Aller au contenu principal

POURQUOI LA FRANCE EST UNE DEMOCRATIE DEFAILLANTE DEPUIS 2019 ? (Partie 4)

LA DEMOCRATIE FRANCAISE EST DECLASSEE DEPUIS 2019, POURQUOI ?

Il convient de relever que le rapport 2021 Democraty Index ne développe guère la situation nationale.

L’élection présidentielle oblige au silence ? on peut s’interroger. Seule phrase concernant la France dans le communiqué de presse : « Imposer des pass et des vaccins pose la question du droit des individus à participer librement à la vie publique de leur pays s’ils ne sont pas vaccinés ». L’étude, qui pointe toutefois du doigt les propos d’Emmanuel Macron dans Le Parisien, qui a déclaré il y a quelques semaines qu’il voulait « emmerder les non vaccinés ».

Le rapport rappelle que la France est déclassée et n’appartient pas aux démocraties véritables, et que le score 2021 est identique à celui de 2020. Aucun élément positif n’est venu améliorer une situation qui s’est dégradée depuis 2019 au point de conduire à un à une exclusion de la France du club des démocratie à part entière.

La définition donnée des Démocraties imparfaites éclaire déjà la situation française :

« Ces pays ont également des élections libres et équitables et, même s’il y a des problèmes (tels que des atteintes à la liberté des médias), les libertés civiles fondamentales sont respectées. Cependant, il existe des faiblesses importantes dans d’autres aspects de la démocratie, notamment des problèmes de gouvernance, une culture politique sous-développée et de faibles niveaux de participation politique. »

Nous vous présentons des extraits significatifs du rapport et avons mis en gras les éléments qui éclairent ce déclassement français.

Les auteurs de l’étude insistent surtout sur les points suivants qui distinguent la démocratie qui n’est que formelle ( défaillante ou dégradée ) d’une démocratie véritable et complète :

  • le fonctionnement du gouvernement et la participation.
  • les aspects de la société et de la culture politique dans les sociétés démocratiques.
  • les mesures de la démocratie qui reflètent l’état des libertés politiques et des libertés civiles ne sont pas suffisantes. Elles n’englobent pas suffisamment, ou, dans certains cas, pas du tout, les caractéristiques qui déterminent le caractère substantiel de la démocratie.
  • la règle de la majorité doit être combinée avec la garantie des droits de l’homme individuels et des droits des minorités
  • la qualité minimale du fonctionnement du gouvernement.
  • si les décisions fondées sur la démocratie ne peuvent pas être ou ne sont pas mises en œuvre, alors le concept de   démocratie n’a  pas beaucoup de sens.
  • une culture politique démocratique est également cruciale pour la légitimité, le bon fonctionnement et, en fin de compte, la durabilité de la démocratie.
  • le gouvernement n’est qu’un élément d’un tissu social composé d’institutions, d’organisations politiques et d’associations nombreuses et variées.
  • les démocraties prospèrent lorsque les citoyens sont disposés à participer au débat public, à élire des représentants et à adhérer à des partis politiques.

Rappel de ce que nous écrivions il y a un an lors du classement de 2020…

« Global democracy 2020 » | Trois pays cités en vedettes: France « démocratie défaillante », le Mali en baisse, Taïwan en hausse https://metahodos.fr/2021/02/04/global-democracy-2020-trois-pays-cites-en-vedettes-france-democratie-defaillante-le-mali-en-baisse-taiwan-en-hausse/

Le score de la France s’est encore dégradé –

« Les verrouillages imposés par le gouvernement et d’autres mesures de contrôle de la pandémie ont conduit à un énorme recul des libertés civiles en 2020, entraînant des déclassements dans la majorité des pays. Confrontés à une nouvelle maladie mortelle contre laquelle les humains n’avaient pas d’immunité naturelle, la plupart des gens ont conclu que la prévention d’une perte de vie catastrophique justifiait une perte temporaire de liberté. 

Le classement a sanctionné les pays qui ont retiré leurs libertés civiles, n’ont pas permis un contrôle adéquat des pouvoirs d’urgence ou ont refusé la liberté d’expression – indépendamment du fait que le public ait ou non soutenu les mesures gouvernementales. 

En France, par exemple, des verrouillages sévères et des couvre-feux nationaux ont conduit à une légère mais significative diminution de son score global et le pays est tombé dans la catégorie «démocratie imparfaite»« 

La France arrive 24e  SUR 167 pays.

Elle est ainsi reléguée dans la catégorie des « démocraties défaillantes », avec un indice de démocratie s’élevant à 7,99 sur 10, contre 8,12 l’année dernière. La Belgique est aussi dans cette catégorie avec une note de 7,51.

Pour les chercheurs du groupe britannique, la France a perdu des points en raison des « restrictions de la liberté de déplacement » au travers de « plusieurs confinements et des couvre-feux nationaux », écrivent ils dans leur rapport. Les etudes des années précédentes mettaient par ailleurs en exergue les insuffisances – plus structurelles – de la démocratie française.

…ET DU DECLASSEMENT DE 2019

La France classée 24e, 29e ou 37ème pour sa démocratie et sa gouvernance https://metahodos.fr/2020/08/30/la-france-classee-24eme-29eme-ou-37eme-pour-sa-democratie-et-sa-gouvernance/

Trois comparaisons internationales – outre l’ Institut Varieties of Democracy (V-Dem) qui sera traité ultérieurement – en matière de démocratie et de gouvernance peuvent être citées. Toutes trois : constatent une détérioration globale de la qualité de la démocratie, et ne réservent pas un sort enviable à la France dans les évaluations et les classements.

1. L’institut de recherche Freedom House classe la France en 37ème position dans son rapport 2020.

2. L’ Edition 2019 de l’indice annuel de la démocratie de The Economist Intelligence Unit constate une dégradation généraleFrance: 29ème

La détérioration démocratique dans la région MENA a été plus modeste, mais a suivi une tendance à une régression régulière depuis 2012, lorsque les acquis du printemps arabe ont commencé à s’inverser. Le score moyen pour l’Asie et l’Australasie, l’Europe de l’Est, l’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest a stagné en 2019.

Le classement : Pour 2019, le trio de tête est composé de pays d’Europe du Nord, avec la Norvège, l’Islande ainsi que la Suède. Ces pays excellent dans toutes les dimensions constitutives d’une démocratie pleine. A l’inverse, la France hérite de la 29ème place et du statut de démocratie imparfaite.

En cause, une culture politique très faible de ses citoyens (elle n’y récolte que la note de 5,63/10, au même niveau que la Biélorussie, le Mali, le Nicaragua et le Qatar… et derrière la Chine).

Voir nos publications récentes au sujet du Democraty Index 2021

CLASSEMENTS/DECLASSEMENTS DEMOCRATIQUES – DEMOCRATY INDEX (partie 3) https://metahodos.fr/2022/02/14/classements-et-declassements-democratiques/

La France, démocratie défaillante. (Partie 2) Analyse et pistes de solutions. Point de vue. https://metahodos.fr/2022/02/13/la-france-democratie-defaillante-partie-2-analyse-et-pistes-de-solutions-point-de-vue/

La France confirme son statut de «démocratie défaillante» – DEMOCRATY INDEX 2021 (Partie 1) https://metahodos.fr/2022/02/13/la-france-confirme-son-statut-de-democraties-defaillante/

EXTRAITS DU RAPPORT 2021

1. Les réponses autoritaires à la pandémie sapent la démocratie

2. Les pays développés d’Europe occidentale continuent de dominer parmi les « démocraties à part entière » du monde – (La FRANCE en est exclue)

3. Définir et mesurer la démocratie

4. Méthodologie

5. Le modèle

1. Les réponses autoritaires à la pandémie sapent la démocratie

Deux ans après que le monde a entendu parler pour la première fois du covid-19, la pandémie de coronavirus a conduit à une énorme extension du pouvoir de l’État sur la vie des gens et l’érosion des libertés individuelles.

Dans le rapport 2020 Democracy Index, In sickness and in health, nous avons souligné le risque que l’adoption sans précédent en temps de paix de pouvoirs d’urgence et le retrait des libertés civiles en réponse à la pandémie persistent en 2021. À la fin de 2021, il était clair que cet état d’affairs s’était normalisé.

L’autoritarisme rampant qui a accompagné la pandémie soulève des questions quant à savoir si, dans quelles circonstances et pour combien de temps, les gouvernements et les citoyens sont prêts à saper les droits démocratiques dans la cause de la santé publique.

Il y avait des arguments convaincants en faveur de confinements et de mesures de distanciation sociale au cours de la première année de la pandémie, compte tenu du taux de mortalité élevé et de l’absence de vaccins. Cependant, le déploiement réussi des vaccins, le développement de traitements plus efficaces et une baisse spectaculaire des maladies graves et des décès au cours de la dernière vague pandémique à la fin de 2021 ont coïncidé avec l’introduction de mesures gouvernementales plus intrusives et coercitives.

Les gouvernements ont introduit une panoplie de mesures intrusives  et coercitives

Parallèlement au déploiement des vaccins dans une grande partie du monde en 2021, de  nombreux gouvernements ont imposé davantage de confinements et de restrictions de voyage institutionnalisées. Ils ont également adopté une panoplie d’approches pour tester, suivre, surveiller et, dans certains cas, contrôler les citoyens.  Ceux-ci comprenait l’introduction de systèmes d’essai et de traçage de masse;  l’utilisation  de « formulaires  de localisation des passagers » et les « passeports » vaccinaux;  l’obligation  de présenter un « laissez-passer vert » de vaccination pour visiter le public intérieur les lieux de travail, y compris les  lieux de travail dans certains pays;  et l’introduction de mandats de vaccination pour certains ou tous les citoyens. Le gouvernement autrichien a rendu la vaccination obligatoire pour tous les adultes à partir de février 2022. La Grèce a fait de même pour les plus de 60 ans à partir de la mi-janvier 2022 et  l’Italie l’a fait pour le  plus de 50 ans. D’autres gouvernements envisagent d’adopter des  mesures similaires.

Le développement rapide de vaccins efficaces pour lutter contre le covid-19 a été un pas en avant incroyablement positif dans la protection de l’humanité contre le nouveau virus.  Les vaccins offrent la meilleure défense contre les maladies graves, l’hospitalisation et la mort des personnes les plus à risque de contracter la maladie.  La majorité des citoyens à qui on a offert un vaccin ont choisi de le prendre, bien que le déploiement des vaccins en 2021 ait été concentré de manière disproportionnée dans les pays les plus riches du monde. Néanmoins, à la fin de 2021, environ 9,4 milliards de doses avaient été administrées, selon  Our World in Data, et 3,9 milliards de  personnes, soit 50,3% de la population mondiale, l’avaient été. entièrement vacciné. Les taux de vaccination variaient de moins de   2% dans certains pays africains à environ 70-80% dans les économies plus développées d’Asie,

Europe occidentale, Amérique latine et Amérique  du Nord.

On estimait à 300 millions le nombre   de  cas de covid-19 et 5,5 millions de  décès d’ici la fin de 2021, sur la  base des  données officielles, bien que The Economist estime que le nombre réel de décès est plus de 3,5 fois le chiffre  officiel, à  plus de  19 millions, sur la  base des  données sur les décès excédentaires. Sans les vaccins, le nombre de morts  serait plus élevé.

Pourtant, dans de nombreux pays, une minorité importante de personnes ont décidé de ne pas se faire vacciner pour   diverses raisons.  Véritable médical les exemptions sont extrêmement rares. La seule contre-indication médicale à un vaccin à ARNm covid-19 (Pfizer ou Moderna) est une  histoire antérieure de réaction anaphylactique à une vaccination antérieure contre le covid-19. Les personnes à risque de thrombocytopénie et de thrombose induites par le vaccin (problèmes de coagulation associés au vaccin AstraZeneca), ou ayant des antécédents de la même chose, peuvent avoir un vaccin à ARNm. Ceux qui refusent un vaccin le font pour diverses raisons: certains citent des préoccupations concernant les effets à long terme des vaccins;  d’autres répandent des  théories  du complot,  comme celle qui prétend que des micropuces sont implantées chez l’homme à l’aide du vaccin. La première objection peut être sensible à un argument raisonné  basé sur la preuve scientifique que les vaccines sont sûres; la seconde est irrationnelle et ses partisans sont probablement imperméables à l’argument raisonné. Le scepticisme à l’égard des vaccins est plus élevé dans certains pays que dans d’autres, ce qui reflète souvent un  faible niveau de confiance du public dans l’État, de nombreux pays d’Europe de l’Est  étant des valeurs aberrantes notables.   

Efforts visant à obliger les refuseniks à se faire vacciner est  susceptible d’être contre-productif, d’enraciner la résistance et d’encourager la suspicion à l’égard de l’administration.

Pénaliser les personnes non vaccinées

Pourtant, certains gouvernements des démocraties développées ciblent les refuseurs de vaccins pour un traitement punitif – en leur infligeant des amendes pour ne pas avoir été vaccinés et en leur refusant l’accès aux lieux sociaux et publics, y compris les cafés, les bars, les restaurants, les cinémas, les théâtres et les transports publics. Certaines de ces mesures peuvent être imposées pour une durée limitée, mais elles créent néanmoins un précédent.

2. Les pays développés d’Europe occidentale continuent de dominer parmi les « démocraties à part entière » du monde (La FRANCE en est exclue)

Ces pays représentant  12 des  21 au total  en 2021.  L’Asie et l’Australasie comptent cinq «démocraties à part entière »,  dont trois asiatiques (Japon, Corée du Sud et Taïwan) aux côtés de l’Australie  et de la Nouvelle-Zélande. 

Deux pays d’Amérique latine sont classés comme des « démocraties à part entière » (Costa Rica et Uruguay), contre trois en 2020, tout comme  un pays africain (Maurice).  La prédominance des pays de l’OCDE  parmi ceux classés comme « démocraties à part entière » suggère que le niveau de développement économique peut constituer une contrainte importante, sinon contraignante,  au développement  démocratique.

Les « démocraties imparfaites » sont concentrées en Europe de l’Est (16, contre 13 en 2020), en Amérique latine  (11, contre 13) et en Asie (10).  L’Europe occidentale en   compte huit et l’Afrique subsaharienne  six.  L’Europe de l’Est  n’a pas une seule « démocratie complète », malgré la prépondérance des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure dans la région. L’Estonie (7,84), la République tchèque (7,74) et  la   Slovénie (7,54), classées 27e, 28e et 35e au classement  mondial, se rapprochent le plus de la  qualification de  « démocratie à part entière » (avec un score supérieur à 8,00).

L’absence d’une seule « démocratie pleine » en Europe de l’Est est frappante et exige une explication qui tienne compte de l’expérience unique de la région sous la domination de l’Union soviétique après 1945 et pendant sa transition post-communiste après 1989. L’Europe de l’Est a   réussi à éviter une nouvelle baisse en 2021, mais elle a enregistré une baisse significative de 0,40 point de son score global depuis la création de l’indice de démocratie en 2006. La région continue de se débattre avec des faiblesses fondamentales dans les institutions et la culture politique.

D’importantes régressions démocratiques se sont également produites en Europe occidentale, dont le score moyen a diminué de 0,38 depuis 2006, ce qui indique que le malaise démocratique de la dernière décennie a imprégné certaines des démocraties les plus développées du monde. North America a également enregistré une forte baisse de son score global au cours de la durée de vie de l’indice de la démocratie, totalisant 0,28 point, le score des États-Unis diminuant de 0,37 point et celui du Canada diminuant de 0,20 point, plus ou moins en ligne avec la détérioration enregistrée en moyenne en Europe occidentale au cours de la même période. C’est l’une des conclusions les plus frappantes de l’indice de la démocratie: contrairement à l’accent habituel mis sur les problèmes démocratiques dans le monde en développement, les résultats de notre indice au cours des 15 dernières années montrent que la régression la plus alarmante s’est produite dans les démocraties avancées.

3. Définir et mesurer la démocratie

Il n’y a pas de consensus sur la façon de mesurer la démocratie. Les définitions de la démocratie sont contestées et il y a  un débat animé sur le sujet.  La question  n’est pas seulement d’intérêt académique.  Par exemple, bien que la promotion de la démocratie figure en bonne place sur la liste des priorités de la politique étrangère américaine, il n’y a pas de consensus au sein du gouvernement américain sur ce qui constitue une démocratie. Comme l’a dit un observateur : « La seule superpuissance du monde    promeut rhétoriquement et militairement  un système politique qui reste indéfini – et elle mise sa  crédibilité et son trésor dans cette poursuite » (Horowitz,  2006, p. 2006.  114).

Bien que les termes « liberté » et « démocratie » soient souvent utilisés de manière interchangeable, les deux ne sont pas synonymes. La démocratie peut être considérée comme un ensemble de pratiques et de principes qui institutionnalisent et, par conséquent, protègent la liberté. Même si un consensus sur des définitions précises s’est avéré insaisissable, la plupart des observateurs d’aujourd’hui conviendraient que, au minimum, les caractéristiques fondamentales d’une démocratie comprennent un gouvernement fondé sur la règle de la majorité et le consentement des gouvernés; l’existence d’élections libres et équitables; la protection des droits des minorités; et le respect des droits fondamentaux de l’homme.

La démocratie présuppose l’égalité devant la loi, une procédure régulière et le pluralisme politique.

La question se pose de savoir si la référence à ces caractéristiques fondamentales est suffisante pour une conception satisfaisante de la démocratie. Comme nous l’avons vu plus loin, il y a une question quant à la mesure dans laquelle la définition peut avoir besoin d’être élargie.

Certains insistent sur le fait que la démocratie est, nécessairement, un concept dichotomique : un État est démocratique ou non. Mais la plupart des mesures semblent maintenant adhérer à un concept continu, avec la possibilité de divers degrés de démocratie. À l’heure actuelle, la mesure la plus connue est produite par l’organisation freedom house basée aux États-Unis. La moyenne de ses indices, sur une échelle de 1 à 7, de liberté politique (sur la base de 10 indicateurs) et de libertés civiles (sur la base de 15 indicateurs) est souvent considérée comme une mesure de la démocratie.

La mesure Freedom House est disponible pour tous les pays et remonte au début des années 1970. Il a été largement utilisé dans les enquêtes empiriques sur la relation entre la démocratie et diverses variables économiques et sociales. Le soi-disant projet Polity fournit, pour un plus petit nombre de pays, des mesures de la démocratie et des types de régimes, basées sur des définitions plutôt minimalistes, remontant au 19ème siècle. Ceux-ci ont également été utilisés dans des travaux empiriques. Freedom House mesure également un concept plus étroit, celui de « démocratie électorale ». Les démocraties dans ce sens minimal partagent au moins une caractéristique commune et essentielle. Les postes de pouvoir politique sont pourvus par des élections régulières, libres et équitables entre partis concurrents, et il est possible qu’un gouvernement en place soit démis de ses fonctions par des élections.

Les critères de Freedom House pour une démocratie électorale comprennent :

  1. Un système politique compétitif et multipartite  .
  2. Suffrage universel des adultes .
  3. Des élections régulièrement contestées menées  sur la base de  scrutins secrets, d’une  sécurité  raisonnable des  bulletins de vote  et de  l’absence de fraude   électorale massive  .
  4. Accès public important   des principaux partis politiques à   l’électorat par le biais des médias et par le biais de campagnes politiques généralement  ouvertes.  

La définition de Freedom House de la liberté politique est plus exigeante (mais pas beaucoup) que ses critères de démocratie électorale – c’est-à-dire qu’elle classe plus de pays comme démocraties électorales que comme « libres » (certains pays « partiellement libres » sont également classés comme « démocraties électorales »). Fin 2015, 125 des 193 États étaient classés comme « démocraties électorales » ; parmi ceux-ci, selon un critère plus strict, 89 États ont été classés comme « libres ». La mesure de liberté politique de Freedom House couvre le processus électoral et le pluralisme politique et, dans une moindre mesure, le fonctionnement du gouvernement et quelques aspects de la participation.

Une différence clé dans les mesures est entre les concepts de démocratie « mince », ou minimaliste, et « épais » ( dense ) ou plus larges , (Coppedge, 2005). Les concepts minces correspondent étroitement à une définition académique immensément influente de la démocratie, celle du concept de polyarchie de Dahl (Dahl, 1970).

La polyarchie comporte huit composantes, ou exigences institutionnelles : presque tous les citoyens adultes ont le droit de vote ; presque tous les citoyens adultes sont admissibles à une charge publique; les dirigeants politiques ont le droit de se disputer les votes; les élections sont libres et équitables; tous les citoyens sont libres de former des partis politiques et d’autres organisations et d’y adhérer; tous les citoyens sont libres de s’exprimer sur toutes les questions politiques; diverses sources d’information sur la politique existent et sont protégés par la loi; et les politiques gouvernementales dépendent des votes et d’autres expressions de préférence.

La mesure de démocratie électorale de Freedom House est un concept mince. Sa mesure de la démocratie fondée sur les droits politiques et les libertés civiles est « plus épaisse » que la mesure de la « démocratie électorale ». D’autres définitions de la démocratie se sont élargies pour inclure des aspects de la société et de la culture politique dans les sociétés démocratiques.

La  mesure de l’Economist Intelligence Unit

L’indice de l’Economist Intelligence Unit est basé sur l’opinion que les mesures de la démocratie qui reflètent l’état des libertés politiques et des libertés civiles ne sont pas assez épaisses. Ils n’englobent pas suffisamment, ou, dans certains cas, pas du tout, les caractéristiques qui déterminent le caractère substantiel de la démocratie.

La liberté est une composante essentielle de la démocratie, mais pas suffisante en soi. Dans les mesures existantes, les éléments de participation politique et de fonctionnement du gouvernement ne sont pris en compte que de manière marginale et formelle.

Notre  indice de démocratie est fondé sur cinq catégories :

  • le processus électoral et le pluralisme;  
  • les libertés civiles;  
  • le fonctionnement du gouvernement;  
  • la participation  politique;  et
  • la culture politique.  

Les cinq catégories sont interconnectées et forment un ensemble  conceptuel cohérent.  La condition de  la tenue  d’élections compétitives libres  et équitables et de la satisfaction des aspects connexes de la liberté politique est clairement la condition sine qua non de toutes les définitions. Toutes les définitions modernes, à l’exception des plus minimalistes, considèrent également les libertés civiles comme une composante vitale  de ce que l’on appelle souvent la « démocratie libérale ».  Le principe de la protection des droits  de l’homme  fondamentaux est largement accepté.

Elle est inscrite dans les constitutions du monde entier, ainsi que dans la Charte des Nations Unies et les accords internationaux tels que l’Acte final d’Helsinki (la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe).

Les droits fondamentaux de l’homme comprennent :

  • la liberté de parole, d’expression et de la presse; 
  • la liberté de religion,
  • la liberté de réunion et d’association et
  • le droit à une procédure judiciaire régulière.

Toutes les démocraties sont des  systèmes dans lesquels les  citoyens prennent librement des décisions politiques par  la règle de la majorité.  Mais règle par la majorité  n’est pas nécessairement démocratique.  Dans une démocratie, la règle de la majorité doit être combinée avec la garantie des droits de l’homme individuels et des droits des minorités

La plupart des mesures comprennent également des  aspects de la qualité minimale du fonctionnement du gouvernement.

Si les décisions fondées sur la démocratie ne peuvent pas être ou ne sont pas mises en œuvre, alors le concept de   démocratie n’a  pas beaucoup de sens.

La démocratie est  plus que la somme de ses institutions.  Une culture politique démocratique est également cruciale pour la légitimité, le bon fonctionnement et, en fin de compte, la durabilité de la démocratie.

Une culture politique démocratique est également cruciale pour la légitimité, le bon fonctionnement et, en fin de compte, la durabilité de la démocratie.

Le processus électoral  divise périodiquement la population en gagnants et en perdants.  Une culture politique démocratique réussie implique que les      partis perdants et  leurs partisans acceptent le jugement des électeurs et permettent le transfert pacifique  du pouvoir.

La participation est également une composante  nécessaire, car l’apathie et l’abstention sont des ennemis de la démocratie.

Même  les mesures qui se concentrent principalement sur les  processus de  démocratie représentative et libérale comprennent (bien qu’insuffisamment  ou insuffisamment) certains aspects de la participation. 

Dans une démocratie, le gouvernement n’est qu’un élément d’un tissu social composé d’institutions, d’organisations politiques et d’associations nombreuses et variées.

Les citoyens ne peuvent pas être tenus de participer au processus politique et ils sont libres d’exprimer leur mécontentement en ne participant pas. Cependant, une démocratie saine exige la participation active et librement choisie des citoyens à la responsabilité publique.

Les démocraties prospèrent lorsque les citoyens sont disposés à participer au débat public, à élire des représentants et à adhérer à des partis politiques.

En soutenant la participation, la démocratie commence à dépérir et à devenir l’apanage de petits groupes sélects.

Dans le même temps, même notre mesure plus dense, plus inclusive et plus large de la démocratie n’inclut pas d’autres aspects – qui, selon certains auteurs, sont également des éléments cruciaux de la démocratie – tels que les  niveaux de bien-être économique et social

4. Méthodologie

L’indice de démocratie de l’Economist Intelligence Unit, sur une échelle de 0 à 10, est basé sur les notations de 60 indicateurs, regroupés en cinq catégories : processus électoral  et pluralisme ;   les libertés civiles;  le fonctionnement du gouvernement; la participation politique;  et la culture politique. Chaque catégorie a une note sur une échelle de 0 à 10, et    l’indice  global est la moyenne simple des cinq  indices de catégorie.

Les index de catégorie sont    basés sur la somme des scores des  indicateurs  de la  catégorie, convertis en  une échelle de  0 à 10.  Des ajustements sont  apportés aux  scores de catégorie si les pays n’obtiennent pas  un score de 1 dans les domaines critiques suivants pour la démocratie :

  • Si les élections nationales sont libres et équitables.
  • La sécurité des électeurs.
  • L’influence des puissances étrangères sur le gouvernement.
  • La capacité  de  la fonction publique à  mettre en œuvre des politiques.

Si les scores pour les trois premières questions sont de 0 (ou 0,5), un point (0,5 point) est  déduit de l’indice dans la catégorie concernée (soit le processus électoral et le pluralisme, soit le fonctionnement du gouvernement).   Si le score pour 4 est de 0, un point est  déduit du fonctionnement de l’indice des  catégories gouvernementales.

Les  valeurs de l’indice sont utilisées pour placer les  pays dans l’un des quatre types de régime suivants :

  1.  Démocraties complètes : scores supérieurs à 8
  2.  Démocraties imparfaites : scores supérieurs  à  6 et inférieurs  ou égaux à 8
  3.  Régimes hybrides : scores  supérieurs  à  4 et inférieurs  ou égaux à  6
  4.  Régimes autoritaires : scores inférieurs  ou égaux à 4

Démocraties à part entière : Pays dans lesquels non seulement les libertés politiques fondamentales et les libertés civiles sont respectées, mais qui ont  également tendance à être étayés par une culture politique propice à l’épanouissement de  la démocratie. Le fonctionnement du gouvernement est satisfaisant.  Les médias sont indépendants et diversifiés. Il existe un système efficace de freins et contrepoids. Le pouvoir judiciaire est indépendant et les décisions judiciaires sont appliquées.  Il  n’y a que des  problèmes limités dans le fonctionnement des démocraties.

Démocraties imparfaites : Ces pays ont également des élections libres et équitables et, même s’il y a des problèmes (tels que des atteintes à la liberté des médias), les libertés civiles fondamentales sont respectées. Cependant, il existe des faiblesses importantes dans d’autres aspects de la démocratie, notamment des problèmes de gouvernance, une culture politique sous-développée et de faibles niveaux de participation politique.

Régimes hybrides : Les élections comportent des irrégularités substantielles qui les empêchent souvent d’être à la fois libres et équitables. Les pressions gouvernementales sur les partis et les candidats opposés peuvent être courantes. Les faiblesses graves sont plus répandues que dans les démocraties imparfaites – dans la culture politique, le fonctionnement du gouvernement et la participation politique.  La corruption a tendance à être répandue et  l’état de droit est faible.  La société civile est faible. En règle générale, il y a du harcèlement et de la pression sur les journalistes, et le pouvoir judiciaire n’est pas indépendant.

 Régimes autoritaires : Dans ces États, le pluralisme politique de l’État est absent ou fortement circonscrit.  De nombreux pays de cette catégorie sont carrément des dictatures.  Certaines institutions formelles de la démocratie peuvent  exister, mais celles-ci ont peu de substance.  Les élections, si elles ont lieu, ne sont pas libres et équitables.  Il y a  mépris pour les abus et les atteintes aux libertés civiles. Les médias sont généralement détenus ou contrôlés par l’État par des groupes liés au régime au pouvoir. Il y a une répression de la critique du gouvernement et une censure omniprésente.  Il  n’y a pas de pouvoir judiciaire indépendant.

Le  système scoring

Nous utilisons une combinaison d’un système dichotomique et d’un système de notation à trois points pour les 60 indicateurs. Un  système de  notation dichotomique 1-0 (1 pour un oui et 0 pour une réponse non) n’est  pas sans problèmes, mais il présente plusieurs avantages distincts par rapport à des échelles de notation plus raffinées (telles que le 1-5 ou le 1-7 souvent utilisé). Pour de nombreux indicateurs, la possibilité d’un score de  0,5  est introduite, pour capturer les « zones grises », où un simple oui (1)  ou non (0) est problématique, avec des lignes directrices quant au moment où cela devrait être utilisé.  Par conséquent, pour de nombreux indicateurs, il existe un système de notation à trois points, qui représente un compromis entre une notation dichotomique  simple  et l’utilisation  d’échelles plus fines.

Les problèmes des échelles de  notation de 1 à 5 ou de 1 à 7 sont nombreux.  Pour la plupart des indicateurs de ces systèmes, il est extrêmement difficile de définir des critères ou des lignes directrices significatifs et comparables pour chaque score. Cela peut conduire à des scores  arbitraires, fallacieux et non comparables.  Par exemple, un score de 2 pour un pays peut être noté un 3 dans un autre, et ainsi de suite. Alternativement, un expert peut noter un indicateur pour un pays particulier  d’une manière différente  de celle d’un autre expert.  Cela contrevient à un principe de base de la mesure, celle de la soi-disant  fiabilité – la mesure dans laquelle une procédure de mesure produit les mêmes mesures à  chaque fois, quelle que soit  la personne qui l’effectue.  Les systèmes à deux et trois points  ne garantissent pas la fiabilité, mais la rendent plus probable.

Deuxièmement, la comparabilité entre les scores des indicateurs et l’agrégation dans un indice multidimensionnel semble plus valable avec une échelle de deux ou trois points pour chaque indicateur (les dimensions étant

sont similaires d’un indicateur à l’autre). En revanche, avec un système 1-5, les scores sont plus susceptibles de signifier des choses différentes entre les indicateurs (par exemple, un 2 pour un indicateur peut être plus comparable à un 3 ou 4 pour un autre indicateur).  Les problèmes d’un système  1-5 ou 1-7 sont amplifiés  lorsque l’on tente  d’étendre l’indice  à de nombreuses régions et pays.

 Caractéristiques de l’indice de l’Economist   Intelligence Unit

 Sondages d’opinion publique

Un aspect crucial et différenciant de notre mesure est que, en plus des évaluations d’experts, nous utilisons, lorsqu’elles sont disponibles, des sondages d’opinion publique, principalement le World Values Survey. Les indicateurs basés sur les enquêtes  prédominent fortement dans les  catégories de la participation politique et de la  culture politique,  et quelques-uns sont utilisés dans les libertés civiles et le  fonctionnement  des   catégories gouvernementales

Outre l’enquête sur les valeurs mondiales, d’autres sources peuvent être exploitées, notamment les enquêtes Eurobaromètre, les sondages Gallup, le Baromètre asiatique, le Baromètre latino-américain, l’Afrobaromètre et les enquêtes nationales.   Dans le  cas des pays   pour lesquels les  résultats de     l’enquête sont manquants, les  résultats des enquêtes pour des pays similaires et l’évaluation par des experts  sont utilisés  pour combler  les lacunes.

Participation et participation électorale

Après avoir augmenté pendant de nombreuses décennies, il y a eu une tendance à la baisse de la participation électorale dans la plupart  des démocraties établies depuis les années 1960.   La faible participation peut être due au désenchantement, mais elle peut aussi être un signe de contentement.  Beaucoup, cependant, considèrent qu’un faible taux de participation   n’est pas souhaitable, et il y a  beaucoup de  débats sur les facteurs qui affectent le  taux de participation et  sur la façon de  l’augmenter.

Un taux de participation élevé est généralement considéré comme une preuve de la légitimité du système actuel. Contrairement à   ce que  l’on croit largement,  il existe  en fait une corrélation étroite entre la  participation et les  mesures globales de la démocratie, c’est-à-dire que    les démocraties développées et consolidées ont, à de très rares exceptions près,  taux de participation plus élevé (généralement supérieur à 70 %) que dans les  démocraties moins établies.

Les pouvoirs législatif et exécutif

L’équilibre approprié  entre ceux-ci est très contesté dans la théorie  politique.  Dans notre modèle, la  prédominance évidente de la législature est évaluée positivement, car il existe une très forte corrélation entre la  domination législative et les  mesures de la démocratie globale.

5. LE MODELE

I Processus électoral  et pluralisme

  1. Les élections  à la législature nationale et au  chef du gouvernement sont-elles libres ?

Déterminez si les élections sont concurrentielles en ce sens que les électeurs sont libres de voter et se voient offrir une gamme de choix.

1 : Conditions essentiellement illimitées  pour la présentation des candidats ( par exemple, pas d’interdiction des  grands partis).

0.5 : Il y a  certaines restrictions sur le processus électoral.

0 : Il existe un  système de parti unique ou des obstacles majeurs (par exemple, l’interdiction d’un  grand parti ou d’un candidat).

  • Les élections à la législature nationale et au  chef du gouvernement sont-elles équitables ?  1: Aucune irrégularité majeure dans le processus de vote.

0.5 : Des irrégularités importantes  se produisent (intimidation, fraude), mais n’affectent  pas de manière significative le résultat  global.

0: Des irrégularités majeures se produisent et affectent le résultat.  Score 0 si le score pour la question 1 est 0.

  • Les  élections municipales sont-elles à la fois libres et équitables ?   1: Sont libres et équitables.

0.5: Sont gratuits, mais pas justes.  0: Ne sont ni libres ni équitables.

  • Existe-t-il  le suffrage  universel pour tous les adultes ?

Interdire les exclusions généralement acceptées (par exemple, les non-ressortissants; les criminels; les membres des forces armées  dans certains pays).

1 : Oui.

0 : Non.

  • Les citoyens peuvent-ils  voter sans menaces importantes  pour leur sécurité de la part d’organes étatiques ou non étatiques ?

1 : Oui.

0 : Non.

  • Les lois prévoient-elles une égalité générale des chances en matière de campagne ?  1 : Oui.

0.5 : Formellement, oui, mais, dans la pratique, les opportunités sont limitées  pour certains candidats.  0 : Non.

  •  Le processus de financement des  partis politiques est-il  transparent et généralement accepté?   1 : Oui.

0.5 : Pas totalement transparent.  0 : Non.

  • Après les élections, les mécanismes constitutionnels de transfert ordonné  du pouvoir  d’un gouvernement à   un autre sont-ils clairs, établis et acceptés?

1 : Les trois critères sont remplis.

0,5 : Deux des  trois critères sont remplis.

0 : Un seul ou aucun  des critères  n’est satisfait.

  • Les citoyens sont-ils  libres de former des partis  politiques indépendants  du  gouvernement?
    • Oui.

0.5: Il y a  quelques restrictions.  0 : Non.

  1. Les  partis d’opposition ont-ils une perspective réaliste d’obtenir un gouvernement?  1 : Oui.

0.5: Il existe  un système  bipartite dominant  , dans lequel  les autres  forces politiques  n’ont jamais  aucune chance effective de  participer au gouvernement  national.

0 : Non.

  1.  L’accès potentiel à la fonction publique  est-il  ouvert à tous les citoyens?  1 : Oui.

0.5 : Formellement sans restriction, mais, dans la pratique, restreint pour certains groupes, ou pour les citoyens de certaines régions du pays.

0 : Non.

  1. Les citoyens sont-ils  autorisés à former des organisations  politiques et civiques, libres de l’ingérence  et de  la surveillance de  l’État ?

1 : Oui.

0.5: Officiellement libre, mais soumis à certaines  restrictions ou interférences non officielles.  0 : Non.

  1. Fonctionnement du gouvernement
  2. Les représentants librement élus déterminent-ils la  politique  du gouvernement?  1 : Oui.

0.5 : Exercer une influence  significative.  0 : Non.

  1.   La législature est-elle l’organe politique suprême, avec une nette suprématie sur les  autres branches du gouvernement?

1 : Oui.

0 : Non.

  1.  Existe-t-il un système efficace de freins et contrepoids   à l’exercice  de l’autorité gouvernementale?  1 : Oui.

0.5: Oui, mais il y a  de graves défauts.  0 : Non.

  1. Le gouvernement est libre de toute influence  indue de l’armée  ou des services  de sécurité.  1 : Oui.

0.5 : L’influence est faible, mais le ministre de la  Défense n’est pas un civil.  Si le risque actuel d’un  coup d’État militaire est extrêmement faible, mais que le pays a une histoire récente de  régime militaire ou de coups d’État.

0 : Non.

  1. Les puissances et les organisations étrangères  ne déterminent pas  les  fonctions ou les politiques gouvernementales importantes.  1 : Oui.

0.5 :  Quelques caractéristiques d’un  protectorat.

0 : Non (présence importante  de troupes étrangères;   les décisions importantes prises par une puissance étrangère;  pays est un protectorat).

  1. Les groupes économiques spéciaux, religieux ou d’autres groupes nationaux puissants exercent-ils un pouvoir politique important, parallèlement aux institutions démocratiques?

1 : Oui.

0.5 : Exercer une influence  significative.  0 : Non.

  1. Y a-t-il suffisamment de   mécanismes et d’institutions en place pour que le gouvernement rende des comptes à l’électorat entre les élections?

1 : Oui.

0.5. Oui, mais de graves défauts existent.  0 : Non.

  •    L’autorité du gouvernement s’étend-elle   sur l’ensemble du  territoire du pays?  1 : Oui.

0 : Non.

  • Le  fonctionnement du gouvernement est-il  ouvert et transparent, avec un accès public suffisant  à l’information?

1 : Oui.

0.5: Oui, mais de graves défauts existent.  0 : Non.

  • Dans quelle mesure  la corruption est-elle omniprésente  ?

1: La corruption  n’est pas un problème  majeur.  0.5 : La corruption est un problème important.  0 : La corruption  est omniprésente  .

  •   La fonction  publique est-elle disposée et capable de mettre en œuvre la politique  gouvernementale?  1 : Oui.

0.5. Oui, mais de graves défauts existent.  0 : Non.

  •  Perceptions populaires de la mesure dans  laquelle les  citoyens ont le libre choix et le contrôle de leur vie.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui pensent avoir    beaucoup  de choix/contrôle.  1 si plus de 70%.

0,5 si 50-70%.

0 si moins de 50 %.

  • Confiance du public dans le gouvernement.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey, Gallup polls, Eurobarometer, Latinobarometer

% de personnes qui ont  « beaucoup » ou « beaucoup  » de confiance dans le gouvernement.  1 si plus de 40%.

0,5 si 25-40%.

0 si moins de 25 %.

  •  Confiance du public  dans les partis politiques.   1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey

 % de personnes qui ont  « beaucoup » ou « beaucoup » de confiance.  1 si plus de 40%.

0,5 si 25-40%.

0 si moins de 25 %.

  1.  Participation politique
  2.  Participation électorale/participation aux  élections nationales.

(Taux de participation moyen  aux élections législatives depuis 2000.   Taux de participation en proportion de la population en âge de voter.)

1 si au-dessus de 70%.

0,5 si 50%-70%.

0 si elle est inférieure à 50 %.

Si le vote est obligatoire, notez 0.  Score 0 si les scores pour les  questions 1 ou 2 sont 0.

  • Les  minorités ethniques, religieuses et autres ont-elles un degré raisonnable d’autonomie  et de  voix dans le processus politique?

1 : Oui.

0.5: Oui, mais de graves défauts existent.  0 : Non.

  • Les femmes au parlement.

% des parlementaires  qui sont des femmes.   1 si plus de 20% des sièges.

0,5 si 10-20%.

0 si moins de 10 %.

  • Étendue de la participation politique. Appartenance à des partis politiques et à des organisations politiques non gouvernementales.

Score 1 si plus de 7% de la  population pour l’un ou l’autre.   Score 0,5 si 4-7%.

Score 0 si moins de 4%.

Si la participation est forcée, notez 0.

  • Citizens’ engagement   with politics.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui  s’intéressent beaucoup ou  un peu  à la politique.  1 si plus de 60%.

0,5 si 40-60%.

0 si moins de 40 %.

  • La préparation de la  population à participer   à  des manifestations légales.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui ont participé  à  des manifestations légales ou envisageraient  d’y assister.   1 si plus de 40%.

0,5 si 30-40%.

0 si moins de 30 %.

  • Alphabétisation des adultes.  1 si plus de 90%.  0,5 si 70-90%.

0 si moins de 70 %.

  • Mesure dans  laquelle la population adulte montre un intérêt  et suit la politique dans les nouvelles.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de la population qui suit la politique dans les médias d’information (presse écrite, télévision ou radio) tous les jours.  1 si plus de 50%.

0,5 si 30-50%.

0 si moins de 30 %.

  • Les autorités déploient de sérieux efforts pour promouvoir  la participation politique.  1 : Oui.

0.5 : Quelques tentatives.

0 : Non.

Considérez le rôle du  système d’éducation et d’autres efforts  de promotion.  Envisager des  mesures pour faciliter le vote  des  membres de la diaspora.

Si la participation est forcée, notez 0.

  1. Culture politique démocratique
  2. Existe-t-il  un degré suffisant de consensus et de  cohésion sociétale pour soutenir  une démocratie  stable et fonctionnelle ?

1 : Oui.

0.5: Oui, mais quelques doutes et risques sérieux.  0 : Non.

  • Perceptions du leadership;  proportion de la population qui désire un leader fort qui contourne le parlement et les  élections.

1 : Faible.

0,5 : Modéré.

0 : Élevé.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui pensent qu’il  serait  bon ou assez bon d’avoir un leader fort qui ne se soucie pas  du parlement et des élections.

1 si moins de 30 %.

0,5 si 30-50%.

0 si plus de 50%.

  • Perceptions du régime militaire;  proportion de la population qui  préférerait un  régime militaire.  1 : Faible.

0,5 : Modéré.

0 : Élevé.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui pensent qu’il  serait  très ou assez  bon d’avoir un régime militaire.  1 si moins de 10 %.

0,5 si 10-30%.

0 si plus de 30%.

  • Perceptions de la règle par les  experts ou le gouvernement technocratique;  proportion de la population qui préférerait gouverner   par des experts ou des technocrates.

1 : Faible.

0,5 : Modéré.

0 : Élevé.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% des personnes qui pensent qu’il  serait très ou  assez  bon d’avoir des experts, et non le gouvernement, qui prennent des décisions pour le pays.

1 si moins de 50 %.

0,5 si 50-70%.

0 si plus de 70%.

  • Perception de la démocratie et de  l’ordre public;  proportion de la population qui croit que les démocraties ne  sont pas douées pour maintenir l’ordre public.

1 : Faible.

0,5 : Modéré.

0 : Élevé.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui ne sont pas d’accord avec l’idée  que les démocraties ne  sont pas douées  pour maintenir l’ordre.  1 si plus de 70%.

0,5 si 50-70%.

  • si moins de 50 %.

Alternativement, % de personnes qui pensent que punir les criminels est une caractéristique essentielle de la démocratie.

  1. si plus de 80%.

0,5 si 60-80%.

0 si moins de 60 %.

  • Perception de la démocratie et du système  économique;  proportion de la population qui croit que la démocratie profite à la performance  économique.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui ne sont pas d’accord avec    l’idée que le système  économique est mal géré dans les démocraties.  1 si plus de 80%.

0,5 si 60-80%.

0 si moins de 60 %.

  • Degré de soutien populaire à la démocratie.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey

% de personnes qui sont d’accord ou tout à fait d’accord pour dire que la démocratie est meilleure que toute autre forme de gouvernement.

1 si plus de 90%.

0,5 si 75-90%.

0 si moins de 75 %.

  • Il existe une forte tradition de séparation de l’Église  et de l’État.   1 : Oui.

0.5 : Une certaine influence résiduelle de l’Église sur l’État.   0 : Non.

  •  Libertés civiles
  • Existe-t-il  un média électronique gratuit  ?  1 : Oui.

0.5 : Les médias pluralistes, mais contrôlés par l’État  , sont fortement favorisés.  Un ou deux propriétaires privés dominent les médias.

0 : Non.

  • Existe-t-il  des médias imprimés gratuits?   1 : Oui.

0.5 : Les médias pluralistes, mais contrôlés par l’État  , sont fortement favorisés.  Il y a un degré  élevé de concentration de la propriété privée des journaux nationaux.

0 : Non.

  • Y a-t-il une liberté d’expression  et de  protestation (à l’exception des restrictions  généralement acceptées, telles que l’interdiction de la promotion de  la violence)?

1 : Oui.

0.5 : Les détenteurs de points de vue minoritaires font  l’objet d’un certain harcèlement  officiel. Les  lois sur la diffamation restreignent fortement les possibilités de liberté d’expression.

0 : Non.

  • La  couverture médiatique est-elle robuste ?  Y a-t-il une  discussion  ouverte et libre sur les questions publiques, avec une diversité raisonnable d’opinions?

1 : Oui.

0.5: Il existe  une liberté  formelle, mais un degré élevé de conformité de l’opinion, y compris par l’autocensure ou le découragement des opinions  minoritaires ou marginales.

0 : Non.

  • Existe-t-il des  restrictions politiques à l’accès  à Internet?   1 : Non.

0.5 : Quelques restrictions modérées.  0 : Oui.

  • Les citoyens sont-ils  libres de former des organisations professionnelles  et des syndicats?  1 : Oui.

0.5: Officiellement gratuit, mais soumis à certaines restrictions.  0 : Non.

  • Les institutions offrent-elles aux citoyens  la possibilité de demander au  gouvernement de remédier à leurs griefs?  1 : Oui.

0.5 : Quelques opportunités.

0 : Non.

  • Le recours à la torture par  l’État.  1: La torture n’est  pas utilisée.

0: La torture est utilisée.

  • La mesure dans  laquelle le pouvoir judiciaire est indépendant de l’influence du gouvernement .

Considérez les points de vue des organismes de surveillance juridiques et judiciaires internationaux. Les   tribunaux ont-ils déjà rendu un jugement important contre le gouvernement ou un haut fonctionnaire du gouvernement?

1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

  • Le degré de tolérance religieuse et la liberté d’expression religieuse.

Toutes les religions sont-elles autorisées à fonctionner librement ou certaines sont-elles restreintes ? Le droit au culte est-il autorisé à la fois publiquement et en privé? Certains  groupes  religieux se sentent-ils intimidés par d’autres, même si la loi exige l’égalité et la  protection? 

1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

  • La mesure dans  laquelle les citoyens sont traités  sur un pied d’égalité en vertu de la loi.

Déterminez si les groupes  ou les individus  favorisés sont épargnés par les  poursuites en vertu de la loi.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

  • Les citoyens bénéficient-ils d’une sécurité de base?  1 : Oui.

0.5: La criminalité est si  répandue  qu’elle met en danger la sécurité de  larges segments.   0 : Non.

  • Mesure dans  laquelle les  droits de propriété   privée sont protégés et où  les entreprises privées sont  exemptes d’influence indue du  gouvernement

1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

  • Mesure dans  laquelle les citoyens jouissent de libertés individuelles.

Considérez  l’égalité des sexes,  le droit de voyager, le  choix du travail et des  études.  1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

  •  Perceptions populaires sur la  protection des  droits de l’homme;  proportion de la population qui pense que les  droits fondamentaux de la personne sont bien protégés.

1 : Élevé.

0,5 : Modéré.

0 : Faible.

Si disponible, à partir de World Values Survey :

% de personnes qui pensent que les  droits de l’homme sont respectés  dans leur pays.  1 si plus de 70%.

0,5 si 50-70%.

0 si moins de 50 %.

  •   Il  n’y a pas de discrimination importante fondée sur la race, la couleur ou les croyances religieuses des gens.   1 : Oui.

0.5 : Oui, mais quelques exceptions  significatives.  0 : Non.

  • Mesure dans   laquelle le gouvernement invoque de nouveaux risques et menaces comme excuse pour restreindre les libertés civiles. 

1 : Faible.

0,5 : Modéré.

0 : Élevé.

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :