Aller au contenu principal

L’ÉTAT ET LES GAFAM FINANCENT MASSIVEMENT LES GROUPES DE PRESSE DOMINANTS

Les groupes qui contrôlent la presse sont les plus subventionnés par l’État…. et les Gafam

« À ce premier scandale s’en ajoute un autre : les mêmes siphonnent la majorité des aides apportées par les géants de la technologie américains. Cette convergence protège la presse sous influence et étouffe la presse indépendante. »

ARTICLE – EXTRAIT

Comment l’État et les Gafam financent la presse des milliardaires

Laurent Mauduit. 22 juin 2022 MEDIAPART

C’est une information qui a eu beaucoup de retentissement aux États-Unis mais pas en France, hormis dans la presse spécialisée : Facebook accorde de véritables ponts d’or aux plus grands journaux américains. On s’en doutait, mais comme les chiffres précis n’étaient pas connus, la révélation par The Information, puis le Wall Street Journal, des montants exacts des financements apportés par la plateforme américaine aux plus grands quotidiens du pays a eu un très large écho.

Car ce sont des subsides à couper le souffle dont profitent ces journaux de la part de Meta (la maison-mère de Facebook, Instagram et WhatsApp), qui alimente avec leurs articles les pages de Facebook News : au terme d’accords passés en 2019 pour les trois années suivantes, le Washington Post perçoit un peu plus de 15 millions de dollars par an (14,3 millions d’euros), le New York Times un peu plus de 20 millions de dollars, le Wall Street Journal plus de 10 millions de dollars, et 3 millions de dollars vont à des éditeurs moins connus.

Si ces chiffres retiennent l’attention, c’est qu’ils soulignent l’extrême danger que les grandes plateformes américaines font peser, un peu partout dans le monde, sur les médias : créant de très graves distorsions de concurrence et des abus de position dominante, ce système privé de subventions, qui avantage les plus grands groupes, contrevient gravement à la liberté de la presse, à son pluralisme et à son indépendance.

La publicité faite aux États-Unis autour des financements apportés par Meta aux plus grands journaux américains constitue une invitation à percer les secrets qui entourent en France les contrats liant les principaux journaux français aux Gafam (acronyme des géants du Web : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). L’invitation est d’autant plus pressante que le verrouillage de la presse, en France, est double.

Il y a d’abord l’État, qui inonde la presse des milliardaires de subventions publiques, selon les modalités que l’on connaît : les plus riches empochent les plus grosses aides publiques. Et à ce premier verrouillage, qui fonctionne depuis longtemps et dont le but est d’assurer la prééminence de cette presse et de freiner l’émergence d’une autre indépendante, s’en ajoute un second, plus récent : les aides privées apportées par les Gafam profitent en priorité, elles aussi, aux médias contrôlés par les richissimes Français.

Les deux systèmes se cumulent donc pour placer la presse française sous un véritable étouffoir, qui menace le droit de savoir des citoyens, rouage majeur de la démocratie.

Six groupes de presse captent plus de la moitié des aides publiques

Il est donc important de faire le jour le plus précisément possible sur ces deux types d’aides, publiques et privées. Car à la faveur de la législation européenne sur la liberté des médias, aussi appelée « European Media Freedom Act »,  à laquelle travaille le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, le débat sur les moyens de lutter contre ces dérives qui anémient la démocratie va être relancé.

Pour ce qui concerne les aides publiques, l’opacité a longtemps été totale. Dans le secret le plus absolu, l’Élysée distribuait les aides directes qu’il voulait aux journaux qu’il choyait. Puis à partir de 2016, un peu de transparence a enfin été tolérée. Encore faut-il dire qu’elle est toute relative : les chiffres les plus récents auxquels on peut avoir accès, actualisés en juin 2021 par le ministère de la culture et de la communication, portent sur l’année 2019. On ne connaît donc la situation qu’avec trois ans de retard.

Les chiffres principaux sont accessibles. Les voici, résumés en deux tableaux, en commençant ci-dessous par le détail des aides directes par titres de presse.

https://embed.documentcloud.org/documents/22063326-les-aides-publiques-a-la-presse-en-2019-par-titres/?embed=1© Document ministère de la culture

Et voici ci-dessous les mêmes aides directes, mais agrégées par groupes de presse bénéficiaires.

https://embed.documentcloud.org/documents/22063327-les-aides-publiques-a-la-presse-en-2019-par-groupes/?embed=1© Document ministère de la culture

Au total, le montant des aides directes à la presse atteint donc en 2019 la somme de 75,9 millions d’euros. Or, quand on observe le second tableau, on a tôt fait de constater que les plus grosses sommes vont effectivement aux milliardaires les plus riches.

À preuve, Bernard Arnault (troisième fortune mondiale en 2022, selon le magazine Forbes) bénéficie de l’aide la plus colossale, soit 16,1 millions d’euros, via Ufipar, sa holding qui regroupe ses participations dans la presse, dont Les Échos et Le Parisien.

Parmi les principaux milliardaires inondés d’aides, on trouve ensuite les Dassault, qui profitent de 6,4 millions d’euros ; Xavier Niel et ses associés à qui sont versés 6,3 millions d’euros pour le groupe Le Monde (Le MondeTéléramaLa VieLe Monde diplomatique…) ; Patrick Drahi qui empoche 5,9 millions d’euros pour SFR Presse (qui englobe Libération, depuis revendu, L’Express…) ; Arnaud Lagardère qui profite de 2,1 millions d’euros pour Paris-Match et le Journal du dimanche (passés depuis sous le contrôle de Vincent Bolloré) ; ou encore Nicolas Beytout et les Bettencourt à qui sont distribués 2 millions d’euros pour Bey Medias News, qui abrite le journal L’Opinion.

Au total, ces six groupes de presse contrôlés par les milliardaires français les plus riches empochent 38,8 millions d’euros, soit plus de la moitié des aides.

Les calculs trompeurs du patron du « Monde »

Analysant ces chiffres, le Syndicat de la presse indépendante …

…/…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :