Aller au contenu principal

UNE DEMOCRATIE DE LA PROTECTION ? Le chef d’Etat-major des armées fait des confidences à la presse, alors que le débat politique est mis en sommeil. «RÉGIME D’ANXIOCRATIE » ?

ANXIOCRATIE:

n.f. système politique, forme de gouvernement, qui fonde son pouvoir sur la peur.

Confidences d’un général sur les positions de la France

N’est il pas étonnant que le chef d’Etat major soit autorisé de s’exprimer ? Par ailleurs on pourra s’étonner du fond de ses propos qui viennent pondérer, voire contredire, les positions du chef de l’Etat.

« Le rouleau compresseur » russe risque de finir par vaincre en Ukraine alerte-t-il dans Le Monde, alors que le Chef dEtat semble toujours afficher l’attente d’une désescalade du conflit, d’un cessez-le-feu et d’une protection des populations.

En même temps – il est vrai – le président annonce le « pire » (voir plus loin).

Nous posons la question : comment inquiéter et rassurer en même temps ? Comment forcer le trait sur les risques et proposer sa protection ?

Revenons au général : « Le déclenchement de l’attaque n‘a donc pas été une surprise ». « Des renseignements disaient que les Russes attendraient des conditions météorologiques favorables, c’est-à-dire qu’il fasse froid », avant d’attaquer l’Ukraine. « Le déclenchement de l’attaque n’a donc pas été une surprise « .

« Les Américains ont dit que les Russes allaient attaquer, ils avaient raison » déclare par ailleurs le militaire dans sa généreuse livraison de confidences, semblant ainsi souligner la position contraire, personnelle et isolée, du PR qui était parti à la rencontre de Poutine pour récolter une désescalade.

Des analyses divergentes au sommet de l’Etat ? « L’Ukraine gagnera », déclare le ministre des affaires étrangères. « Le pire est à venir «, déclare le président de la République

Les membres de l’exécutif, président de la République, premier ministre, ministre des affaires étrangères, ministre des armées, porte-parole du gouvernement, chef d’état-major des armées, font de gros effort pour tenter de maintenir une cohérence dans les expressions de la France, aidés par la presse qui reprend principalement les éléments de langage et confidences diffusées par l’exécutif. Il y a – à côté du compte rendu officiel des actions du président – un compte rendu officieux très prisé par les journalistes qui en avouent l’existence ( « débriefing par l’entourage »…).

Régime d’anxiocratie et mise en sommeil du débat ?

En résultent peurs et incertitudes, espoir de sortie de crise et annonce du « pire » ( terme utilisé par le président lui/même : « le pire est à venir » ) quand, en même temps, les éléments de langage installent l’idée que l’action du président permet « d’éviter le pire »…

L’expression de l’exécutif s’accompagne d’une forte pression pour empêcher des expressions divergentes, comme si le débat – en démocratie, et même en guerre – devait être réduit, et éviter ce que l’article ci contre appelle la « délibération collective » – déjà empêchée durant la « guerre « précédente, la crise du Covid.

Rappelons que M. Castex, lors d’une réunion des candidats, a souligné vouloir « partager toutes les informations utiles, dans un esprit de responsabilité et de transparence », et non « pour avoir un débat politique ».

Ce jour là le Président sortant n’était pas encore candidat. Comment ne pas s’étonner d’une telle invitation des candidats à la présidence par un premier ministre ?

Les présidents d’assemblées, les responsables de groupes parlementaires ou les chefs de partis n’étaient ils pas le bon public pour une telle réunion ? Mais ce sont bien les candidats que l’exécutif voulait inviter à « non … débat politique «.

« Peur sur la France «

C’est le titre de l’éditorial du Figaro d’hier. « Les grandes peurs auront-elles raison des démocraties libérales ? » interroge Vincent Trémolet de Villers.

« « Une épidémie a mis en sommeil la délibération collective et réduit au strict minimum deux scrutins importants -municipal et régional – de notre calendrier électoral ; les bombes russes qui tombent sur l’Ukraine emportent dans leur souffle la campagne présidentielle. «

« Le point de fixation unique dénature la politique, qui n’est plus la recherche de la vie bonne mais l’instrument de la survie. Survivre au Covid, survivre à Poutine,mais aussi, selon la couleur de votre inquiétude, survivre au réchauffement climatique, survivre au basculement démographique provoqué par l’immigration de masse. «

« Toutes ces craintes sont légitimes, mais, à chaque fois, c’est la peur qui commande, comme si nous avions basculé dans un régime d’«anxiocratie».

Voir la suite de l’article dans l’image.

Article

« Le rouleau compresseur » russe risque de vaincre en Ukraine, selon le chef d’Etat-major des armées

Dimanche 6 mars 2022 à 11:32 – Par Xavier Louvel, France Bleu

Ses paroles sont rares dans la presse. Le chef d’Etat-major des armées, le général Thierry Burkhard, parle du conflit en Ukraine pour la deuxième fois dans le journal Le Monde de ce dimanche.

Le chef d’Etat-major des armées, le général Thierry Burkhard, s’exprime pour la deuxième fois depuis le début du conflit en Ukraine, le 24 février, dans le journal Le Monde ce dimanche. Il alerte sur « le rouleau compresseur » russe qui risque de finir par vaincre en Ukraine dans les semaines ou mois qui viennent. « Les Russes ont pour objectif de tronçonner l’armée ukrainienne » assure le CEMA.

Dans les colonne du journal, il confie que la possibilité d’une attaque russe était déjà envisagée à l’été 2021, les informations internes estimant que « les Russes attendraient des conditions favorables, c’est-à-dire qu’il fasse froid », avant de lancer l’offensive. « Le déclenchement de l’attaque n‘a donc pas été une surprise », conclut le général. Surtout que « la veille au soir, des informations précises ont été partagées par les alliés », affirme-t-il. Et dès les premiers bombardements, « nous avons activé les mesures prévues », explique-t-il. « Toutes les positions qui devaient être renforcées au sein des armées ont été renforcées ».

Des analyses dissonantes entre la France et les pays anglo-saxons

Il reconnaît, malgré tout, les analyses différentes entre les services du renseignement entre les pays français et anglo-saxons. « Les Américains ont dit que les Russes allaient attaquer, ils avaient raison. Nos services pensaient plutôt que la conquête de l’Ukraine aurait un coût monstrueux et que les Russes avaient d’autres options » pour faire tomber le régime de Volodymyr Zelensky.

Dans les informations données par le général Thierry Burkhard, depuis le 24 février, début du conflit, la France déploie des moyens pour s’intégrer dans les plans de l’OTAN. C’est pourquoi dès le premier jour, une patrouille de Rafale est envoyée dans le ciel polonais. Depuis, ce sont deux patrouilles quotidiennes qui sillonnent les airs, entre six à huit heures par jour. Selon les informations du Monde, l’Otan aurait déployé 22.000 hommes au sol, environ 20 navires et 125 avions. L’armée française doit maintenir quatre Mirage 2000 et 200 hommes en Estonie. 500 hommes sont aussi en renforts en Roumanie depuis le 28 février, et le porte-avion Charles de Gaulle est mobilisé depuis ce samedi.

Prévenir les malentendus avec la Russie

Ce vendredi, Thierry Bukhard a pu échanger pour la première fois avec son homologue russe, le général Valéri Guerassimov. Côté américain, le Pentagone a aussi ouvert jeudi « ligne de communication directe » avec l’armée russe, « dans le but de prévenir les malentendus, les incidents à caractère militaire et l’escalade ».

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :