Aller au contenu principal

Edouard Philippe a donné la démission du gouvernement au président de la République

Extrait de 20 Minutes 7 7 2020

Le Premier ministre français Edouard Philippe a remis ce vendredi la démission de son gouvernement au président Emmanuel Macron, qui l’a acceptée, a annoncé le Palais de l’Elysée, qui a indiqué qu’un Premier ministre serait nommé « dans les prochaines heures ».

« M. Edouard Philippe a remis ce jour la démission du gouvernement au Président de la République, qui l’a acceptée. Il assure, avec les membres du gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement », indique un court communiqué de la présidence.

L’activité parlementaire a été interrompue

En conséquence, le Conseil des ministres, prévu vendredi matin, ne se tiendra pas. La composition du nouveau gouvernement devrait être connue avant mercredi, date du prochain Conseil des ministres, selon son entourage. Toute activité ministérielle a aussitôt été interrompue. A l’Assemblée, où était examiné le troisième projet de budget rectifié, la séance a été suspendue. Du fait de la démission du gouvernement, « nous allons interrompre nos travaux », a indiqué le président de séance Hugues Renson (LREM), alors que le secrétaire d’Etat Cédric O était présent.

Emmanuel Macron avait réaffirmé en avril vouloir « se réinventer » mais sans « renier » les réformes du début du quinquennat, laissant planer le doute sur le maintien ou non d’Edouard Philippe, son Premier ministre depuis le début du quinquennat. « Le cap sur lequel je me suis engagé en 2017 reste vrai », a-t-il réaffirmé jeudi dans une interview.

Depuis le début du quinquennat, Edouard Philippe a toujours été reconduit mais au total 17 ministres ont quitté le gouvernement, dont 13 démissionnaires, la dernière en date était Agnès Buzyn. Le prochain gouvernement sera chargé d’appliquer le « nouveau chemin » qu’Emmanuel Macron a commencé à dessiner, avec une priorité sur la politique de santé, le grand âge et un plan pour la jeunesse. Un changement qui s’annonce dans la continuité avec notamment la remise en chantier de la réforme des retraites.

Présentation par 20 Minutes de l’interview donnée à la presse régionale:

« La réforme des retraites est-elle à mettre à la poubelle ? Non. Ce serait une erreur.» Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi dans un entretien avec les quotidiens régionaux vouloir remettre en chantier la réforme des retraites, mais « transformée », et demandé la reprise des négociations avec les partenaires sociaux dès cet été.

Il a aussi laissé entendre qu’il était favorable à un allongement de la durée des cotisations, un paramètre jusqu’ici écarté.

« Cette réforme ne peut pas être reprise de manière inchangée à la sortie de crise, mais la question du nombre d’années pendant lesquelles nous cotisons demeure posée », a-t-il dit. « Nous ne pouvons pas être un pays qui veut son indépendance, la reconquête sociale, économique et environnementale et être un des pays où on travaille le moins tout au long de la vie en Europe ».

« La deuxième ligne » gagnerait à un système à points

En revanche, interrogé sur le maintien ou non de l’âge pivot à 64 ans, cher à son Premier ministre Edouard Philippe, il a seulement répondu : « je suis ouvert à ce que (la réforme) soit transformée ». Il a aussi réaffirmé que « la deuxième ligne, les livreurs, les caissières » est « la France perdante du système de retraite actuel » qui gagnerait à un système universel par points.

Mais le deuxième sujet, a-t-il poursuivi, sera celui des « équilibres financiers ». « Je demanderai au gouvernement de réengager rapidement une concertation en profondeur, dans un dialogue de responsabilité associant les partenaires sociaux dès l’été sur ce volet des équilibres financiers », a-t-il dit. « Il faut que tout cela soit mis sur la table » mais « il n’y aura pas d’abandon d’une réforme des retraites », a-t-il insisté.

Il faut « se préparer » à une rentrée économique « très dure »

Sur l’ensemble de ses réformes engagées, Emmanuel Macron a par ailleurs reconnu qu’il avait « (s) a part de maladresse. J’ai parfois considéré qu’il fallait aller vite sur certaines réformes ».

Au cours de cet entretien, le chef de l’Etat a annoncé ses priorités pour l’étape suivante de son quinquennat : la santé, le grand âge, et les jeunes. Il a encore appelé à « se préparer » à une rentrée économique « très dure ». Interrogé sur l’avenir d’Edouard Philippe à la tête du gouvernement, il a salué « une relation de confiance unique » avec son Premier ministre, sans indiquer s’il le maintient comme à son poste dans les jours qui viennent. « Depuis trois ans à mes côtés, il mène avec les gouvernements successifs un travail remarquable », a-t-il souligné.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :