Aller au contenu principal

SI « MYSTÉRIEUX » CABINET MCKINSEY ? DE LA COMMISSION ATTALI À LA VACCINATION, EN PASSANT PAR EN MARCHEĶ.

LE SYMBOLE DE LA PERSONNIFICATION ET DE LA DÉFIANCE ENVERS L’ADMINISTRATION ET LES INSTITUTIONS ?

Le Cabinet McKinsey est devenu – à l’occasion de la gestion du covid – le double symbole de la personnification du pouvoir exécutif et de la défiance envers l’administration et les institutions.

Plus récemment des interrogations se sont fait jours sur le traitement des lois relatives au covid par la plus haute institution de la République a suscité des interrogations, le fils de son président étant le responsable France du Cabinet conseil.

CONFLIT D’INTERET

Les liens étroits du cabinet privé McKinsey, chargé de la campagne de vaccination contre le Covid-19, avec le président Macron ont été mis en lumière par plusieurs journaux français. La décision du Conseil constitutionnel de valider la plupart des mesures du pass sanitaire a accentué ces interrogations, le fils du président du Conseil constitutionnel, étant directeur associé du même cabinet privé.

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, les interrogations sur les enjeux financiers et les conflits d’intérêts entre les grands groupes pharmaceutiques et les responsables politiques se sont multipliées. Deux éléments sont venus renforcer ces questionnements, les deux en lien avec le cabinet américain de conseil privé McKinsey. Installé sur les Champs-Elysées, mais avec un siège social fiscalement avantageux établi aux Etats-Unis, ce cabinet de conseil en stratégie surnommé « La firme » a été contractuellement mandaté pour la mise en place logistique de la campagne de vaccination contre le Covid-19.

Le cabinet fait partie des poids lourds internationaux dans ce domaine. Forbes évaluait son chiffres d’affaires en 2019 à 10 milliards de dollars. En France, McKinsey a ses bureaux depuis 55 ans et au sommet de l’Etat, leurs cadres sont bien connus.

PRIVATISATION DE LA GESTION LOGISTIQUE, CAMOUFLET POUR L’ADMINISTRATION ?

La privatisation de la gestion logistique de la lutte contre le Covid-19 à travers la vaccination a essuyé au passage de nombreuses critiques. Dérive d’état, camouflet pour les institutions publiques écartés au profit du privé, le ministre de la santé Olivier Véran n’a pas été loquace lorsqu’il fut interrogé sur ce point le 21 janvier dernier par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Les politiques n’aiment parler de leurs liens avec McKinsey avoue le journal Le Monde qui a consacré un long article au sujet. Le contrat du gouvernement avec McKinsey est néanmoins estimé à 20 millions d’euros, d’après Politico.

Le puissant cabinet de conseil américain McKinsey accompagne Emmanuel Macron depuis sa campagne électorale pour l’élection présidentielle jusqu’à la mise en place de la vaccination contre le Covid-19.

EXTRAITS DU JOURNAL LE MONDE « McKinsey, un cabinet dans les pas d’Emmanuel Macron »

«  »Commission Attali, rédaction du programme présidentiel, élaboration de la stratégie vaccinale contre le Covid-19… Comment le puissant cabinet de conseil américain accompagne le chef de l’Etat et intervient dans de nombreux dossiers sensibles.

«  »Ces questions, il s’y était pourtant préparé. Derrière son masque blanc, Olivier Véran cache mal son agacement. Ce 12 janvier, le ministre de la santé est auditionné par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Il est venu détailler son plan de vaccination contre le Covid-19. Il sait qu’il devra surtout justifier d’en avoir sous-traité la logistique à un cabinet privé de conseil en stratégie, et pas n’importe lequel. Le plus haut de gamme. Le plus secret. Le plus intimement lié à Emmanuel Macron et son entourage, aussi.

«  »Le député (PS) des Landes Boris Vallaud se lance : « Pourquoi vous a-t-il fallu recourir à McKinsey ? » Son collègue (La France insoumise) du Nord Adrien Quatennens ironise : « Ne dispose-t-on pas, au sein de l’appareil d’Etat, d’un Haut-Commissariat au plan ni de logisticiens compétents ? » Soupir sous le masque du ministre. Depuis une semaine et les premières révélations du site Politico et du Canard enchaîné, les oppositions se déchaînent contre ce contrat avec McKinsey. Véran est pressé de changer de sujet : « Il est tout à fait classique et cohérent de s’appuyer sur l’expertise du secteur privé. » Il n’en dira pas plus.

«  »C’est étonnant comme les gens n’aiment pas parler de McKinsey. On a vite renoncé à dénombrer les messages sans réponse, les refus catégoriques, les excuses embarrassées, les « bon courage » compatissants. Ceux qui acceptent de l’évoquer exigent en quasi-totalité l’anonymat. Ce n’est pas pour rien que le cabinet américain est surnommé « la Firme » dans le secteur.

LA DEPECHE A PUBLIE UN ARTICLE

que plusieurs lectrices et lecteurs nous ont signalé. Metahodos le publie ci contre. (Voir également Le Monde et politico, notamment)

ARTICLE

Qui est le mystérieux cabinet McKinsey, qui accompagne Emmanuel Macron de la création d’En marche à la vaccination contre le Covid-19 ?

Publié le 05/02/2021 – Cyril Brioulet – La Dépeche

C’est une société qui n’aime pas la lumière des projecteurs, indique Le Monde. Installé sur les Champs-Elysées au-dessus d’une galerie commerciale, avec une vue imprenable sur Paris, le cabinet de conseil américain McKinsey est surnommé « la Firme ». Une société qui cultive le secret, 100 ans après sa création aux Etats-Unis. Son métier : du conseil en stratégie pour les patrons du Cac 40, les chefs d’Etat ou les ministres. Sur son site internet, la société se dit « engagée dans les transformations décisives de ses clients »

Dernière mission en date du cabinet McKinsey : la logistique de la vaccination contre le Covid-19 en France. Le rôle de la société a été révélé cet hiver par Le Canard Enchaîné et le site Politico. Pourquoi donc l’Etat fait-il appel à un cabinet de conseil pour cette mission alors qu’il dispose de nombreuses administrations dans le domaine de la santé ? Pressé de questions devant la commission des Affaires sociales de l’Assemblée le 12 janvier 2021, le ministre de la Santé Olivier Véran se contentera de répondre : « Il est tout à fait classique et cohérent de s’appuyer sur l’expertise du secteur privé« . Sans intervenir dans les choix médicaux ou politiques.

Selon le long article publié par Le Monde, enquêter sur le cabinet McKinsey s’est fait non sans difficultés car les portes et les bouches se ferment quand il s’agit d’évoquer « la Firme ». Être consultant, c’est un métier de l’ombre. 

Première rencontre Emmanuel Macron-McKinsey en 2007

Les liens entre Emmanuel Macron et le cabinet McKinsey remontent à 2007. Emmanuel Macron, alors inspecteur des finances, a 29 ans. Il devient rapporteur général adjoint de la commission Attali, dont le rôle était de proposer des réformes économiques au président Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron impressionne l’assistance. Parmi les membres présents : Eric Labaye, alors dirigeant de McKinsey en France. 

« On se réunissait le soir jusqu’à minuit dans une salle du Sénat avec Attali et Macron, raconte un ancien membre de la commission au Monde. Dans les sièges du public, il y avait trois ou quatre jeunes de McKinsey. Ils faisaient des simulations sur Excel. Leur chef était si brillant qu’on l’écoutait comme s’il était membre à part entière ». Ce chef s’appelle Karim Tadjeddine. Il est passé par les prestigieuses écoles d’ingénieur françaises Polytechnique et les Ponts et Chaussées. Le cabinet McKinsey intervient gratuitement. Une mission appelée « pro bono » dans le milieu (« pour le bien public ») ou « reputation building » (« construction de réputation ») au sein du cabinet.

Été 2016 : Emmanuel Macron prépare sa candidature

Alors ministre de l’Economie de François Hollande, Emmanuel Macron ambitionne de devenir président de la République. En avril 2016, il crée En marche. Au cours de l’été, des groupes de travail sont déjà sur pied. Une dizaine de salariés de McKinsey réfléchissent à des propositions sur l’économie ou les grands dossiers régaliens, raconte Le Monde. Dans le même temps, Emmanuel Macron organise une « grande marche » en France pour recueillir les doléances des Français. Un ex de McKinsey, Guillaume Liegey, est chargé de collecter et de traiter les data. McKinsey a ensuite mis en forme le rapport. La candidature officielle d’Emmanuel Macron à la présidentielle sera annoncée le 16 novembre 2016.

Les salariés de McKinsey sont-ils intervenus sur le temps libre ou à titre bénévole ? La société n’a pas répondu au Monde. Aucune trace ne figure, en tout cas, dans les factures du candidat Macron déposées à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

De McKinsey aux ministères

Une fois Emmanuel Macron élu en 2017, de jeunes consultants de McKinsey rejoignent le pouvoir : directeur adjoint du cabinet du secrétaire d’Etat au Numérique, chef du « pôle projets » de la République en Marche, directeur général de la République en Marche. Éric Labaye, le dirigeant de McKinsey qu’Emmanuel Macron avait rencontré en 2007, a été nommé président de Polytechnique par Emmanuel Macron en août 2018. De son côté, l’ancien patron des Jeunes avec Macron, Martin Bohmert, a rejoint le cabinet McKinsey en 2020.

Les appels d’offres centralisés

Avant l’élection d’Emmanuel Macron, chaque ministère passait ses appels d’offres de son côté. Les règles ont changé depuis 2017. Emmanuel Macron lance sa réforme de l’Etat et créé une direction interministérielle à la transformation publique (DITP). Son rôle : superviser toutes les missions commandées par l’Etat aux cabinets privés afin d’empêcher toute position dominante d’un cabinet de conseil. C’est dans ce cadre que le marché de la logistique du plan de vaccination a été attribué. L’interlocuteur de la DITP chez McKinsey ? Karim Tadjeddine, le chef qui avait impressionné à la commission Attali.

Combien coûtent ces prestations ? Impossible à savoir révèle l’enquête du Monde. Un accord-cadre dispense l’Etat de publier les détails de chaque commande, ministère par ministère. La DITP dispose d’un budget de 100 millions d’euros sur le quinquennat. 30,2 millions ont déjà été dépensés au profit des consultants privés. Selon le Point, McKinsey facturerait ses prestations à l’Etat sur la conduite du plan de vaccination 2 millions d’euros par mois

Le siège social français … aux Etats-Unis

Les comptes de McKinsey peuvent-ils permettre d’en savoir plus ? Impossible. La filiale française ne dépose pas ses comptes au tribunal de commerce. Le chiffre d’affaires est néanmoins estimé à 300 millions d’euros en 2019, selon le Guide des cabinets de conseil en management. D’ailleurs, le siège social de McKinsey & Company France Inc. n’est pas à Paris mais … aux Etats-Unis.

Il mène à une boîte aux lettres implantée dans un immeuble le long d’une route en pleine campagne à Wilmington dans l’Etat du Deleware, l’Etat de Joe Biden, le nouveau président des Etats-Unis, révèle Le Monde. Là-bas, McKinsey doit régler un forfait fiscal symbolique de 175 dollars. L’autorité de tutelle de la DITP a pourtant assuré que McKinsey est en règle avec l’administration fiscale française.

L’État et McKinsey, une longue histoire

Aujourd’hui, selon Le Monde, le cabinet McKinsey « rend quelques services à la présidence de la République » gratuitement. En 2018, il était intervenu au sommet de la tech dans lequel Emmanuel Macron avait invité les patrons de Facebook, Google ou Uber. Le cabinet était chargé de préparer les débats et suivre le respect des engagements. Une mission « pro bono » (« pour le bien public »). McKinsey intervient aussi auprès du ministère des Armées, qui échappe au contrôle de la DITP. Il apporte ses conseils pour la transformation du ministère. 

McKinsey n’a pas attendu Emmanuel Macron pour intervenir aux côtés de l’Etat. Sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, il avait conseillé le ministère de l’Identité Nationale sur une « optimisation du processus de naturalisation ». En Allemagne, il a conseillé le gouvernement d’Angela Merkel sur l’accueil des migrants.

Créé en 1920 aux Etats-Unis, le cabinet McKinsey cultive le secret tout en étant devenu incontournable.

Cyril Brioulet

1 réponse »

  1. Bonjour, Thierry,Le cabinet KPNG n’est-il pas en liens étroits avec McKinsey ? Il est tout aussi présent et intervenant dans les administrations, notamment à la Territoriale.Bien amicalement,Jean-Marc
    Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :