Aller au contenu principal

PRÉSIDENTIELLE 2022 : LES CANDIDATS DÉCLARÉS, ET LES NON DÉCLARÉS EN CAMPAGNE OU EN RÉFLEXION.

LES CANDIDATS DÉCLARÉS, CEUX QUI SE PRÉPARENT, CEUX QUI – SANS ÊTRE CANDIDATS – EN ONT ENVIE OU FONT DEJA CAMPAGNE

Il y a les candidats déclarés; ceux envisageant de se déclarer; celui qui – non déclaré – est en campagne au point que son action présidentielle y semble essentiellement subordonnée; celui qui ne cache pas son envie – par ambition ou revanche ? – l’ancien 1′ ministre; Michel BARNIER qui se prépare et ambitionne d’arbitrer les candidatures de la droite républicaine; Arnaud MONTEBOURG qui doit se lancer dans les prochains jours en candidat du « monde d’après »; Eric ZEMOUR qui se prépare également; Gael GIRAUD, non candidat, qui présente un programme; Gérard LARCHER, candidat « caché ? » qui œuvre pour l’union de son camps.

LE CANDIDAT DU MONDE D’APRÈS

Après plusieurs mois d’hésitation, Arnaud Montebourg devrait donc officialiser sa candidature à la présidentielle le 4 septembre, dans son fief natal de Clamecy (Nièvre).

Parmi les soutiens, Thomas Guénolé, politologue qui l’avait conseillé à la dernière présidentielle avant de rejoindre, en 2017, La France insoumise pour une expérience de deux ans conclue par une brutale rupture. M. Guenolé, qui a fourni des notes au candidat, s’explique ainsi ces mois d’attente : « C’est la faisabilité qui le faisait hésiter, il n’a pas de prédispositions pour la candidature de témoignage. » « Il y va pour gagner, dans un état d’esprit conquérant », ajoute-t-il, tandis que de nombreux socialistes voient d’un mauvais œil cette candidature hors parti et répètent depuis des semaines que l’ancien ministre « cherche à se placer ».

Côté écologiste, on s’émeut peu de cette candidature. « Tout le monde va sortir la truffe, c’est normal, c’est la saison, mais le juge de paix, c’est les 500 signatures déposées devant le Conseil constitutionnel », estime ainsi Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts, bien décidé à faire aboutir un bulletin écologiste.

Parmi les soutiens de M. Montebourg, on théorise pourtant l’existence d’une voie, liée à l’absence de dynamique à gauche. « Ce qui a changé, c’est l’effondrement manifeste de Jean-Luc Mélenchon, qui libère une partie de l’espace de la gauche du non à la construction européenne, électoralement », analyse M. Guénolé, qui estime en outre qu’aucune candidature n’émerge dans l’espace social-démocrate. Ce qui l’a décidé aussi, c’est « l’impression que l’histoire ne lui a pas donné tort ».

PLUS D’UNE DIZAINE DE CANDIDATS DÉCLARÉS

À moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, le nombre de candidats ne cesse d’augmenter. Ils sont déjà plus d’une dizaine à avoir fait part de leur envie de briguer l’Élysée.

Voir CERTAINES DEs précédentEs PUBlICATIONS DE METAHODOS.FR :

PRÉSIDENTIELLE 2022 : METAHODOS OUVRE UNE NOUVELLE RUBRIQUE. QUI SONT LES CANDIDATS DÉCLARÉS ? https://metahodos.fr/2021/07/05/presidentielle-2022-metahodos-fr-ouvre-une-nouvelle-rubrique-qui-sont-les-candidats-deja-declares/

« PRÉSIDENTIELLE 2022 » – NOUVELLE RUBRIQUE. « LRM, LE VAISSEAU FANTÔME DE LA MACRONIE » https://metahodos.fr/2021/07/06/presidentielle-2022-nouvelle-rubrique-lrm-le-vaisseau-fantome-de-la-macronie/

PRÉSIDENTIELLE 2022 – LES PROPOSITIONS DU NON-CANDIDAT (MAIS UN PEU QUAND MÊME) GAËL GIRAUD POUR 2022. https://metahodos.fr/2021/07/25/presidentielle-gael-giraud/

UNE CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE CENTRÉE SUR L’EXTRÊME-DROITE ET QUI EMPÊCHE UN VÉRITABLE DÉBAT DÉMOCRATIQUE. https://metahodos.fr/2021/06/19/une-campagne-presidentielle-centree-sur-lextreme-droite-qui-empeche-un-veritable-debat-democratique/

POINT DE VUE : POUR UN VOTE ÉLECTRONIQUE (INTERNET) à DISTANCE, « CITOYEN ET SOUVERAIN ». NOUVELLE TENTATIVE https://metahodos.fr/2021/08/17/pour-un-vote-electronique-citoyen-et-souverain/

LCI a listé LES CANDIDATS de cette fin aout

ARTICLE

PRÉSIDENTIELLE 2022 : QUI SONT LES CANDIDATS DÉJÀ DÉCLARÉS ?

Justine Faure – Publié le 27 juillet 2021, LCI

Qui aura des bulletins de vote à son nom en 2022 ? Ils sont déjà plus d’une dizaine à en avoir exprimé le souhait, à moins d’un an de l’élection présidentielle qui devrait avoir lieu les 10 et 24 avril prochains. Certaines candidatures ne font pas débat au sein des partis qui ont déjà choisi leurs représentants, d’autres devront être départagées par des systèmes de désignation ou des primaires. LCI les a listées. 

Rappelons toutefois que tous les candidats déclarés n’obtiendront pas les 500 signatures nécessaires pour se présenter, et que d’autres s’effaceront au fur et à mesure des alliances qu’ils noueront. 

Les candidats déjà assurés de représenter leurs formations politiques

François Asselineau (Union populaire républicaine) : Il a été le premier à se déclarer, dès 2019, indiquant qu’il « comptait bien être candidat à la prochaine présidentielle ». Depuis, celui qui avait réussi à obtenir ses parrainages en 2017 a été mis en examen en février 2021 pour harcèlement moral et agressions sexuelles, des accusations qu’il rejette. 

Marine Le Pen (Rassemblement national) : Celle qui était présente au second tour en 2017 a annoncé dès janvier 2020 qu’elle souhaitait de nouveau être candidate en 2022. La question de sa candidature sera posée au Congrès du parti, prévu au mois de juillet. Si elle est validée, elle devrait laisser la présidence du RN à Jordan Bardella à la rentrée, le temps de la campagne. 

Jean-Frédéric Poisson (La voix du peuple) : L’ex-participant à la primaire de la droite en 2016 veut retenter sa chance en 2022, pour porter un « projet alternatif » fondé sur la « souveraineté de la France », la « décentralisation » et la « protection de la culture française ».

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) : Allié à Marine Le Pen en 2017, il s’est déclaré candidat en septembre dernier, pour la troisième fois. Le candidat souverainiste veut éviter un second duel entre la présidente du RN et Emmanuel Macron. 

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) : Le député des Bouches-du-Rhône a « proposé » en novembre 2020 sa candidature, conditionnée à l’obtention de 150.000 parrainages populaires. Il ne semble toujours pas décidé à rejoindre une union de la gauche qui ne se construirait pas derrière lui.

Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) : Candidate aux dernières élections régionales, elle se présentera pour la troisième fois à l’élection présidentielle, après avoir recueilli 0,64% des voix en 2017. 

Fabien Roussel (Parti communiste français) : Les militants communistes l’ont désigné au début du mois de mai, confirmant également avec cette candidature leur refus de s’allier à d’autres formations de gauche comme LFI, pour rester indépendants et visibles. 

Jean Lassalle (Résistons) : S’il arrive à récolter les signatures nécessaires, le député du Béarn veut incarner « la joie » malgré la crise. Après la présidentielle de 2017, où il avait recueilli 1,21% des suffrages, il avait par ailleurs fait l’objet d’accusations de sexisme et d’agression sexuelle qu’il récuse catégoriquement.

Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste) : Il a été désigné candidat du NPA, pour la troisième fois de suite. Le parti a déclaré qu’il ferait campagne pour un SMIC à 1800 euros nets, la nationalisation des banques, la gratuité des transports ou encore la liberté d’installation et de circulation pour les migrants.

Florian Philippot, président des Patriotes, mouvement qu’il a fondé après son départ du Rassemblement national, a annoncé mercredi 14 juillet sa candidature à l’élection présidentielle. Il fera notamment campagne autour « du rétablissement de toutes nos libertés », l’ancien numéro 2 de Marine Le Pen étant engagé contre les mesures sanitaires prises par Emmanuel Macron. 

Notons également les candidatures de la maire de Tilloy-lez-Marchiennes (Nord) Marie Cau ; d’Hélène Thouy pour le parti animaliste ; d’Alexandre Langlois pour un mouvement citoyen « ni de droite ni de gauche » ; de Clara Egger pour porter un programme centré sur la mise en place d’un Référendum d’initiative citoyenne (RIC) ; de l’ancienne figure des Gilets jaunes Jacline Mouraud ; du général Antoine Martinez, signataire de la tribune de militaires publiée dans Valeurs actuelles qui prône « la France d’abord » ; et enfin de l’ancien lieutenant-colonel dans l’armée Régis Ollivier.

Les candidats qui devront être départagés

D’autres se sont déclarés candidats, mais ils devront être départagés via une primaire (EELV) ou un système de départage propre, comme celui mis en place par Les Républicains. Pour éviter une primaire, ce parti veut sonder les noms de ses candidats à un panel de 15.000 personnes, en espérant que l’un d’eux se détache.

Xavier Bertrand (Les Républicains) : Le président de la région Hauts-de-France, candidat depuis le mois de mars, est déjà en campagne. Il a prévenu qu’il ne passerait pas par une primaire.

Bruno Retailleau (Les Républicains) : Le patron des sénateurs LR veut porter son « pacte de reconstruction » pour la France autour du travail, de l’État et de l’Europe. 

Valérie Pécresse : la présidente de la région Ile-de-France a annoncé le 22 juillet qu’elle était candidate à l’élection présidentielle « pour restaurer la fierté française ». « Nous devons rompre avec 10 ans de mauvais choix, de demi-mesures, d’indécisions, et en fin de compte l’affaissement de notre pays », a-t-elle ajouté. 

Philippe Juvin, figure médiatique de la crise sanitaire, chef des urgences à l’hôpital Pompidou à Paris et maire LR de La Garenne-Colombe, a officialisé sa candidature à une éventuelle primaire de la droite et du centre, mardi 27 juillet sur CNews.

Sandrine Rousseau (EELV) : Ancienne numéro 2 du parti, vice-présidente de l’université de Lille, militante écoféministe, elle est très engagée sur la question des violences sexuelles, et soutenue par l’actrice américaine Jane Fonda. 

Éric Piolle (EELV) : Le maire de Grenoble est partisan du large rassemblement de la gauche, comme dans sa majorité municipale. « Je viens amener cette expérience de l’écologiste qui gagne, qui exerce le pouvoir et qui regagne », a déclaré le premier écologiste à avoir été élu à la tête d’une ville de plus de 100.000 habitants en 2014.

Yannick Jadot (EELV) : Il s’est déclaré un jour seulement après son principal concurrent Eric Piolle. Le député européen, qui avait remporté la primaire verte en 2016 avant de se désister au profit de Benoît Hamon (PS), veut « mettre l’écologie au cœur du pouvoir » et « construire une équipe de France de l’écologie ».

Delphine Batho (Génération Ecologie) : L’ancienne ministre de l’Ecologie de François Hollande veut participer à la primaire écologiste « pour convaincre les Françaises et les Français d’essayer le bonheur de l’écologie ». 

Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne) : Le député européen s’est porté candidat dans la « primaire populaire » portée par un collectif citoyen visant une candidature unique à gauche. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :