Aller au contenu principal

Blanche Gardin et Agnès B.: « L’abbé Pierre nous manque, on avait besoin de ses gueulantes »



PRESENTATION

L’humoriste et comédienne Blanche Gardin et la célèbre styliste Agnès B. se confient sur leur combat au sein de la Fondation Abbé Pierre et de leur lutte contre la pauvreté et le mal-logement.

Avant d’être humoriste ou styliste, ces deux femmes sont des philanthropes engagées auprès des exclus et des sans-abri. Marraines de la Fondation Abbé Pierre, elles sonnent l’alarme et se dévoilent ici avec pudeur et sincérité.

Blanche Gardin et Agnès b. La rencontre de deux électrons libres. La première est une humoriste rare et singulière : elle a inventé un ton qui n’existait pas sur nos terres. Hors norme, corrosive, ultrasensible, on l’a également appréciée récemment dans l’univers décalé des cinéastes Gustave Kerven et Benoît Delépine (Effacer l’historique).

La seconde, de son vrai nom Agnès Troublé, est une styliste réputée, figure indépendante de la mode – une exception -, collectionneuse d’art et grande mécène depuis quarante ans. Elles se retrouvent pour défendre la Fondation Abbé Pierre, qui lutte contre le mal-logement. Il y a urgence, le nombre de sans-abri a doublé depuis 2012.

Face à cette situation catastrophique, les deux marraines de la fondation invitent chacun à participer à cette «insurrection de la bonté», dont parlait l’abbé Pierre.

ARTICLE

Blanche Gardin et Agnès B. : « L’abbé Pierre nous manque, on avait besoin de ses gueulantes »

Par Clara Dufour 12 décembre 2020 Figaro Madame

Madame Figaro. – Vous soutenez activement la Fondation Abbé Pierre. Comment est né cet engagement ?

Blanche Gardin. – Il y a deux ans, j’ai joué mon spectacle dans une grande salle, au Zénith, pour reverser les bénéfices à l’association Les Enfants du canal et à la Fondation Abbé Pierre. J’ai toujours admiré leur travail. Ils vous redonnent confiance en l’humanité. Quand on discute avec ceux qui sont au contact des plus démunis et qui cherchent des solutions, on s’aperçoit que la misère n’est pas une fatalité. Elle dépend de choix politiques.

La Fondation Abbé Pierre défend la politique du logement, d’abord, à laquelle j’adhère totalement. Elle consiste à permettre à des sans-abri d’accéder à un logement pérenne. Ces initiatives ont été testées avec succès en Finlande, où le nombre de sans-abri a diminué de 80 %, réduisant les coûts financiers pour l’État et la société. Un logement ne devrait jamais être l’ultime étape d’un parcours de réinsertion sociale mais, au contraire, la toute première.

Agnès Troublé. – Exactement. On ne peut pas demander aux gens de dormir dans leur voiture ou dans la rue, puis de se présenter comme si de rien n’était pour chercher un travail ou aller au bureau. C’est insensé.

En vidéo, Blanche Gardin refuse sa décoration à cause des promesses non-tenues de Macron

Votre engagement est lié à une rencontre déterminante…

A. T. – Entre l’abbé Pierre et moi, c’est une longue histoire qui a débuté en 1954. J’avais 12 ans quand je suis tombée par hasard sur une double page qui lui était consacrée dans Paris Match. Il venait de lancer son appel du 1er février 1954 : «Mes amis, au secours. Une femme vient de mourir gelée cette nuit, sur le trottoir…» Son visage, ses mots, sa colère sont encore gravés dans ma mémoire. Plus tard, je l’ai entendu à la radio parler de bouteilles vides qu’il voulait récupérer. Ni une ni deux, avec mes copains et copines, à Versailles, nous avons collecté des bouteilles. Dès le départ, j’ai admiré son engagement. Des années plus tard, un magazine m’a demandé : «Qui aimeriez-vous rencontrer ?» «L’abbé Pierre !» La rencontre s’est déroulée chez lui.

B. G. – Où vivait-il ?

A. T. – À Ivry-sur-Seine, dans une HLM, au 6e étage. Nous étions assis autour du bureau où il célébrait sa messe chaque matin. Cette rencontre a scellé un lien fort, qui a duré jusqu’à sa mort et perdure d’une autre façon aujourd’hui. Avant de mourir, il a choisi douze personnalités – douze, comme les apôtres -, parmi lesquelles Mathieu Kassovitz, les frères Cantona, moi… Tous chargés de continuer son œuvre. Depuis ce jour, je poursuis son travail avec le Fonds de dotation agnès b. : on soutient des initiatives, reverse de l’argent, crée des tee-shirts avec l’artiste JonOne au profit de la Fondation… Mais l’abbé Pierre nous manque, on avait besoin de ses gueulantes pour que les gens se réveillent…

Selon les derniers chiffres, 300.000 personnes sont actuellement sans domicile fixe, et la pandémie fragilise encore davantage les plus précaires…

B. G. – Il y a urgence ! Sur les 300.000 personnes sans domicile, beaucoup se retrouvent à la rue et dorment par terre, dans les parkings, les métros, sous une tente, sur les trottoirs, dans un dénuement absolu… C’est atroce. Ces chiffres ont doublé depuis 2012, et la pandémie de Covid accroît la pauvreté. Depuis le premier confinement, en mars, le nombre de sollicitations pour obtenir des aides alimentaires a augmenté de 30 %, les demandes de revenu de solidarité active (RSA) se sont accrues de 9 %, et le nombre de chômeurs augmente tous les jours.

A. T. – On ne doit pas s’habituer à cette vision d’horreur de voir des gens dormir dans la rue. Tous ceux qui peuvent contribuer au changement doivent agir dès maintenant. Il en va de notre responsabilité collective. Chaque geste ou don, aussi modeste soit-il, peut faire la différence.

La Fondation Abbé Pierre œuvre à retisser du lien alors que tout se délite

BLANCHE GARDIN

Blanche Gardin, à 18 ans, vous avez vécu une période chaotique. Est-ce cette expérience personnelle qui vous rend si impliquée pour défendre les sans-abri ?

B. G. – À 18 ans, j’ai fugué, et pendant quelques mois, j’ai vécu avec des punks à chiens dans les rues de Naples. Mais en aucun cas je n’ai subi cette situation. Je suis partie volontairement de chez moi. Bien sûr, ce genre d’expérience fait qu’on se retrouve confrontée au monde de manière plus dangereuse. Mais avant même cet épisode, j’avais déjà conscience des inégalités. Je me sens privilégiée d’avoir grandi dans une famille qui m’a très tôt ouvert l’esprit sur les autres. À peine l’école était-elle terminée que mes parents nous embarquaient dans la R9, et nous traversions l’Europe jusqu’en Russie, en Grèce… De camping en camping, on découvrait le monde, son altérité. Cette éducation m’a appris à rester attentive à la souffrance des autres.
Agnès b., vous-même avez aussi traversé une période compliquée à un moment de votre vie…

A. T. – À 21 ans, je me suis retrouvée sans ressources après mon divorce, avec deux jeunes enfants à charge. Mes fils n’étaient pas malheureux, mais on manquait de tout. J’ai beau venir d’une famille bourgeoise, je sais ce que c’est d’être sur le fil, ric-rac constamment. Certains jours, je ne savais pas comment j’allais finir le mois. Ce n’était pas la précarité, mais pas loin…
Vous est-il arrivé d’avoir peur de basculer dans la pauvreté ?

A. T. – Ce n’est pas dans ma nature d’être découragée.

B. G. – Agnès est une bricoleuse infinie, une aventurière qui s’est créé une existence faite de projets porteurs de sens.

A. T. – Moi, je suis émerveillée par ta hardiesse, Blanche. J’aime la hardiesse dans l’art. Vous savez, un jour où je flanchais, un de mes jumeaux m’a dit : «Oh, mais maman, tu nous as !» Cette tendresse m’avait consolée. Il avait 7 ou 8 ans. On habitait à Montparnasse dans un appartement où il n’y avait rien, mis à part trois lits, une table et trois chaises.

B. G. – Tu arrivais à payer le loyer ?

A. T. – Pas toujours, je faisais des chèques sans provision !

B. G. – C’est aussi ça le drame actuel. Beaucoup de personnes, frappées de plein fouet par la crise économique depuis le premier confinement, ont arrêté de payer leur loyer. Le gouvernement a pressenti que la situation allait être dramatique et a repoussé la trêve hivernale, ce qui n’était jamais arrivé depuis 1956. Mais les dettes s’accumulent, les impayés aussi, et bientôt il y aura des expulsions et encore plus de personnes à la rue. On court à la catastrophe humanitaire. C’est aussi alarmant pour les jeunes.

Un quart des personnes qui se retrouvent à la rue ont moins de 25 ans

BLANCHE GARDIN

Pourquoi le cas des jeunes vous préoccupe-t-il particulièrement ?

B. G. – Leur situation me touche. Après mon diplôme de sociologie, j’ai été éducatrice pendant quatre ans. Je m’occupais de gamins de 7 à 17 ans, orphelins ou retirés de leur environnement familial parce que jugés en danger dans leur famille. À 17 ans, ces mômes doivent quitter le foyer. Pendant un an, ils sont encore pris en charge, logés dans des studios pour apprendre la vie autonome. Mais à 18 ans, terminé, plus aucune aide de l’État jusqu’à 25 ans. Il ne faut pas s’étonner ensuite de ces chiffres accablants : un quart des personnes qui se retrouvent à la rue ont moins de 25 ans. C’est dramatique. Le gouvernement refuse de leur donner accès au RSA, les laissant sans aide ni solution. Avec la pandémie, les jeunes n’ont plus aucune opportunité de travail pour survivre. Comment peuvent-ils s’en sortir ?

La fracture sociale qui s’aggrave vous met-elle en colère ?

A. T. – Est-ce qu’on continue de servir les plus forts au détriment des plus faibles ? J’ai toujours lutté contre les inégalités. Je compte désormais parmi les gens aisés. Mon devoir, c’est justement de redistribuer cette richesse. J’ai créé le Fonds de dotation agnès b. pour soutenir des causes qui viennent en aide aux autres.

B. G. – Agnès soutient 70 associations, vous imaginez !

A. T. – Ma mère m’a toujours dit : «Rends-toi utile !» C’est inscrit en moi. Aujourd’hui, on sent la colère monter. Cette colère sociale est légitime.

B. G. – Selon Houellebecq, le monde d’après sera peut-être le monde d’avant… en pire. D’accord, mais ça peut aussi être l’inverse. La colère qui gronde pourrait être évitée si le principe de la solidarité supplantait l’individualisme. Nous devons tous avoir à l’esprit que ça ne va pas aller en s’arrangeant. Un plan de relance de 100 milliards d’euros vient d’être débloqué, très bien, mais seulement 0,8 % de ce plan vont être alloués à la lutte contre la pauvreté, et il n’y a rien concernant le logement social, alors que la construction de logements sociaux est un levier de relance formidable. C’est délirant.

A. T. – Vivre ou survivre…

B. G. – Il faut qu’on s’accorde sur ce que vivre veut dire. Pour l’abbé Pierre, c’est apprendre à aimer. Je ne suis pas croyante, mais je trouve ça beau.

En vidéo, la bande-annonce de « Femmes invisibles, survivre dans la rue »

Qu’est-ce qui vous unit ?

A. T. – La colère nous tient en éveil. En alerte. Elle a toute sa place quand elle est juste.

B. G. – Notre colère fait écho à l’enfance…
Êtes-vous restées des enfants rebelles ?

A. T. – Enfant, on me surnommait Agneau. Sauf que j’étais un agneau indiscipliné !

B. G. – Pour ma part, je suis plus sur le modèle têtu et indomptable de la chèvre de monsieur Seguin. On a toutes les deux un côté rebelle.

A. T. – J’aurais bien aimé être à l’école avec toi.

B. G. – On aurait fusionné, Agnès, mais ça aurait pu mal finir ! Ton nom de famille, c’est Troublé. Voilà, nous sommes deux troublées !
Treize ans après sa mort, l’abbé Pierre continue de fédérer autour de son combat. Comment l’expliquez-vous ?

A. T. – Blanche et moi ne sommes pas de la même génération ni du même milieu. J’étais fille de bourgeois versaillais, tu es fille de parents communistes d’Asnières-sur-Seine. J’ai la foi, toi non, mais on se rejoint sur l’essentiel : la dignité.

B. G. – Tant qu’il y aura des raisons de s’indigner, sa révolte restera d’actualité. La Fondation Abbé Pierre œuvre à retisser du lien alors que tout se délite. Au nom de quoi ? Au nom du sens de la vie. La misère, ça ne se gère pas, ça se combat.

Pour aider la Fondation Abbé Pierre : fondation-abbe-pierre.fr

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :