Aller au contenu principal

« LES LIMITES DU REGAIN PARLEMENTAIRE »

DEMAIN NOUS REPRDUISONS : Etienne Ollion : « L’Assemblée nationale connaît un retour en grâce politique et médiatique » (ARTICLE DE L’EXPRESS)

APRÈS DEMAIN : « On assiste à un retour de l’idéologie à l’Assemblée nationale » (E. Ollion, Le Monde)

ÉDITORIAL DU MONDE

Assemblée nationale : les limites du regain parlementaire

Le Monde 6 août 2022

Les députés viennent de connaître un mois de débats passionnés au prix d’une immense fatigue. Mais, face à l’urgence environnementale, chaque groupe parlementaire va devoir répondre de la façon la plus réaliste possible, faute de quoi le renouveau ne sera qu’un feu de paille.

Au moment où le Parlement ferme ses portes pour les congés d’été, les différents acteurs qui ont animé la session ont tous une bonne raison de se réjouir. Bien que mis en minorité à plusieurs reprises, le gouvernement est parvenu à faire voter les trois principaux textes qu’il avait présentés, sans trop s’éloigner de leur version d’origine. La droite, qui avait frisé la disqualification après le score de Valérie Pécresse à l’élection présidentielle (4,78 % des suffrages exprimés), a démontré son utilité en négociant âprement son soutien à l’exécutif ; l’extrême droite, en quête de notabilisation, a investi sans faire trop de vagues quelques-unes des instances-clés de l’Assemblée nationale (vice-présidence, délégation parlementaire au renseignement) ; la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) s’est installée sans rompre dans une opposition radicale à Emmanuel Macron. A l’ouverture de la 16législature, personne ne donnait cher de l’issue de ce retour en force du Parlement imposé par le résultat des élections législatives de juin. Chacun a rapidement trouvé ses marques.

Si les acteurs sont satisfaits, les observateurs sont, eux, frappés par deux faits : le premier, positif, est la revitalisation du débat politique, dans un Hémicycle qui a l’avantage de représenter, beaucoup mieux que ces dernières années, les différentes sensibilités qui traversent la société française. Le risque de coupure entre la représentation nationale et le pays réel se trouve ainsi minimisé.

Le second fait, plus problématique, nuance cependant le premier : les parlementaires comme le gouvernement sortent exténués de ce mois de débats ponctués d’innombrables suspensions de séance et de nuits blanches. Si les oppositions ont obtenu la satisfaction de mettre perpétuellement l’exécutif sur la brèche et de casser la verticalité du précédent mandat, les modifications qu’elles ont obtenues ne sont pas à la hauteur du temps passé ni de l’énergie déployée pour les défendre.

Le grand absent des débats

Qu’attendent les Français de leurs représentants ? Qu’ils mettent en scène leurs divergences pour mieux les exorciser, ou qu’ils agissent efficacement face à la somme inédite de problèmes qui vont se poser à la rentrée : risque de pénurie d’électricité, menace de récession, accélération manifeste du réchauffement climatique qui oblige à reconsidérer de fond en comble l’essentiel de nos comportements ? A cette question, chaque groupe va devoir répondre de la façon la plus réaliste possible, faute de quoi le renouveau proclamé du Parlement ne sera qu’un feu de paille.

Il est troublant de constater que la question environnementale a été systématiquement sous-estimée dans les débats, alors que tous les signaux étaient là, de la flambée des prix du carburant à l’été brûlant, pour rappeler à tous qu’elle s’impose comme l’urgence absolue.

Présenté comme une victoire arrachée par les députés, l’abandon de la session extraordinaire de septembre, qui avait été un moment envisagée par le gouvernement pour accélérer les décisions en matière de développement des énergies renouvelables et de réforme du marché du travail, n’en sera réellement une que si ce temps est mis à profit pour nouer en amont d’indispensables compromis. Dans le cas contraire, l’Assemblée nationale prend le risque de devenir l’endroit où le temps s’arrête. Elle se décrédibilisera et de nouveau se marginalisera.

Le Monde

7 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :