Aller au contenu principal

DÉMONSTRATION DE FÉBRILITÉ. MANQUE D’ANTICIPATION. PASSE, LA CONFUSION – PARTIES 8 ET 9

Comme nous l’évoquions dans notre publication, la confusion semble durable :

PASSE, LA GRANDE CONFUSION – PARTIE 7 – GARE AU TOUT VACCIN ! L’OMS ALERTE LES GOUVERNANTS https://metahodos.fr/2021/12/24/passse-la-grande-confusion-partie-8-aucun-pays-ne-pourra-se-sortir-de-la-pandemie-a-coups-de-doses-de-rappel-juge-loms/

Emmanuel Macron a de nouveau appelé jeudi les Français à « prendre soin les uns des autres », à travers gestes barrière et tests, face à la 5e vague de l’épidémie de Covid-19 en pleines fêtes de fin d’année, et a remercié les soignants mobilisés. Voir Partie 8

Hésitant entre mesures protectrices et risques économiques,

le gouvernement pourrait décider – en même temps – de règles moins contraignantes et de mesures plus rigoureuses pour l’isolement. Voir Partie 9

Partie 8

Noël: Macron appelle les Français à la prudence, la gauche dénonce un manque d’anticipation

Par Challenges.fr le 23 12 21

« Bonnes fêtes à tous! À ceux qui auront la joie de se retrouver en famille pour Noël: les gestes barrières, un test préventif pour rassurer, et en cas de symptôme, on s’isole, on alerte. À ceux mobilisés pour soigner, nous protéger: merci. Prenons soin les uns des autres », a écrit dans un tweet le chef de l’Etat, qui passe les fêtes de fin d’année au fort de Brégançon, selon son entourage.

A la veille de Noël, avec l’arrivée du variant Omicron très contagieux sur le territoire, 84.272 nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés mercredi, avec désormais 16.118 personnes actuellement hospitalisées (16.076 mardi), dont 3.147 en services de soins critiques (3.096 mardi), selon Santé publique France.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé jeudi qu‘ »on dépassera très vraisemblablement les 100.000 contaminations par jour d’ici à la fin du mois », tout en soulignant que là où Omicron « circule beaucoup, pour l’instant, il n’entraîne pas de vagues d’hospitalisations ».

Face à cette vague, le gouvernement mise sur « la responsabilité » des Français, accélère la campagne de rappels vaccinaux, a ouvert la vaccination – sur la base du volontariat – aux 5-11 ans, a renforcé les contrôles aux frontières et va présenter lundi en Conseil des ministres un projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal avec l’objectif de le voir entrer en vigueur la première quinzaine du mois de janvier.

La gauche dénonce le « manque d’anticipation »

Le député LFI Eric Coquerel a dénoncé jeudi « le manque d’anticipation » du gouvernement face à une pénurie de tests et d’auto-tests, quand la députée écologiste Delphine Batho regrette « une nouvelle imprévoyance » de l’exécutif. « Le gouvernement manque d’anticipation », a estimé le député Insoumis de Seine-Saint-Denis sur LCI.

« Comment se fait-il qu’il y ait une pénurie d’auto-tests, alors qu’une vague (du variant) delta était déjà là et qu’une autre frappait à notre porte, de l’autre côté de la Manche », s’est interrogé Eric Coquerel, accusant le gouvernement d’avoir « un train de retard depuis maintenant deux ans ». « Il y a un problème sur la pénurie de tests et d’auto-tests dans les pharmacies », a abondé sur franceinfo Delphine Batho, députée écologiste des Deux-Sèvres et une des porte-parole de la campagne de la candidate socialiste à la présidentielle Anne Hidalgo.

Elle a insisté sur cette « nouvelle imprévoyance » de l’exécutif « avec l’absence de stocks stratégiques de tests ».

Anne Hidalgo a elle aussi fustigé sur BFMTV et RMC un « manque d’anticipation » dans la gestion de l’épidémie par le gouvernement. La socialiste a par ailleurs appelé le président de la République à « jouer un rôle important pour permettre la levée des brevets », afin de vacciner « massivement » les pays émergents.

Plus de 6,2 millions de tests de dépistage du Covid-19 ont été réalisés la semaine dernière selon Santé publique France, un record depuis le début de l’épidémie, en mars 2020.

Depuis le 15 octobre, ces tests ne sont plus remboursés pour les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées, sauf exception (prescription médicale, cas contact, test positif récent, contre-indication au vaccin). Cette ruée sur les tests et auto-tests intervient alors que le gouvernement a enjoint les 20-39 ans, sur-représentés chez les nouveaux contaminés, à se tester « dès le moindre doute ». Les contaminations au Covid-19 continuent de grimper en France où 84.272 nouveaux cas ont été confirmés mercredi, selon les chiffres publiés par Santé publique France.

Partie 9

Covid : face au risque de paralysie du pays, l’exécutif veut modifier les règles d’isolement

Le Conseil scientifique a prévenu ce jeudi que la vague Omicron, avec plusieurs centaines de milliers de cas par jour attendus en janvier, risquait de désorganiser l’ensemble de la société avec un impact sur les services de santé ou des secteurs stratégiques. Le gouvernement pourrait décider de règles moins contraignantes.

La France a enregistré ce jeudi 88.000 cas - les « pires chiffres de l'épidémie » a pointé le ministre de la Santé, Olivier Véran.
La France a enregistré ce jeudi 88.000 cas – les « pires chiffres de l’épidémie » a pointé le ministre de la Santé, Olivier Véran. (Alfonso Jimenez//SIPA)

Par Isabelle FicekPublié le 23 déc. 2021 à 14:02Mis à jour le 23 déc. 2021 à 19:23

Quel impact du variant Omicron sur la France ? Ce jeudi, le Conseil scientifique présidé par le professeur Jean-François Delfraissy a fait le point, un peu plus d’un mois après l’émergence du variant Omicron, sur l’état des connaissances et les questions majeures qui demeurent.

Il a notamment rappelé qu’ Omicron est beaucoup plus transmissible que Delta et sera « dominant dans les jours qui viennent en France ». Il a aussi insisté sur la « protection contre les formes graves » qu’apportait la troisième dose de vaccination . Parmi les malades hospitalisés pour infection par Omicron, il n’y a pas, à ce jour, de personnes ayant déjà reçu trois doses de vaccin. 

Très nombreuses contaminations et cas contacts attendus

En revanche, si sa gravité est « probablement plus faible » que celle de Delta , « on ne sait pas encore le niveau de gravité ». Ni, en conséquence, l’impact possible sur les services hospitaliers. Et puis – c’est un phénomène « très nouveau », a souligné Jean-François Delfraissy – le Conseil scientifique a alerté sur la « désorganisation sociétale en janvier » due aux très nombreuses contaminations et cas contacts attendus avec à la clé un « impact sur les services publics et privés ».null

DECRYPTAGE – La partition compliquée d’Emmanuel Macron face à Omicron

DOSSIER – La France face à la cinquième vague et au variant Omicron

Alors que la France a enregistré jeudi 91.000 cas – les « pires chiffres de l’épidémie » a pointé le ministre de la Santé, Olivier Véran – « plusieurs centaines de milliers de cas par jour » sont attendus en janvier, a prévenu le professeur Arnaud Fontanet. Jean-François Delfraissy a aussi précisé qu’il y aurait évidemment parmi ces cas de nombreux malades asymptomatiques ou avec peu de symptômes.

La question des règles d’isolement

Mais « dans le cadre de cette fulgurance, de la diffusion massive des contaminations, d’une incidence attendue à 6 chiffres, cela pose un sujet que les Anglais commencent à voir émerger de manière forte avec les règles d’isolement, a expliqué Olivier Guérin, médecin du CHU de Nice. Vont se poser des problèmes sur les secteurs stratégiques, la santé, la distribution alimentaire, les transports, l’énergie, la sécurité… »

Le Conseil scientifique, une fois les données sur la gravité d’Omicron consolidées, pose la question de la nécessité, sans doute, de revoir les règles d’isolement.

Macron appelle les Français à se tester avant les fêtes

Les tests sur le marché détectent bien le variant Omicron

« C’est une question qui va toucher toute la société, une question complexe, a ajouté le professeur Arnaud Fontanet. Il faut qu’on s’habitue à ce qu’en janvier, on fonctionne en mode dégradé. Il faut réfléchir sur les secteurs essentiels. A l’école, il peut y avoir un tiers voire plus des enseignants possiblement touchés de manière directe et indirecte. Il y aura des ajustements [des règles, NDLR] à faire en fonction de la sévérité clinique, des tests à faire sur la contagiosité. Des ajustements qui dépendront aussi des fonctions occupées, par exemple à l’hôpital. Il y a des assouplissements possiblement nécessaires, avec parallèlement, une hausse du respect des gestes barrières. »

Ne pas céder à la panique

« On est extrêmement prudents, mais on ne va pas céder à la panique », indique le ministère du Travail. « Nous avons bien identifié le sujet de l’isolement de 17 jours et le problème que cela peut poser aux entreprises », poursuit l’entourage de la ministre Elisabeth Borne qui suit de près l’évolution de l’épidémie. Les échanges avec les acteurs économiques sur la situation se poursuivent, comme ce vendredi où un point sera fait avec l’ANDRH.

Le passe sanitaire en entreprise ne figurera pas dans le projet de loi présenté lundi, mais le sujet, avec cette alerte du Conseil scientifique, reste très ouvert en fonction de l’évolution de l’épidémie et des nouvelles données sur Omicron.

Nous devons éviter tout phénomène de paralysie dans le pays

Les règles d’isolement aujourd’hui en vigueur – 10 jours pour les malades positifs à Omicron, 7 pour leurs cas contacts hors du foyer et 17 pour ceux au sein du foyer – pourraient rapidement évoluer à l’aune des nouvelles connaissances sur Omicron. « Nous devons éviter tout phénomène de paralysie dans le pays, a déclaré Olivier Véran ce jeudi soir. Les règles d’isolement évolueront probablement, je ne peux pas encore donner le nombre de jours d’isolement, mais ça va évoluer évidemment. »

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :