement des pays anciennement colonisés et devenus indépendants est révélateur. « Un pays à majorité noire sera « naturellement » considéré comme un pays du Sud », et inversement. Avec des conséquences à la fois sur « le plan économique, épistémologique, politique, géopolitique« , qui soulignent que « la matrice de la race est toujours à déconstruire« .

À réécouter : Peut-on connaître la racine de la domination ?

Avec philosophieÉCOUTER PLUS TARD

58 min

L’émission est à écouter dans son entièreté en cliquant sur le haut de la page.

Sonia Dayan-Herzbrun, sociologue, philosophe et professeure émérite à l’université de Paris. Elle co-dirige la revue Tumultes et est membre de la Caribbean Philosophical Association, qui lui a décerné en 2016 le Prix Frantz Fanon pour son œuvre et sa carrière.

Elle a notamment dirigé et publié :

Lissell Quiroz, historienne et professeure d’études latino-américaines à CY Cergy Paris Université. Ses recherches portent sur l’histoire des femmes, de la santé et des féminismes en Amérique latine.

Elle a notamment publié :

Philippe Colin, maître de conférences en civilisation de l’Amérique latine à l’université de Limoges. Spécialiste de la Colombie, ses travaux portent sur la construction des altérités nationales.

Il a notamment publié :

Mouhamadou El Hady Ba, docteur en sciences cognitives de l’EHESS et enseignant-chercheur en philosophie à l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar où il développe un enseignement en épistémologie intégrant les théoriciens du Sud Global.

Références sonores

  • Archives d’Aimé Césaire, conférence « Racisme et culture » au Congrès international des écrivains noirs, 1956.
  • Lecture par Aïda N’Diaye d’un extrait de Anibal Quijano, «  »Race » et colonialité du pouvoir », 2007. Traduction de l’espagnol par Jim Cohen d’un article paru sous le titre « ¿Que tal raza ? » dans Rio Abierto (Pérou), 2004.
  • Chanson de fin d’émission :  « Sankara » de JP Manova, issue de l’album 19h07 sorti en 2015.

Le Pourquoi du comment : philosophie

Toutes les chroniques de Frédéric Worms sont à écouter ici.

À réécouter : Comment définir la sexualité ?

Le Pourquoi du comment : philo ÉCOUTER PLUS TARD

3 min

L’équipe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :