Aller au contenu principal

Argentine, Autriche, Brésil, Cuba, Nicaragua, Malte, Slovénie, Allemagne, Estonie, Belgique, Écosse, Equateur… PERMETTENT LE VOTE A 16 ANS.

LE DEBAT DOIT AVOIR LIEU EN FRANCE

Dans le prolongement de notre publication d’hier,

VOTE A 16 ANS. LES SONDAGES S’IMISCENT DANS UN ENJEU DEMOCRATIQUE. https://metahodos.fr/2021/11/09/vote-a-16-ans/

l’article de La Montagne nous a été signalé. Il permet de compléter les informations déjà recueillies ci contre.

205. C’est le nombre de pays qui ont fixé la majorité électorale à 18 ans.

Si avant la Seconde guerre mondiale la plupart des pays autorisaient le droit de vote à partir de 21 ans, l’âge moyen pour voter aux élections est passé au fil des décennies à 18 ans. Si la plupart des Etats ont adopté cet âge pour participer aux élections, certains conservent encore une limite d’âge plus élevée. Par exemple : il n’est possible de voter aux Émirats Arabes Unis qu’à partir de 25 ans. 

12 territoires, Etats nation ou dépendances, ont instauré le droit au vote à partir de 16 ans

le Brésil, l’Équateur, l’Autriche, Cuba, Guernesey, l’île de Man, l’île de Jersey, Malte, le Nicaragua, l’Ecosse, la Slovénie et l’Argentine.

En Slovénie le droit de vote est ouvert à 16 ans, à condition d’occuper un emploi ou d’être travailleur indépendant. Pour l’Écosse, cela n’est possible que pour l’élection du Parlement et les élections locales. Les autorités écossaises ont également baissé l’âge légal pour voter au référendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014. Quant à l’Argentine, le droit de vote y est facultatif de 16 à 18 ans puis devient obligatoire après. 

Article

Droit de vote à 16 ans : quel bilan dans les pays où c’est déjà possible

Publié le 26/10/2021 La Montagne

La candidate à la présidentielle Anne Hidalgo (PS) a proposé ce week-end d’abaisser le droit de vote à 16 ans. Une idée déjà en vigueur ailleurs en Europe et dans le monde. On fait le point.

Une proposition transpartisane, déjà formulée dans le passé en France

Lors de son premier meeting de campagne, ce samedi 23 octobre à Lille, la candidate PS à l’élection présidentielle Anne Hidalgo a formulé l’idée d’abaisser le droit de vote à 16 ans. Une proposition qui n’est pas nouvelle en France. Les programmes présidentiels 2017 de Yannick Jadot (EELV) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) y faisaient déjà référence il y a cinq ans. La proposition avait également été évoquée par Lionel Jospin, candidat PS à la présidentielle en 2002, avec un droit de vote à 17 ans.

Faire primer le droit national sur le droit européen : pourquoi c’est plus complexe que ce que disent certains candidats à la présidentielle

Tout récemment, le Secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune s’est par ailleurs dit plutôt favorable à l’idée, rappelant qu’une mission parlementaire transpartisane travaillait actuellement sur le sujet, par l’intermédiaire, notamment, d’un questionnaire en ligne à remplir jusqu’au 31 octobre.

Le droit de vote à seize ans, pour quoi faire ?

La commission des lois de l’Assemblée nationale avait d’ailleurs à débattre d’une proposition de loi instaurant le vote dès seize ans. « Par l’exercice du droit de vote et une formation civique appropriée, les jeunes concevront un intérêt plus fort et plus durable pour l’engagement politique et social  », expliquait devant la commission des lois la députée (Écologie, démocratie, solidarité) Paula Forteza, rapporteure de la proposition.

Présidentielle 2022 : le respect du temps de parole des candidats, comment ça marche ?

Le droit de vote envisagé, donc, comme ingrédient pour former des citoyens. « Compte tenu des mutations socio-politiques de ces dernières décennies et de la désillusion croissante à l’égard de la politique, l’abaissement de l’âge du droit de vote est devenu une question d’intérêt publicestime un rapport du Conseil de l’Europe sur le vote à 16 ans. Cette mesure, dans son principe, traduit une volonté d’étendre la reconnaissance du statut de citoyen et de renforcer l’inclusion et la participation politiques en tant que principes fondamentaux de la démocratie représentative ».

Quels arguments pour ? Quels arguments contre ?

L’examen en commission des lois de la proposition de loi instaurant le vote dès seize ans avait donné lieu à des débats, dont le site Internet de l’Assemblée nationale rend compte par le biais d’un verbatim.

Voici quelques prises de position :

POUR

Paula Forteza (Écologie, démocratie, solidarité), rapporteure : « Il est souvent reproché à la jeunesse de ne pas être capable, légitime ou mûre pour faire des choix éclairés. Or, nous avons reconnu aux jeunes de 16 ans des droits et des devoirs qui les placent face à de lourdes responsabilités : exercer l’autorité parentale, travailler, payer des impôts, participer aux élections prud’homales, créer et administrer une association, adhérer à un parti politique, être responsable pénalement, mais aussi piloter un hélicoptère ou devenir sapeur-pompier. »

Alexis Corbière (LFI) : « Beaucoup d’arguments très pertinents, déjà développés, plaident en faveur du droit de vote à seize ans. […] Pour nos collègues qui y sont sensibles, je rappelle que c’est également à seize ans que l’on acquiert ou qu’on renonce à la nationalité française. Si l’on est suffisamment mature pour prendre une telle décision, on doit pouvoir se prononcer sur les décisions du pays. »

CONTRE

Philippe Gosselin (LR) : « L’intégration de la jeunesse ne passe pas nécessairement par l’abaissement de la majorité à 16 ans même si les jeunes sont très autonomes à cet âge. Le droit de vote doit être fixé à un âge qui intègre une certaine expérience de la société, que seul le recul permet d’acquérir. »

Bruno Questel (LREM) : « Mme la rapporteure a souligné les propos que le Président de la République a tenus lors des dernières élections européennes, rappelant l’importance de la place de la jeunesse dans notre société. Ce sujet mériterait d’être posé dans le cadre d’une campagne nationale, par exemple à l’occasion de l’élection présidentielle, pour qu’il revienne au peuple de soutenir ou non cette proposition. »

Quelles règles ailleurs dans le monde ?

À l’échelle de la planète, l’âge minimum pour voter est le plus souvent dix-huit ans. Le rapport du Conseil de l’Europe, en date de 2015, estimait que « l’âge de dix-huit ans est ainsi la majorité électorale adoptée par 85 pour cent de l’ensemble des pays du monde entier, une petite minorité de pays seulement faisant exception à cette règle ». Il est fixé à 17 ans en Grèce, en Indonésie, en Corée du Nord… 

Parmi les endroits où l’âge minimum du droit de vote est de seize ans, on peut citer l’Argentinel’Autriche, le BrésilCuba, le Nicaragua, Malte… En Slovénie, les jeunes de seize ans peuvent voter s’ils travaillent. En Allemagne et Estonie, les citoyens de plus de seize ans peuvent voter lors de certaines élections locales. En Belgique, le conseil des ministres vient tout juste de donner son feu vert au vote, dès seize ans, pour les élections européennes. L’Italie avait également lancé une réflexion sur le sujet.

Au Royaume-Uni, on peut également citer l’Écosse, où les 16-17 ans ont voté pour la première fois lors du référendum sur l’indépendance, en 2014.

Pour quel résultat ?

Le phénomène est, donc, relativement récent en Europe, le premier État membre à franchir le pas, l’Autriche, l’ayant fait en 2007. 

En Autriche

« Il y a un impact positif sur la participation électorale : les jeunes s’intéressent aux élections et votent sensiblement autant que les personnes plus âgées, relève le rapport du Conseil de l’Europe. […] La participation des 16-17 ans est en réalité supérieure à celle des autres primo-électeurs plus âgés et elle est presque aussi élevée que la participation globale. Par ailleurs, bien que les électeurs adolescents montrent encore un intérêt inférieur à celui des électeurs adultes, ils sont cependant capables de faire des choix éclairés. La convergence entre les positions et le vote des électeurs adolescents est comparable à celle des électeurs adultes. Les électeurs adolescents autrichiens semblent avoir la maturité nécessaire pour participer et faire un véritable choix lorsqu’ils votent. En conclusion, l’exemple autrichien donne raison aux partisans de l’abaissement de la majorité électorale. »

En Écosse

Le rapport mentionne également l’expérience du référendum écossais de 2014 : « 109.593 jeunes de 16-17 ans se sont inscrits et 75 % d’entre eux indiquent avoir voté. Surtout, 97 % des 16- 17 ans ayant indiqué avoir voté ont dit qu’ils voteraient encore à l’avenir lors des élections et référendums ».

Bémol, cependant, en note de bas de page du rapport : « Malgré ces évolutions positives, il convient de garder une certaine prudence. Tout d’abord, l’intérêt croissant et le haut niveau de participation électorale ne sont pas uniformes parmi les jeunes : leur niveau d’éducation et leur statut social sont déterminants. Les résultats ont aussi montré que malgré la mise en place de cours d’éducation civique, les écoles ne peuvent que partiellement combler les différences en matière d’éducation ». Plus une question sociale que générationnelle, donc…

Antoine Busnel

Nos sources

Toute l’Europe

Rapport du Conseil de l’Europe sur le vote à 16 ans

Voter dès 16 ans, une idée encore peu répandue dans le monde…

Proposition de loi nº 3294 instaurant le vote dès seize ans et l’inscription automatique sur les listes électorales

2 réponses »

  1. Bonjour, Thierry,Sans une éducation politique et critique, voire civique, changer l’âge du droit de vote n’est qu’un calcul de circonstance, voire de la manipulation…bien amicalementJean-Marc

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :