Aller au contenu principal

LE VOTE S’IMPOSE-T-IL EN DÉMOCRATIE ?

LA DÉMOCRATIE SANS VOTE,

d’Aristote à Jacques Rancière, en passant par Jean-Jacques Rousseau ?

ARTICLE Extrait

Vote et démocratie sont-ils (vraiment) indissociables ?

Octave Larmagnac-Matheron publié le 12 décembre 2022 PHILOMAG

« Le vote n’est pas forcément l’alpha et l’oméga de la démocratie », a affirmé récemment le député Manuel Bompard, nommé au poste de coordinateur de La France insoumise (LFI) sans consultation des militants. Une décision qui a engendré de nombreuses critiques tant à l’égard de l’élu des Bouches-du-Rhône que du mouvement lui-même. Qu’en pensent les philosophes, d’Aristote à Jacques Rancière, en passant par Jean-Jacques Rousseau ?


Bien des philosophes, de l’Antiquité à l’époque moderne, auraient sans doute donné raison à Manuel Bompard, lorsqu’il refuse de faire du vote le trait distinctif de la démocratie. Pour la plupart des auteurs classiques, la démocratie est définie bien davantage par le tirage au sort des magistrats et, éventuellement, des députés du peuple, investis du pouvoir législatif.

L’élection contre le sort 

Déjà au IVe s. av. J.-C., dans Les Politiques, Aristote écrit qu’il « est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives ». Tel était bien le cas de la démocratie athénienne. Montesquieu le redira dans De l’esprit des lois (1748) : « Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le sort est une façon dʼélire qui nʼafflige personne ; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir la patrie. » Rousseau, citant Montesquieu dans Du contrat social (1762), le réaffirmera : « La voie du sort est plus dans la nature de la démocratie. »

Le sort offre une garantie considérable, là où le vote favorise le désir de pouvoir”

Si Aristote, Montesquieu et Rousseau évoquent la question sur un mode descriptif, sans porter de jugement de valeur (la démocratie est une forme de régime, le sort est son trait distinctif), Jaques Rancièreréinvestit, dans La Haine de la démocratie(2005), la démocratie comme régime de désignation par le sort comme un idéal normatif. Le sort a en effet des qualités spécifiques que l’on ne retrouve dans aucun autre régime, à commencer par ceux d’élection par vote. Si « le bon gouvernement, c’est le gouvernement de ceux qui ne désirent pas gouverner », le sort offre une garantie considérable, là où le vote favorise le désir de pouvoir.

Le sort, de surcroît, est absolument juste, égalitaire. On l’accuse parfois de favoriser les personnes incompétentes, mais il ne les favorise pas plus que celles supposées compétentes. Précisément, pour Rancière, il n’octroie de privilège à aucun titre, aucun insigne, aucune compétence, aucune expertise, aucune généalogie, dont les principes hiérarchiques régissent l’ensemble des autres sphères de la société. Il est un « principe …

…/…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :