Aller au contenu principal

Réécrire l’histoire en prenant DE GAULLE à témoin de nos crises? « Paris valait bien une messe », les « 600 jours » méritent bien une commémoration

BILLET

Il n’est pas facile de commémorer Charles de Gaulle « Parce qu’il était habité par autre chose que lui-même »

« Cinquante ans après sa disparition, de Gaulle n’en finit pas de nous fasciner. Parce qu’il était habité par autre chose que lui-même. Par exemple, il se sentait de plain-pied avec Richelieu, figure politique et, comme lui, « serviteur de la grandeur de la France », rappelle Éric Roussel dans la Revue des Deux Mondes.

Nous avons fait une publication relative au discret triple anniversaire de Charles de Gaulle

Nous y regrettions la discrétion de cet événement… https://metahodos.fr/2020/11/05/de-gaulle-cinema-et-television-pour-un-triple-anniversaire-si-discret/

C’était oublier la capacité politicienne à réécrire sans cesse l’histoire pour habiller les turpitudes de l’action publique dont la vision est à quelques centaines de jours. ( NB: IL RESTE 485 JOURS SUR LES 600 ANNONCES PAR LE PR )

Voir par ailleurs notre publication à propos des 600 jours: https://metahodos.fr/2020/08/25/etat-durgence-pour-la-democratie-la-sauver-en-555-jours/

L’état de notre Démocratie et de notre République est tel qu’appeler le Général de Gaulle à témoin dans la double crise sanitaire et sécuritaire s’avère acrobatique.

Une manifestation est annoncée le 9 novembre pour le 50 -ème anniversaire de sa mort en présence du Président de la République. Puis une autre le 11 novembre, pour « clore l’année du centenaire de la Guerre ».

Le Président ne s’exprimera pas les 9 et 11 novembre annonce t’on, mais dès aujourd’hui l’Élysée (siège de la présidence de la République) parle.. et la presse diffuse, avec appétit, des éléments de langage:

« l’Élysée dit… »,

« le Palais présidentiel précise »

Et la presse reprend ces « langages »…

En exemple l’article de France 3 qui dévoile qu’ « il y sera question de résilience ».

«  » … »Rien ne doit nous empêcher de partager une transmission, nationale et républicaine, les cérémonies sont maintenues« , indique l’Élysée »… » »

«  »… »Faire preuve de résilience et de volonté face au tragique de l’Histoire, les temps du moment nous le disent tous les jours« , précise le palais présidentiel »… » »

«  »… »l’esprit de la République, qui avait consacré la permanence de la République« … »

«  »… »A travers cette journée, « il s’agit d’un hommage à un homme qui a incarné avec force l’esprit de la nation française, cette capacité de cet homme à rassembler autour d’un projet républicain, synthèse de deux siècles d’Histoire. faire preuve de résilience et de volonté pour doter le peuple français d’un esprit français qui a fait la preuve d’affronter l’Histoire« … » »

«  »…« La résilience, c’est de faire nation et à travers les épreuves du moment, il s’agit de faire bloc. La résilience, c’est cette capacité extraordinaire des Français, à encaisser le tragique de l’Histoire, se relever et aller de l’avant. »… » NB: cette citation présentée par France 3 désigne comme auteur : « Elysée »

«  »… »Nous sommes la France », répète souvent le président Macron, c’est à cela qu’il fait référence. Mais cette qualité de résilience, n’est pas l’exclusive de la France, ajoute l’Elysée. On ne perd jamais son temps en disant aux Français qu’ils ont des raisons d’être fiers d’être Français« … »

«  »… »Le 11 novembre, le président Macron va également clore l’année du centenaire de la Guerre. En 1920, la République avait décidé d’inhumer le soldat inconnu d’honorer le soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe. « Pour honorer des héros à hauteur d’homme qui ont su faire preuve de résilience. Ils ont fait écho à une permanence de peuple rassemblé en nation« … » »

Les éléments de langage, la parole politique en kit, le verrouillage de la communication

Nous reviendrons sur ces pratiques de fabrication et diffusion des éléments de langage. L’expression est apparue, semble t il, dans le champ médiatique à l’automne 2009, au moment de la polémique autour des velléités de Jean Sarkozy sur la présidence de l’Epad.

Voici l’article de France 3 qui illustre notre propos:

ARTICLE

Colombey-les-deux-Eglises : 50 ans après la mort de de Gaulle, Macron « célèbre la résilience » le 9 novembre

France 3 – 5 novembre 2020- –

Lundi 9 novembre, 50 ans après la mort du général de Gaulle, le président de la République, Emmanuel Macron, sera à Colombey-les-deux-Eglises, en Haute-Marne. Le programme officiel a été détaillé par l’Elysée ce 6 novembre. Il y sera question notamment de résilience face aux crises actuelles. Publié le 06/11/2020 à 14h52Mis à jour le 06/11/2020 à 15h34

50 ans après la mort du Général De Gaulle, une cérémonie aura lieu le 9 novembre 2020 à Colombey-les-deux-Eglises en présence d’Emmanuel Macron. Malgré tout, malgré la crise sanitaire, un hommage sera rendu lundi 9 novembre 2020 à l’habitant le plus célèbre de Colombey-les-deux-Eglises en Haute-Marne. Charles de Gaulle y est mort il y a tout juste 50 ans, le 9 novembre 1970,  c’était à 19h15. L’homme du 18 juin 1940 est décédé dans sa maison de La Boisserie, pris d’un malaise en faisant une réussite aux cartes. L’ancien président de la République avait 80 ans.

Il a été inhumé le 12 novembre dans le cimetière de Colombey, auprès de sa  fille Anne (1928-1948), que certains ont redécouvert sans doute dans la série diffusée sur France 2 en ce début novembre. Son cercueil avait été porté par des jeunes villageois au milieu d’une foule immense et recueillie mais en l’absence de tout officiel.

50 ans après le président de la République, le 9 novembre 2020, Emmanuel Macron est attendu sur place à Colombey, pour rendre un hommage national au chef de la France Libre. « Rien ne doit nous empêcher de partager une transmission, nationale et républicaine, les cérémonies sont maintenues », indique l’Elysée. Malgré la pandémie. Il n’y aura jamais plus de trente personnes sur l’ensemble des manifestations commémoratives. « Faire preuve de résilience et de volonté face au tragique de l’Histoire, les temps du moment nous le disent tous les jours », précise le palais présidentiel. Ce 9 novembre marquera la clôture de l’année De Gaulle, troisième temps de cette année 2020, après le 17 mai à Moncornet et après le 18 juin, marquant l’appel de Londres et l’esprit de la République, qui avait consacré « la permanence de la République ». Il n’y aura en revanche pas de discours du président. 

Parmi les 30 personnes présentes à Colombey le 9 novembre 2020, la famille du Général avec leurs petits-enfants, dont Yves de Gaulle, élus, autorités civiles et militaires. Le général Baptiste représentera les Compagnons de la Libération. L’ordre de la Libération, ce sont des individus des unités militaires et des collectivités et mairies entre lesquelles il n’y a aucune hiérarchie. 

« Résilience et volonté »

Le 9 novembre sera donc la troisième étape historique de l’année de Gaulle. A travers cette journée, « il s’agit d’un hommage à un homme qui a incarné avec force l’esprit de la nation française, cette capacité de cet homme à rassembler autour d’un projet républicain, synthèse de deux siècles d’Histoire. faire preuve de résilience et de volonté pour doter le peuple français d’un esprit français qui a fait la preuve d’affronter l’Histoire« . Il n’y aura pas de messe, mais un arrêt à La Boisserie et au cimetière, pour honorer la mémoire ainsi qu’une cérémonie militaire face à la Croix de Lorraine.

La résilience, c’est de faire nation et à travers les épreuves du moment, il s’agit de faire bloc. La résilience, c’est cette capacité extraordinaire des Français, à encaisser le tragique de l’Histoire, se relever et aller de l’avant.

Elysée

« Nous sommes la France », répète souvent le président Macron, c’est à cela qu’il fait référence. Mais cette qualité de résilience, n’est pas l’exclusive de la France, ajoute l’Elysée. On ne perd jamais son temps en disant aux Français qu’ils ont des raisons d’être fiers d’être Français »

Le 11 novembre, le président Macron va également clore l’année du centenaire de la Guerre. En 1920, la République avait décidé d’inhumer le soldat inconnu d’honorer le soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe. « Pour honorer des héros à hauteur d’homme qui ont su faire preuve de résilience. Ils ont fait écho à une permanence de peuple rassemblé en nation ».

Deux ans après la mort du général de Gaulle, le 18 juin 1972, une Croix de Lorraine monumentale a été érigée au-dessus du village de Colombey. Le Mémorial de Gaulle, est construit juste à côté, il accueille les touristes et pèlerins depuis 2008.

1 réponse »

  1. De Gaulle, sujet inépuisable pour les éditeurs

    Charles de Gaulle continue de faire recette chez les éditeurs cinquante ans après sa mort, avec depuis la rentrée pas moins d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à cette figure historique d’une richesse inépuisable.

    « L’attraction qu’il exerce encore est incontestable: il suffit de regarder les sondages. La popularité de De Gaulle en tant qu’homme du 18-Juin est sans équivalent dans l’histoire, et c’est surtout ça qu’on retient », explique à l’AFP Eric Roussel, auteur de « De Gaulle monument français ».

    Cet essayiste et journaliste republie également sa biographie, « De Gaulle », actualisée en consultant des archives comme celle de son Premier ministre Georges Pompidou.

    D’après lui, les publications du cinquantenaire de sa mort ne renouvellent pas fondamentalement l’historiographie gaullienne. Mais elles démontrent combien le personnage reste présent.

    « Il m’apparaît comme un monument qu’on admire de loin. Il y a un rapport assez ambigu avec lui: on peut se demander si les Français n’admirent pas de Gaulle tout en sachant qu’ils auraient du mal à le supporter, parce qu’ils le trouveraient autoritaire », ajoute-t-il.

    – Souci du mot juste –

    La journaliste du Monde Raphaëlle Bacqué s’est pour sa part plongée dans « De Gaulle président: dix ans d’archives inédites de l’Elysée ».

    « Il intéresse surtout les Français qui ont connu cette époque, mais pas seulement. Moi qui étais trop jeune, j’ai été frappée par la modernité de son exercice du pouvoir », confie l’autrice. « Pour avoir suivi d’autres présidents, j’ai remarqué son attention à la communication. Ses discours très largement raturés montrent à quel point il est préoccupé de la trace qu’il va laisser ».

    Par exemple, le manuscrit d’un discours d’accueil au président américain John Fitzgerald Kennedy en 1961 dénote d’un souci maniaque du mot juste. Quelques pages plus loin, on voit le général, en novembre 1963, se recueillir avec un salut militaire devant le cercueil du président assassiné.

    Dans « De Gaulle inattendu », d’autres archives font surface, ainsi que des textes de nombreux auteurs sur les différentes facettes d’un homme à la très longue carrière.

    – « Père et symbole » –

    L’écrivain Paul Claudel, qui adhérait à son parti, le RPF, lui écrit par exemple en 1951: « La France est impuissante à elle seule à résister au monstre soviétique. A tout prix et d’urgence, il faut constituer une Europe ». De Gaulle répond: « Je ne cesserai pas de combattre, comme je le fais depuis douze ans, tous les faux-semblants, qui donnent aux naïfs et aux faibles des prétextes pour leur paresse et détournent notre pays de faire la rude politique du salut public et européen ».

    Certains titres couvrent des aspects particuliers du personnage, depuis « Ils détestaient de Gaulle » jusqu’à « De Gaulle et les communistes », en passant par « De Gaulle et la Haute-Marne », le département où il est décédé le 9 novembre 1970.

    Patrice Gueniffey, historien, s’intéresse à « Napoléon et de Gaulle: deux héros français ». « Ce sont des personnages inépuisables, des figures dont on se dit: plus ça va mal, plus on les admire », remarque-t-il, interrogé par l’AFP.

    « Aujourd’hui, toutes les droites, et presque toutes les gauches, l’ont adopté. Mis à part éventuellement les communistes, tout le monde est devenu gaulliste, si l’on considère le père et symbole de la Nation. Il incarne aussi une droiture, celle de l’homme qui payait ses factures quand il habitait à l’Elysée, alors que la Cinquième République, là-dessus, a un peu, voire beaucoup dérivé ».

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :