Aller au contenu principal

Futur antérieur, suite: la France de 2025 vue en 2015

BILLET

2020 « vu » en 2010

Nous avons publié hier un article de 2010 anticipant 2020: comment imaginait-t-on, il y a 10 ans, la situation d’aujourd’hui. LIEN: https://metahodos.fr/2020/08/12/article-de-2010-la-france-en-2020-comment-nous-allons-rebondir-lecture-siderante/

Parmi les commentaires reçus, on citera:

Jean-Roch Sergent : « Édifiant à plus d’un titre en effet cet article d’il y a 10 ans… tant ante que post Covid… 10 ans se sont écoulés, 3 Présidents et 3 majorités (de droite, de gauche, « central(e) ») et la question des meilleurs méthodologies de la réforme, de la conduite du changement collectif en France est toujours là… non résolue entière ! »

Arnaud Spicy : « Très bel article, il aurait dû être couché sur un parchemin avec de belles enluminures. Je crois que c’était un article pour se faire plaisir, il faut bien payer ses impôts et remplir la soupière non? »

Bernard DELMAS : « Et dans 10 ans on pourra le ressortir car peu de choses auront bougé… »

2025 « vu » en 2015

Aujourd’hui nous vous proposons un autre article de 2015 anticipant 2025: comment voyait-on « il y a 5 ans » seulement la France de « dans 5 ans » seulement…!

Cet article, comme le précédent, permet de voir la difficulté de la prospective tant pour l’évolution économique que pour l’action publique ( les réformes envisagées, programmées, réalisées ou non…).

Certes la crise du Covid change les choses, mais à y regarder de près les espoirs et les craintes touchent à des fondamentaux de notre société, de notre économie, de notre action publique, de nos destins individuels.

La prospective n’est-elle pas difficile parce que l’action – publique en l’occurrence – est difficile ( difficultés qui relèvent de la technique ? du courage ? de l’élaboration démocratique ?…) ?

L’optimisme des économistes et des conseillers publics du prince

Il permet également de mesurer l’optimisme des économistes et des conseillers publics du prince . Ces derniers, comme ici Jean Pisani-Ferry qui occupe les deux rôles – pourtant peu compatibles – ne contribuent-ils pas à une incantation qui conduit à la fuite en avant dans l’action publique – notamment par le report régulier et désormais systémique des réformes pourtant jugées indispensables et annoncées/promises ?

Le titre choisi pour l’article – Les progrès que nous réserve la France de 2025 – n’étonne t il pas par son optimisme et la promesse qu’il semble évoquer ?

RAPPEL : La candidature pour ‘l’Exposition Universelle de 2025 annulée

Contre toute attente, le 1° Ministre avait décidé en 2018 – après plusieurs années de préparation et une décision prise par l’exécutif – d’annuler brutalement la candidature de la France pour l’Exposition Universelle de 2025: « J’ai décidé de ne pas donner suite à la candidature de la France à l’exposition universelle, qui sera retirée ». Cela n’illustre t il pas notre propos ?

Pierre André

ARTICLE

Les progrès que nous réserve la France de 2025

PUBLIÉ LE 09/10/2015 Capital Philippe Eliakim

Nous autres Français avons une telle capacité d’auto-dénigrement que nous sous-estimons les progrès dont le pays est capable.

Heureusement notre pays compte des ressources pour se réformer et résoudre ses problèmes. Les révolutions techniques et sociales que nous réservent les dix prochaines années vont métamophoser la France.

Brrrr… Dans son rapport «Quelle France dans dix ans ? », publié en juin 2014, l’économiste Jean Pisani-Ferry met tout de suite les choses au point : «Il est possible, en quelques décennies, de passer de l’extrême pauvreté à un statut d’économie avancée ; malheureusement, il est également possible de faire le chemin inverse.» Autant dire que nous ne sommes pas à l’abri du pire…

Pas de panique, sauf grave crise financière, les choses devraient bien se passer pour nous. Certes, notre pays n’aura pas résolu tous ses problèmes en 2025, il y a même fort à parier qu’il traînera encore une partie de ses boulets. Les prévisions à si long terme tiennent un peu de la boule de cristal, mais la plupart des analystes estiment, en particulier, que les files de demandeurs d’emploi ne seront pas résorbées à cette date : juste raccourcies. Il est vrai que la population active sera passée de 28,5 à 30 millions de personnes et que la croissance aura été insuffisante pour absorber cet afflux de travailleurs. Selon le modèle Nemesis, l’activité progressera en moyenne de 1,8% par an entre 2020 et 2025.

Plus d’ingénieurs, moins de fonctionnaires…

Notre pays n’aura pas résolu tous ses problèmes, mais il ira tout de même bien mieux qu’aujourd’hui. D’abord parce que la politique de l’offre menée depuis l’an dernier, qui aura sans doute été approfondie, aura fini par porter ses fruits. Libérées d’une partie de leurs charges, débarrassées des normes absurdes qui les corsètent, affranchies des pesanteurs du Code du travail, nos entreprises pourront tailler leur route dans l’économie mondiale. Les milliers de start-up qui piaffent dans nos incubateurs seront les premières à tirer avantage de ce ballon d’oxygène. Mais les PME plus classiques profiteront, elles aussi, de l’aubaine pour gagner des parts de marché et – qui sait ? – damer le pion aux actuels leaders mondiaux.

Des touristes plus nombreux, plus de travailleurs...

SI 2025 S’ANNONCE SOURIANT, c’est aussi parce que nous aurons sans doute enfin trouvé le courage de mener les réformes indispensables. Education, protection sociale, hôpital, fonction publique, retraite, organisation territoriale… Même si une partie seulement de ce programme herculéen est réalisée, notre pays s’en trouvera plus léger. Reste le plus sympa. Plus qu’on ne peut l’imaginer, les progrès technologiques auront amélioré notre santé, assaini nos villes, rendu nos bureaux plus confortables, bref, redessiné notre environnement quotidien. Grâce aux objets connectés, nous n’aurons, par exemple, presque plus à faire la queue chez le médecin. Si vous lisez cet article dans une salle d’attente bondée, vous serez sensible à ce progrès.

Notre dossier prospective, mais réaliste, vous propose un aperçu de cette France de 2025, transformée par les réformes sociales, les innovations technologiques et des PME compétitives.

Des changements pour nos conditions de vie 

Sommaire du dossier :

>>> Le code du travail dopera l’emploi… quand il sera modernisé.

>>> Demain, on travaillera debout, couché…

>>> Ce qu’on ne pourra plus dire, ou faire…

>>> Les entreprises s’adouciront… quand elles seront dirigées par des femmes.

>>> Quand nos villes seront plus sûres et moins polluées.

>>> Bientôt, avec la médecine 3.0, nous n’aurons plus besoin d’aller chez le « docteur » !

>>> Ces PME françaises qui vont devenir des multinationales.

>>> Une police plus efficace grâce à Google et Facebook !

>>> Des élus politiques condamnés et déchus de leurs fonctions.

>>> Des innovations qui vont changer notre quotidien.

>>> Les scénarios possibles pour diminuer l’afflux de migrants en Europe.

Philippe Eliakim

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :