Aller au contenu principal

TRANSPARENCE PATRIMONIALE – suite : LE SILENCE SUFFIT-IL POUR ANEANTIR L’EXIGENCE DE VERITE ? DOSSIER

Jean-Marc B

Le candidat president est silencieux, et le caractère lacunaire des brèves déclarations de Bercy et de Rothschild n’éclaire pas le dossier

qui comporte de nombreuses questions – sans preuve certes, comme l’indique l’organisation Anticor dont on connait la lutte récente pour survivre qui l’a opposée à l’exécutif. Une réponse à ces questions nous permettraient – sur la base d’une bonne foi accordée – de débarrasser la campagne de cette affaire.

Peu de medias se sont intéressés depuis 2017 aux nombreuses zones de questionnement relatives au patrimoine et à la fiscalité du president sortant.

Metahodos a présenté un certain nombres d’article récents. Voici nos dernières publications:

TRANSPARENCE PATRIMONIALE : AU-DELÀ DES DÉCLARATIONS LAPIDAIRES DE BERCY ET ROTHSCHILD, LES INVESTIGATIONS SE POURSUIVENT https://metahodos.fr/2022/03/31/transparence-patrimoniale/

QUESTIONS – SUITE – SUR LE PATRIMOINE DU PRÉSIDENT ET DU CANDIDAT – MAJ. https://metahodos.fr/2022/03/30/37122/

QUESTIONS SUR LE PATRIMOINE DU PRÉSIDENT ET DU CANDIDAT – DOSSIER MÉDIAS – MAJ https://metahodos.fr/2022/03/29/questions-sur-le-patrimoine-du-president-et-du-candidat/

NOUS VOUS PROPOSONS 3 ARTICLES : Club de Mediapart, Atlantico ( 2017 ) et Challenges

ARTICLE 1.

Les questions dérangeantes autour du patrimoine de Macron -Olivier Berruyer

BILLET DE BLOG 1 AVR. 2022 – Actualisation edition 2017 – Mediapart Jean-Marc B

Comme on reparle beaucoup du patrimoine de Macron, que nous avons longuement analysé durant la Présidentielle 2017 dans cette série, nous republions cet article synthétisant les principaux points problématiques.

I. Rappels du contexte

Le 1er juin 2016, le Canard Enchaîné faisait les révélations suivantes sur le patrimoine d’Emmanuel Macron (source) :

Très étonnés par le refus de M. Macron de répondre, le 3 juin 2016, nous rédigions ce billet qui analysait ledit patrimoine en détaillant sa déclaration de Patrimoine. Le 24 février 2017, nous développions en détail dans ce billet une vingtaine de questions qui surgissaient à la lecture des déclarations de patrimoine de M. Macron. Aucune n’a reçu de réponse de l’équipe de campagne.

Rappelons que, n’étant pas des militants, nous avons analysé le patrimoine de tous les candidats à la Présidentielle.

Une chance que Philippe Poutou ait eu ses signatures, sinon Macron aurait été le candidat plus pauvre…

Cependant, d’après ce que nous avons pu étudier, seul celui de Macron entraînait des interrogations aussi importantes. Pensez donc :

  1. M. Macron a acheté à crédit en 2007 un appartement parisien pour 960 000 € (prix d’achat + travaux ) ; il l’a revendu en 2016 pour 980 000 €. Or, les prix ont augmenté de 33 % dans son quartier dans l’intervalle ;
  2. Il a gagné près de 2 millions d’euros nets d’impôts en 2010-2012 ;
  3. Mais M. Macron affiche un patrimoine net négatif (ou très légèrement positif dans le meilleur des cas) durant la période 2014-2017. Au total, 2 millions d’euros semblent donc être sortis de son patrimoine en 2 à 3 ans.

Rappelons aussi que nous n’avons pas porté la moindre accusation – nous avons simplement posé publiquement des questions au candidat. Nous l’avons précisé dès le premier billet : « il ne s’agit pas de remettre en question l’honnêteté de M. Macron », ça n’est pas là notre objectif. En effet, toutes les sommes sont passées sur ses comptes bancaires, donc il ne doit certainement rien y avoir d’illégal au niveau fiscal, d’autant que ses comptes ont par la suite été analysés.

En revanche, il semble à l’évidence ne vraiment pas vouloir s’expliquer sur la façon dont cette somme astronomique a été dilapidée – et ce sujet semble avoir traumatisé les macronistes…

On voit cependant mal en quoi ce sujet patrimonial a été le pire de la campagne pour Macron…

Comme ils nous harcèlent depuis lors, nous avons décidé de refaire un point sur ce sujet – tous les avis et informations complémentaires étant les bienvenues…

II. Les points problématiques du patrimoine de M. Macron

Nous simplifions notre étude, et rappellerons simplement les principales questions soulevées, qui n’ont obtenu aucune réponse à ce jour.

2-1 Les revenus de M. Macron

Voici les plantureux revenus de M. Macron chez Rothschild :

Ainsi, M. Macron a gagné environ 2,8 millions d’euros dans sa banque (cf. JDD 19/02/17) :

Notez le lissage annuel que se permet le journal pour atténuer, et masquer le fait qu’il a gagné 1,4 million d’euros en 2011 puis 1 million d’euros en 2012 – attention, seulement du 1er janvier 2012 au 15 mai 2012, jour de sa nomination à l’Élysée.

Question n°1 : M. Macron, pourquoi, surendetté comme vous l’étiez, et vu votre train de vie, avez-vous quitté un emploi à 1,5 million d’euros par an pour aller gagner « une misère » à l’Élysée ?

Plus largement, il a gagné près de 3,4 millions d’euros bruts entre 2009 et 2016 (en rouge les gains chez Rothschild, en bleu hors Rothschild) !

Ceci représente environ 1 800 000 euros nets après impôts sur la période de 8 ans ici présentée.

2-2 L’achat et la vente de l’appartement parisien

Dans sa déclaration d’octobre 2014, M. Macron déclare ceci :

Il a acheté un appartement de 83 m² en juin 2007, payé 890 000 €, dans lequel il a réalisé 70 000 € de travaux – soit une dépense totale de 960 000 €.

En octobre 2014, il évalue la valeur de l’appartement à 935 000 €.

Le 12 février 2017, on apprend dans le JDD qu’il a apparemment revendu l’appartement en 2016 pour 980 000 € :

Ah, c’était 890 ou 950 ? Avec 60 000 ou 70 000 € de travaux alors ?

Notez que l’Express annonçait un prix de vente de 950 000 € quelques mois avant (source) !

M. Macron est donc un des rares Parisiens à n’avoir pas fait de plus-value sur un bel appartement parisien entre 2007 et 2016 (en comptant, comme il se doit, les travaux)… Le Canard rappelle bien que « les prix ont augmenté de 33 % » dans son quartier…

Un bien bel investissement – auquel il convient de rajouter les intérêts d’emprunt…

A-t-il acheté trop cher, revendu pas assez cher, ou un peu des deux ? Il semble manquer en tout cas au moins 200 000 euros de plus-value qu’une gestion patrimoniale de qualité aurait pu apporter.

Notons qu’il a répondu au Canard Enchaîné du 01/06/2016 : « J’ai acheté cher » :

Oui, 200 000 euros trop cher apparemment – trois fois rien. Une rapide estimation laisse à penser en effet que le prix de vente en 2016 était plutôt en phase avec le marché (source) – ce serait donc bien le prix d’achat qui posait vraiment problème.

Question n°2 : M. Macron, comment se fait-il que vous n’ayez guère réalisé de plus-value sur votre appartement parisien, alors que les prix ont augmenté d’un tiers en 9 ans, et que vous y avez réalisé de gros travaux ?

Il serait très intéressant d’enquêter sur l’identité du vendeur (et de l’acheteur), qui s’est, lui, enrichi de cette somme, afin de s’assurer de la normalité de la situation. En tout cas, il fait vraiment bon de faire affaire avec Emmanuel Macron !

Question n°3 : M. Macron, vous ou l’un de vos proches connaissait-il votre vendeur immobilier en 2007 ? Avez-vous eu à traiter d’autres affaires avec le vendeur de 2007 durant votre passage à l’Élysée ou à Bercy ? Idem pour l’acheteur de 2016.

Pour finir, petite incise – amusante – , sur la vente de l’appartement. En octobre 2015, la presse indique que M. Macron a mis son appartement de 83 m² du XVearrondissement en vente, pour « acheter plus petit » (Source) :

Il semble bien en effet que M. Macron n’ait aucune détestation pour les riches… Quant à « préserver le même train de vie », comment dire… ?

Ce n’est quand même pas commun de revendre son appartement pour acheter plus petit à moins de 40 ans…

Oh, oui, qui pourrait penser à la « folie des grandeurs » : il quitte un 83 m² pour acheter « plus petit »… (Source)

En septembre 2016, on apprend (Source) :

Finalement, c’est vrai qu’on est plus à l’aise dans 150 m² « plus petits » que 83 m²

Et bon, c’est vrai que 200 € par mois, c’est beaucoup pour les petites gens comme vous à 5 500 € de …

Bref :

2-3 Le financement de l’achat de l’appartement parisien

En 2007, M. Macron à 30 ans, est jeune marié, et décide d’acheter un appartement – avec, apparemment, une faible quote-part de son épouse, qui gagne peu. Il gagne alors à l’Inspection des Finances environ 40 000 € par an (Source : AFP) :

Il achète donc plus d’un million d’euros (avec les droits de mutation) un appartement, alors qu’il gagne 40 000 € par an. Au taux de l’époque de 4,5 %, les 900 000 € empruntés (350 000 + 550 000) génèrent une charge d’intérêt théorique supérieure à 100 % de ses revenus – avant même de commencer à amortir le capital…

On note aussi que le JDD parle le 19/02/17 de 950 000 € de dettes + 50 000 € de prêt familial…

Cet achat est donc hors de proportion avec les moyens financiers du couple Macron.

Question n°4 : M. Macron, qu’est-ce qui vous a fait penser que cet investissement était dans vos moyens ? Et que vous pourriez rembourser vos emprunts en cas de chute des cours immobiliers ?

En 2012, alors qu’il gagne de grosses sommes chez Rothschild, il restructure son endettement : il emprunte 600 000 euros à sa banque (soit 250 000 € de plus que le montant initial, et donc + 270 000 € après les amortissements passés), et rembourse son ami le financier Henry Hermand de 350 000 €. Il ne s’est donc désendetté que de 80 000 euros.

Question n°5 : M. Macron, pourquoi ne pas avoir en priorité remboursé vos lourdes dettes avec l’argent de Rothschild ?

Comme on le voit, non seulement, il ne se désendette que faiblement, mais en 2011, il s’endette de 350 000 € de plus pour effectuer des travaux dans sa résidence principale.

Question n°6 : M. Macron, pourquoi avoir emprunté cet argent, et non pas utilisé vos plantureux gains chez Rothschild ?

Enfin, on note qu’en 2007 M. Hermand a prêté 550 000 € à rembourser in fine en 10 ans, à quelqu’un qui gagnait 40 000 € par an. Et qu’il a accepté de repousser la dernière échéance de 100 000 € de 5 ans – alors qu’il avait gagné une fortune.

Question n°7 : M. Macron, comment M. Hermand et vous saviez-vous que vous iriez gagner des fortunes 4 ans plus tard chez Rothschild – seule façon de rembourser vos dettes ? Pourquoi M. Hermand ne vous a-t-il pas demandé le remboursement intégral de son prêt de 550 k€ quand il a vu que vous aviez gagné près de 3 millions d’euros ? Et comment avez-vous convaincu le banquier de suivre et de vous prêter 350 000 € au vu de votre situation financière déplorable ?

Même le JDD a bien vu le problème… (12/02/17) :

Il est vrai que Henry Hermand était la 288e fortune française…

…avec 220 millions d’euros. On apprend aussi dans l’article à propos de M. Hermand (92 ans) que c’était même carrément son témoin de mariage en 2007.

Question n°8 : M. Macron, durant votre période à l’Élysée puis au gouvernement, avez-vous eu à traiter de sujets touchant de près ou de loin à une des très nombreuses activités de M. Hermand ? Pourquoi avoir refusé de révéler son nom au Canard enchaîné en mai 2016 ? Ne trouvez-vous pas gênant qu’un Ministre de l’Économie doive autant d’argent à un multimillionnaire – tout respectable qu’il fût ?

2-4 Les travaux

On a vu que M. Macron, malgré ses plantureux revenus de 2011 chez Rothschild, emprunte au Crédit Mutuel le 23/11/2011 « 350 000 € pour des travaux dans la résidence secondaire » – qui appartient à son épouse.

La maison secondaire des Macron

Mais en fait, ses proches indiquent dans la presse qu’il aurait fait non pas 350 000 € mais 500 000 € de travaux – ce qui semble un montant surréaliste pour une maison relativement modeste et qui n’était pas en ruine.

C’est incroyable qu’aucun journaliste n’ait tiqué – il aurait du dire qu’il avait faire 2 millions d’euros de travaux, avec un petit parking Vinci de 80 places en sous-sol… 

On apprend ici ceci :

Ça fait quand même cher la lampe…

… ou la cuisine équipée (Source)

Question n°9 : M. Macron, à quoi correspondent ces gigantesques travaux ? N’est-ce pas un peu excessif, surtout quand on a apparemment déjà du mal à se désendetter ? Est-ce parce que, là encore, vous avez « acheté cher » à vos artisans ? (Voir les informations ici et ) Avez-vous réalisé une donation officielle à votre épouse – puisque vous ne déclarez aucune créance sur elle dans votre déclaration de patrimoine ?

Autre point – plus intéressant encore, et illustratif des méthodes de réponse. On apprend dans le JDD du 13 mars 2017, qui tente d’éteindre l’incendie (sic. « la fausse affaire » !) ceci :

Bien entendu, ce chiffre semble fantaisiste, et ne correspond pas aux 70 000 € indiqués dans la déclaration de 2014. Il est peu probable que 180 000 euros aient été faits en 2015-2016, juste avant la revente de l’appartement – et n’aient accordé aucune valeur supplémentaire à l’appartement lors de sa revente…

Question n°10 : M. Macron, quel est le montant total des travaux que vous avez réalisés dans votre appartement parisien ? Si c’est moins de 75 000 €, pourquoi avoir déclaré au JDD qu’il s’agissait de 250 000 € ? Pourquoi aucun droit de réponse n’a-t-il été publié sur cette question sensible, afin de lutter contre cette fausse information durant la campagne électorale ?

2-5 Le patrimoine net de M. Macron : « Rétablir la vérité »

Voici ce que donne l’analyse de son patrimoine net (actif – dettes) :

On voit que le patrimoine net de M. Macron a flirté avec la valeur nulle pendant une longue période – jusqu’au succès des ventes de son livre (275 k€ de revenus).

C’est encore plus flagrant quand on regarde seulement 2011-2013, années de l’explosion des revenus chez Rothschild :

Par prudence, au vu des hypothèses prises, on indique seulement « proche de 0 » pour son patrimoine

Cela représente donc environ 1 250 € consommés par jour, soit plus d’un SMIC consommé par jour pendant 2 à trois ans.

Et on parle bien ici de consommation, pas de simples dépenses : le patrimoine doit baisser.

Ce n’est pas si dur de dépenser 1 SMIC par jour : par exemple, il « suffit » d’acheter une voiture à 30 000 € par mois – ou un yacht ou des tonnes de bijoux à sa femme… Mais dans ces cas, si l’argent est bien dépensé, il n’est PAS consommé. En début de mois, il y avait 30 000 € sur un compte en banque, à la fin, ils n’y sont plus, mais on a dans son patrimoine une voiture à 30 000 € : le patrimoine n’a pas baissé.

Dans le cas de M. Macron, il faut vraiment le « perdre », bref le « claquer » : manger du caviar tous les jours, acheter et jeter un costume tous les jours, tout donner aux bonnes œuvres, perdre au poker… Bref, il a flambé :

Et on voit que c’est la bonne piste, son porte-parole ayant indiqué ceci cette semaine :

Il serait intéressant d’en savoir plus ce « train de vie »…

Train de vie, qui, en plus d’être franchement hallucinant (c’est normal pour un prince saoudien qui parcourt le monde, mais là on parle d’un banquier d’affaires et d’un secrétaire général adjoint de la présidence de la République, activités peu connues pour leur temps libre), a la singulière particularité (contrairement à un prince saoudien) de le conduire à un patrimoine négatif – bref, techniquement, M. Macron était « ruiné » mi-2016 ! (au sens « avoir plus de dettes que d’argent »)

C’est d’ailleurs indiqué dans la presse, mais pas clairement :

Le JDD a d’ailleurs fini par le reconnaitre tel quel :

Dépenser un SMIC par jour, « c’est assez simple »… Sauf qu’on est plutôt à 1,8 million d’euros, que les 500 000 euros de travaux ont été financés avec 350 000 € d’emprunt, ça n’explique que 150 000 € euros, et que les 250 000 € semblent imaginaires (et il n’est pas dit que les 70 k€ de travaux déclarés ne l’ont pas été en 2007). Bref, reste 1,5 million d’euros qui s’est mystérieusement évaporé…

Question n°11 : M. Macron, pourriez-vous confirmer les ordres de grandeur de cette étude ? (ou nous indiquer les corrections à y apporter) Avez-vous donc bien eu un patrimoine nul après avoir gagné environ 1,8 million d’euros après impôts ?Comment consomme-t-on autant d’argent aussi vite ? Quand avez-vous trouvé le temps de tant dépenser ?

C’est étrange, M. Macron n’a apparemment pas bien compris que Minc lui conseillait ensuite de garder l’argent…

2-6 La confirmation par l’ISF

M. Macron a fini par répondre ceci sur Facebook à propos de son ISF (nous avons consacré ce billet à ce point) :

Au final c’est assez simple à résumer. Le couple possède des placements financiers, des dettes et 2 appartements ; le premier est l’appartement parisien (qui bénéficie de 30 % d’abattement pour sa valeur, car c’est la résidence principale) et la maison du Touquet. Celle-ci a été évaluée 1 200 k€ par un expert mandaté par Macron, et 1 453 k€ par le fisc ; dans le premier cas le couple n’atteignait pas le seuil de l’ISF, dans le second cas il le dépassait. Le seuil était de 1 300 k€.

Dès lors, l’appartement de M. Macron ayant une valeur nette quasi nulle en raison des prêts et des intérêts restant à verser, il a une « valeur ISF » de -300 k€ (abattement). Le couple paiera l’ISF si la valeur de la maison du Touquet, moins le prêt travaux plus les placements dépasse 1 600 k€. Comme en 2012, ils estiment leur maison à 1 200 k€, et que le crédit restant est d’environ 300 k€, cela signifie qu’en 2012, le couple a déclaré ne pas avoir plus de 700 k€ de placements. Mais on peut être plus précis :

Comme on a les montants de l’ISF, on a donc facilement le montant de l’actif net (=actif – passif, c’est-à-dire avoirs-dettes) du couple (calculette) :

On sait que l’actif au 1/1/2013 est de 1 543 k€ avec une maison évaluée 1 453 k€, donc 1 153 k€ en valeur nette – soit 390 k€ pour tout le reste. L’appartement valant toujours -300 k€ en ISF, on a ici des placements financiers du couple de l’ordre de 700 k€.

On sait que l’actif au 1/1/2014 est de 1 354 k€ avec une maison évaluée 1 453 k€, donc 1 153 k€ en valeur nette – soit 200 k€ pour tout le reste. L’appartement valant toujours -300 k€ en ISF, on a ici des placements financiers du couple de l’ordre de 500 k€.

Et ce alors que M. Macron a perçu net d’impôt 800 € k€ au titre de 2011 et 600 k€ au titre de 2012, soit 1 400 k€. En enlevant les 150 k€ de travaux, on voit donc que 600 ou 800 k€ semblent s’évanouir en une année – soit près de 2 000 € par jour…

2-6 Même la voiture…

M. Macron indique avoir en 2014 une voiture « achetée d’occasion » à 28 ans, en 2005, 40 000 € :

Il se trouve que 40 000 € correspondent à son niveau de salaire annuel de l’époque comme on l’a vu (source : JDD 12/02/17).

Dommage, c’était une jolie « Voiture du peuple » (Volks-wagen) de « gauche » (sources ici et ) :

Là ou M. Macron est fort c’est qu’il arrive à acheter d’occasion 40 000 € en 2005 une voiture qui a commencé à être commercialisée mi-2006 (source : WikipediaLaCentrale), à des prix allant de 24 860 à 41 410 euros…

Prix maximum neuve catalogue mi-2006 (hors options, certes…) : 36 000 € (source : Catalogue Constructeur Volkswagen 08/2006)

Question n°12 : M. Macron, vous avez acheté d’occasion une voiture au prix de votre salaire annuel. Pouvez-vous préciser sa date de commercialisation et la date de votre achat ? Est-ce vous qui l’avez payé ? Si oui, comment ? Sinon, est-ce un cadeau ? De qui ? Une telle dépense somptuaire vous semble-t-elle normale ? Là encore, saviez-vous à 28 ans que vous seriez millionnaire 7 ans plus tard ?

Avec le regain d’intérêt ces derniers jours pour la transparence dans les comptes de campagne, espérons que la lumière sera enfin faite sur ces étrangetés patrimoniales….

Commentaire recommandé

Caliban // 23.10.2018 à 08h14

Au delà des explications lacunaires sur l’évolution du patrimoine de M. Macron, certainement le plus suspect de tous les candidats, il est important de rappeler que le traitement judiciaire des irrégularités constatées à l’issue de la campagne présidentielle est totalement inique.

Alors que pour M. Macron des irrégularités ont été pointées du doigt par la commission de campagne (dont des ristournes à Lyon), aucune n’a été relevée pour M. Mélenchon.

C’est pourtant au domicile de ce dernier et chez différents acteurs de sa campagne qu’ont été menées des perquisitions, sur la simple base de deux dénonciations émanant d’adversaires politiques (dont l’un s’est dédit de son propre chef). C’est important de rappeler que les accusations reposent sur des mots et non des faits, cela permet de pointer la fragilité de l’enquête qui contrairement à celle menée contre M. Fillon :
• ne repose sur rien de tangible (emplois fictifs familiaux, costumes, …)
• ne met pas en cause un quelconque enrichissement personnel du candidat (*)

Questions à propos de cette inégalité de traitement :
• [judiciaire] ces perquisitions ont été menées pour deux objets différents, la campagne présidentielle et les assistants parlementaires européens. Se trouve-t-on avec 1 même juge pour mener les deux enquêtes préliminaires ?
• [politique] ces perquisitions interviennent le jour de la formation du nouveau gouvernement. Coïncidence ?
• [médiatique] les journalistes ont interrogé les perquisitionnés sur l’effet déplorable (ou supposé tel) des images diffusées sur les réseaux sociaux, tout en les repassant en boucle en choisissant les extraits les plus spectaculaires. Ne serait-il pas temps de faire le procès de cette presse commerciale et partisane, notamment lorsque – à l’instar de France Info – elle est un Service public ?

Point de vue du principal intéressé : https://melenchon.fr/2018/10/21/une-persecution-mediatico-politique-detat/


(*) certains médias explorent la piste d’un enrichissement personnel de Mélenchon via sa directrice de campagne. On vire dans le scabreux … et c’est de la part de la fine fleur du journalisme (ou qui se veut telle), Médiapart.

ARTICLE 2.

Pourquoi la déclaration de patrimoine d‘Emmanuel Macron ressemble quand même un peu à un mensonge

Jean-Philippe Delsol Atlantico 2 avril 2017

Monsieur Macron a gagné 2 748 065 € chez Rothschild entre 2010 et 2012. Lors de l’entrée en vigueur de la loi sur la transparence, il déclare, le 24 octobre 2014, à la Haute Autorité un patrimoine net de moins de 156 160€.

Il y a une omission grave dans la déclaration de Monsieur Macron, tant d’ailleurs dans celle du 24 octobre 2014 que dans celle déposée le 16 mars 2017 ès qualités de candidat à l’élection présidentielle. Pour l’IREF, c’est une omission de plus des trois quarts du patrimoine. Ne faudrait-il pas que la justice en soit saisie ? 

Monsieur Macron a gagné 2 748 065 € chez Rothschild entre 2010 et 2012. Lors de l’entrée en vigueur de la loi sur la transparence, il déclare, le 24 octobre 2014, à la Haute Autorité un patrimoine net de moins de 156 160€.

Mensonges et faiblesses dans sa déclaration de patrimoine

Questionné par le journal La Croix du 12 mars 2017 sur la faiblesse de ce patrimoine après avoir gagné tant d’argent, l’ancien ministre répond : « Comme banquier d’affaires, j’avais le statut d’indépendant. J’ai donc payé, sur le montant brut de ma rémunération, des cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu. Ces cotisations ont augmenté et frappé mon dernier revenu de référence, au point que je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts ». Il signe là un double aveu :

• de mensonge d’abord car le revenu indiqué n’est pas un revenu brut, avant cotisations, mais un revenu net imposable. Il n’a donc pas eu à imputer le revenu indiqué de cotisations qui en ont déjà été soustraites pour déclarer son revenu imposable ;

• de faiblesse ensuite car s’il ne sait pas prévoir le paiement de ses impôts, comment peut-on lui confier la direction de la France ? Et s’il ne parvient pas à vivre sans emprunter alors qu’il se situe dans le 0,1% des Français qui ont les plus hauts revenus, quelle impéritie dans sa gestion personnelle !

« Par ailleurs, ajoute-t-il encore en réponse au journal La Croixj’ai procédé à des travaux dans la maison de famille de mon épouse, partiellement financés par des emprunts bancaires qui ont tous été déclarés, en 2011 et 2012″. Lesdits travaux auraient donc représenté des montants de l’ordre, selon les informations délivrées par ailleurs, d’au moins 500 000€. Il y a donc là une omission grave dans la déclaration de Monsieur Macron, tant d’ailleurs dans celle du 24 octobre 2014 que dans celle déposée le 16 mars 2017 ès qualités de candidat à l’élection présidentielle.

En effet, si Monsieur Macron a réalisé des travaux dans la maison de sa femme, soit il a été convenu avec celle-ci qu’il devenait copropriétaire de ladite maison, soit il est resté propriétaire des améliorations apportées à celle-ci, soit encore il a conservé une créance sur son épouse à due concurrence. Cette dernière hypothèse est la plus probable, mais dans tous les cas il aurait dû déclarer le montant des travaux payés par lui dans son patrimoine.

Il a pu encore donner cette somme à sa femme, mais non seulement ce n’est pas ce qu’il a déclaré, mais en sus, contrairement aux successions, les donations entre époux sont assujetties aux droits d’enregistrement au-delà d’un abattement de 80 724€. L’ancien ministre de l’Economie devait savoir ça et il n’a pas payé de droits de donation.

La loi est pourtant très claire. Elle dresse la liste des biens devant figurer dans la déclaration : immeubles bâtis et non bâtis, valeurs mobilières, assurances-vie, comptes bancaires courants ou d’épargne, livrets et autres produits d’épargne, biens mobiliers divers d’une valeur supérieure à un montant fixé par voie réglementaire, véhicules terrestres à moteur, bateaux et avions, fonds de commerce ou clientèles, charges et offices, biens mobiliers, immobiliers, comptes détenus à l’étranger, passif. La loi prévoit que « d’autres biens » devront être inclus dans la déclaration de patrimoine, c’est-à-dire tous les éléments du patrimoine d’une valeur substantielle.

C’est une omission de plus des trois quarts du patrimoine !

Le déclarant n’a pas à inclure dans sa déclaration les biens de son époux, mais il doit bien entendu y inscrire les créances sur son époux (se). Et une somme d’au moins 500 000€ est loin d’être négligeable. A défaut, il serait trop facile de virer l’argent de ses comptes sur ceux du conjoint (e) avant de procéder à sa déclaration à la Haute Autorité pour ne pas avoir à la déclarer.

L’article 26 de de la Loi n°2013-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique dispose que « Le fait, […], de ne pas déposer l’une des déclarations prévues à ces mêmes articles, d’omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou de ses intérêts ou de fournir une évaluation mensongère de son patrimoine est puni d’une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. Peuvent être prononcées, à titre complémentaire, l’interdiction des droits civiques, selon les modalités prévues aux articles 131-26 et 131-26-1 du code pénal, ainsi que l’interdiction d’exercer une fonction publique, selon les modalités prévues à l’article 131-27 du même code ».

Il ne fait pas de doute qu’un élément caché de patrimoine de 500 000€ est « une partie substantielle » d’un patrimoine qui représenterait ainsi, avec celui officiellement déclaré de 156 160€, une valeur globale de 656 160€. C’est une omission de plus des trois quarts du patrimoine.

Sur cette simple constatation, Monsieur Macron est passible d’une interdiction d’exercer une fonction publique, indépendamment de ce qui peut par ailleurs lui être reproché au titre de ses dépenses somptuaires au ministère et de l’utilisation des crédits de celui-ci pour engager sa campagne. Ne faudrait-il pas que la justice en soit saisie ? 

ARTICLE 3. Extraits

Patrimoine caché de Macron? “Il n’y a pas assez de preuves pour lancer une enquête », juge Éric Alt, vice-président d’Anticor

Par Alix Coutures le 01.04.2022 Challenges

INTERVIEW – Ce mardi, un documentaire-enquête publié sur le site d’Off Investigation a émis l’hypothèse que le président de la République Emmanuel Macron détiendrait de l’argent caché dans un paradis fiscal. En 2017, l’association anticorruption Anticor avait déjà saisi la HATVP sur le manque de cohérence entre ses revenus et son patrimoine. Eric Alt, vice-président d’Anticor raconte.

Un documentaire-enquête publié sur le site d’Off Investigation a émis l’hypothèse que le président de la République Emmanuel Macron détiendrait de l’argent caché dans un paradis fiscal.

À deux semaines du premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron, déjà fragilisé par l’affaire McKinsey, fait face à une nouvelle polémique sur ses déclarations de patrimoine. Ce mardi 29 mars, les journalistes Jean-Baptiste Rivoire et Gauthier Mesnier ont publié un documentaire-enquête publié sur le site d’Off Investigation soupçonnant qu’une part de la rémunération versée en 2012 par la banque Rothschild au président de la République l’ait été dans un trust à l’étranger. 

En 2014, Emmanuel Macron n’avait déclaré pour ses revenus 2013 que 156.000 euros à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), et environ 500.000 en 2022, rapportent les journalistes d’investigation. Pourtant, dans une déclaration d’intérêts signée en 2014, Emmanuel Macron indiquait avoir perçu, comme banquier à Rothschild, plus de 3 millions d’euros de revenus avant impôts de 2009 jusqu’à 2014 pour ses activités dans la banque d’affaires. Selon Off-Investigation, la banque paierait ses associés-gérants dans des paradis fiscaux. Il existerait, toujours selon le documentaire, un accord entre Bercy et la banque Rothschild permettant de défiscaliser hors de France les honoraires de ses associés-gérants. 

Des accusations “formellement” démenties ce jeudi 31 mars par la banque Rothschild. « Pas de fraude, pas de faits, pas de preuve », a quant à elle réagi l’équipe de campagne du chef de l’État. En 2017 justement, l’association anticorruption Anticor avait effectué un signalement à la HATVP sur le manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine de Macron, signalement classé sans suite faute de preuves. Eric Alt, vice-président d’Anticor explique pourquoi les nouveaux éléments apportés par le documentaire ne fournissent pas de nouvelles preuves permettant de saisir à nouveau la HATVP. Plus largement, l’affaire « pose la question de notre souveraineté fiscale », martèle-t-il. 

Challenges – Pourquoi avez-vous saisi la HATVP en 2017 sur les déclarations de patrimoine d’Emmanuel Macron?

Éric Alt –  Le 13 mars 2017, nous avons effectué un signalement auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique en raison de la discordance entre le patrimoine net déclaré d’Emmanuel Macron (156.000 euros, ndlr) et ses déclarations de revenus, signées en octobre 2014 (plus de 3 millions d’euros, ndlr) Nous avons souligné ce manque de cohérence et demandé à la HATVP de vérifier le caractère exhaustif, exact et sincère de la déclaration du patrimoine d’Emmanuel Macron. Dix jours plus tard, le 23 mars, la Haute autorité nous a répondu que les contrôles n’avaient « révélé aucun élément de nature à remettre en cause le caractère exhaustif exact et sincère de la déclaration » d’Emmanuel Macron. Nous n’avions aucune preuve tangible montrant qu’il y avait une fraude à la déclaration. La Haute autorité n’ayant pas de pouvoir d’enquête, elle n’avait sans doute d’autre choix que de ne pas donner suite au signalement.

…/…

1 réponse »

  1. Bonjour, Thierry,Il est évident que des affaires sortent et entraînent les autres, les aspirent, comme le courant d’une rivière. Tout à tendance à sortir. Les consciences s’éveillent, de calment et tendent à la sagesse… Alors la Macronie suffoque.Normal !Bien amicalementJean-Marc

    Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :