Aller au contenu principal

Notre Projet – SYNTHÈSE

Synthèse

Metáhodos, les racines

Notre Projet

Notre programme d’actions – appel à contributions

SYNTHÈSE

Le contexte d’émergence du projet

En février 2020 un groupe de plusieurs dizaines de personnes issues de tous horizons ( différents think tank, courants de pensées, partis divers, citoyens…) s’est forgé une conviction : Il est indispensable de revivifier notre démocratie, de réformer notre vie publique en développant la liberté, la co-construction, l’efficience. Notre démocratie – maison vide ? – dispose des énergies pour se réinventer.

Et c’est fort d’un vivre ensemble refondé que notre pays pourra se forger une vision renouvelée. Le premier conditionne le second. Et c’est sur ce premier objectif que nous appelons la méthode – le vivre ensemble et un pacte social refondé – que nous avons l’ambition d’œuvrer. Sans nouvelle démocratie, sans nouvelle action publique il sera difficile de construire une vision nouvelle.

L’ actualité – la crise sanitaire et le confinement – nous rappelle les difficultés que connait notre Vie Publique et tout particulièrement l’Action Publique. Elle conduit à s’interroger – à nouveau ou davantage – sur notre modèle de développement.

L’expression « le monde d’après ne sera plus comme avant » est légitime et constitue une espérance pour beaucoup qui ne doit pas demeurer une injonction. Les difficultés structurelles que connait notre mode de développement ou l’action publique – qui nous intéresse ici – datent de bien avant. Le travail sur les racines que certains nomment le « mal public » permettra de renouveler notre METHODE de gouvernance. Et il ne suffira pas de forger des discours ou des incantations sur une gouvernance qui serait désormais consensuelle. Le mal est profond, il exigera du temps de résolution et un travail collectif.

Le projet lui-même

L’observation des évolutions de la vie publique et de la démocratie au cours des vingt premières années du XXI° Siècle montre un malaise dans la démocratie.

Intellectuels, philosophes, sociologues, prospectivistes, historiens, scientifiques, think tank, responsables politiques, responsables professionnels, citoyens, corps intermédiaires, alertent et invitent à inventer une nouvelle vie publique dans un contexte de menaces avérées sur la démocratie et sur notre capacité à construire un avenir.

Notre objectif,  approfondir et confronter par la mise en commun des travaux, rechercher des leviers concrets, consensuels et pragmatiques, de nouvelles pratiques démocratiques et de nouveaux mécanismes de gestion publique.

Nous fondons notre réflexion sur trois principes : liberté, co-construction, efficience. Metáhodos – dénomination de notre projet – chemin qui va au loin – lance les Entretiens de la Méthode. (Du grec ancien, Metáhodos (μέθοδος ) μετά (Meta) : au loin, et ὁδός (Hodos) : voie).

Vous êtes nombreux – de toute provenance – à exprimer la nécessité de créer cette nouvelle dynamique créatrice. Grace à vos premières contributions, nous avons très précisément défini des espaces de réflexion , des grandes thématiques, des modalités de travail et de valorisation.

Metáhodos, les racines

Définition, Metáhodos : Chemin qui va au loin.

Du grec μέθοδος – Metáhodos : poursuite, recherche d’une voie pour atteindre un résultat ;

de μετά – Metá : vers, après, au loin ;

et ὁδός – Hodos : méthode, manière de faire, chemin, poursuite, recherche ; *

Historique

1537 «manière particulière d’appliquer une médication» (J. Canappe, 4e Livre de Thérapeutique de Galien d’apr. Chauvelot ds Fr. mod. t. 18, p. 270) cf. méthode curative ou traitement méthodique des maladies (Encyclop. t. 10, 1765);

1546 «ensemble de procédés raisonnés» (Rabelais, Tiers Livre, chapitre 8, éd. M. A. Screech, p. 72: hors toute méthode);

1547 «manière d’enseigner» (J. Martin, Arch. Vitruve, 10 B);

1643 «manière de faire, habitude» (Corneille, Le Menteur, acte V, scène I, éd. Regnier, t. 4, p. 222);

1637 spéc. terme de philos. (Descartes, Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences);

Quelques citations :

L’histoire n’est pas liée à l’homme, ni à aucun objet particulier : elle consiste entièrement dans sa méthode, La Pensée sauvage, Plon Claude Lévi-Strauss

Lorsque les sujets sont trop compliqués pour qu’on puisse y appliquer le calcul et les mesures, comme le sont presque tous ceux de l’histoire naturelle et de la physique particulière, il me paraît que la vraie méthode de conduire son esprit dans ces recherches c’est d’avoir recours aux observations, Buffon, Hist. nat. t. I, p. 89.

Eux tous seuls du bien dire ont trouvé la méthode, Régnier, Sat. IX.

Ils font une méthode réglée de leurs expériences, Bossuet, Lett. abb. 135.

Si vous entrez dans les cuisines où l’on voit réduire en art et en méthode le secret de flatter votre goût, La Bruyère, VI.

Il s’agit d’un nouveau système d’éducation dont j’offre le plan à l’examen des sages, et non pas d’une méthode pour les pères et les mères, à laquelle je n’ai jamais songé, Rousseau, Lettr. de la montagne, 5e lett.

Cette méthode de fixer les idées en développant leur formation doit être souvent préférée en philosophie à ce qu’on appelle définition proprement dite, même dans les cas où il s’agit de définir, D’Alembert, Mélanges, etc. t. V, § 11.

La méthode est l’art de disposer ses idées et ses raisonnements, de manière qu’on les entende soi-même avec plus d’ordre, et qu’on les fasse entendre aux autres avec plus de facilité, Dumarsais, Mél. gramm. Philos. t. V, p. 384.

Je suis un peu partisan de la méthode, et je tiens que, sans elle, aucun grand ouvrage ne passe à la postérité, Voltaire, Lett. Thiriot, 27 févr. 1755.

Si l’on sait la méthode de prouver la vérité, on aura en même temps celle de la discerner, Pascal, Esprit géométr. I.

Faut-il s’étonner qu’avec des télescopes on ait découvert les satellites de Jupiter ? or une bonne méthode est un télescope avec lequel on voit ce qui échappait à l’œil nu, Condillac, Lang. calc. I, 16.

Tel est l’effet des méthodes générales, quand on a une fois sur les découvrir : on est à la source, et on n’a plus qu’à se laisser aller au cours paisible des conséquences, Fontenelle, l’Hospital.

Les méthodes nouvelles sont quelquefois si faciles qu’on se fait une gloire de s’en passer, Fontenelle, Lahire.

Vos réponses vous réussissaient mal, vous avez bien fait de changer de méthode, Pascal, Prov. XVI.

Seigneur, telle est votre méthode, vous vous plaisez à renverser l’ordre du sens humain, Fénelon, t. XVIII.

Que je n’eusse auparavant employé assez de temps à faire le projet de l’ouvrage que j’entreprenais, et à chercher la vraie méthode pour parvenir à la connaissance de toutes les choses dont mon esprit serait capable, Descartes, Méth. II, 5.

Il faudrait alors – savoir dégager l’esprit – mais point de remède – Dedans les pensers contraires – où s’entretient le désordre, Ryôkan, Poèmes de l’Ermitage.

Claude Lévi-Strauss soutient : L’histoire n’est pas liée à l’homme, ni à aucun objet particulier : elle consiste entièrement dans sa méthode. La Pensée sauvage.

Ryôkan recommande encore : A ceux qui partout – sont aux affaires publiques – Je m’adresse ainsi – Votre esprit originel – Surtout ne l’oubliez pas.

Notre Projet

L’observation des évolutions de la vie publique au cours des vingt premières années du XXI° Siècle montre un redoutable déclin. Et la pandémie, au-delà des conséquences humaines, figurera comme stress test de la gouvernance publique.

Travaux, Etudes, Rapports alertent et invitent à inventer une nouvelle vie publique, dans un contexte de menaces avérées sur la démocratie et sur notre capacité à construire un avenir.

Intellectuels, philosophes, sociologues, prospectivistes, historiens, scientifiques, think tank, responsables politiques, responsables professionnels, citoyens, corps intermédiaires, produisent constats, réflexions et propositions.

Nombre d’entre eux expriment le besoin d’un approfondissement et d’une confrontation par la mise en commun des travaux et la recherche d’un levier permettant cette nouvelle vie publique, en toute indépendance.

Notre initiative – qui s’est forgée ( antérieurement à la pandémie) lors de conversations et d’échanges entre membres de think tanks, acteurs, citoyens engagés de tous horizons – émane de femmes et d’hommes inspirés par la recherche de nouvelles pratiques démocratiques et de nouveaux mécanismes de gestion publique.

Nous proposons, à l’aurore de cette réflexion, de fonder celle-ci sur trois principes : liberté, co-construction, efficience.

Metáhodos – dénomination de notre projet – chemin qui va au loin – lance les Entretiens de la Méthode. Du grec ancien, Metáhodos (μέθοδος ) μετά (Meta) : au loin, et ὁδός (Hodos) : voie.

Notre projet est de contribuer à construire notre histoire, de travailler selon trois approches : les constats et l’analyse, les comparaisons internationales, les solutions et propositions (locales, nationales, européennes et mondiales).

Nous consoliderons et développerons les travaux déjà réalisés, lors d’échanges en entretiens bilatéraux ( avec des experts, intellectuels, des acteurs engagés ) et lors d’ateliers animés par plusieurs d’entre nous selon les modalités qui nous sont propres. Nous recueillerons également les productions individuelles, les recherches documentaires ou les notes de lecture.

Des thématiques apparaissent (vivre ensemble, citoyenneté, démocratie, écoute, libertés, institutions, gouvernance, parties prenantes, initiative privée, gestion publique, équité territoriale, décloisonnement, réussite individuelle et collective…) le foisonnement des échanges permettra de préciser les contours de la réflexion.

Vous êtes nombreux – de toute provenance – à exprimer la nécessité de créer cette nouvelle dynamique créatrice.

Vous pouvez nous rejoindre en vous adressant à l’un d’entre nous et en nous faisant connaitre vos observations et propositions.

Notre programme d’actions – appel à contribution

En février 2020 un groupe de plusieurs dizaines de personnes issues de tous horizons ( différents think tank, courants de pensées, partis divers, citoyens…) s’est forgé une conviction : Il est indispensable de revivifier notre démocratie, de réformer notre vie publique en développant la liberté, la co-construction, l’efficience. Notre démocratie – maison vide ? – dispose des énergies pour se réinventer.

Et c’est fort d’un vivre ensemble refondé que notre pays pourra se forger une vision renouvelée. Le premier conditionne le second. Et c’est sur ce vivre ensemble, un pacte social refondé, que nous avons l’ambition d’œuvrer.

L’ actualité – la crise sanitaire et le confinement – nous rappelle les difficultés que connait notre Vie Publique et tout particulièrement l’Action Publique. Elle conduit à s’interroger – à nouveau ou davantage – sur notre modèle de développement. La crise aura servi de stress test de notre fonctionnement institutionnel et démocratique qui, depuis quelques années, connait des graves et croissants déséquilibres.

Le confinement, et la place centrale qu’il a pris dans la protection des citoyens, génère de la « colère. Qu’adviendra-t-il de cette colère ? Faisons le pari qu’elle libèrera – également – des énergies pour la réflexion et la construction. L’indignation doit faire place à la réflexion, à l’innovation, au débat, au travail.

L’expression « le monde d’après ne sera plus comme avant » est légitime et constitue une espérance pour beaucoup qui ne doit pas demeurer une injonction. Les difficultés structurelles que connait notre mode de développement ou l’action publique – qui nous intéresse ici – datent de bien avant. Le travail sur les racines que certains nomment le « mal public » permettra de renouveler notre METHODE de gouvernance. Et il ne suffira pas de forger des discours ou des incantations sur une gouvernance qui serait désormais consensuelle. Le mal est profond, il exigera du temps de résolution et un travail collectif.

Nous avons donc, avec METAHODOS, Le Chemin qui va au loin, ouvert un espace de réflexion, de construction, d’invention. L’objectif est de proposer des leviers consensuels et pragmatiques rénovant notre Vie Publique. Nombre d’analyses et de contributions existent déjà, souvent dispersées et sans que le dialogue ne soit noué…C’est ce dialogue, ce débat que nous souhaitons favoriser.

Cet espace est constitué de personnes individuellement engagées dans le projet sans lien institutionnel avec les organisations ou groupes auxquels ils peuvent éventuellement appartenir. C’est là une condition forte que vous avez souhaité mettre en place pour garantir liberté et indépendance à nos travaux.

Pour cela nous avons défini avec vous des espaces de réflexion , des grandes thématiques, des modalités de travail et de valorisation.

LES ESPACES DE REFLEXION :

  • Etablir les lignes de force d’un état des lieux relatif à la Vie Publique et à la Démocratie ( forces, faiblesses, conditions de pérennité…)
  • Analyser les menaces sur la démocratie : haine sociale et colère ; fracture entre l’élite et le peuple ; fascination pour les hommes forts et providentiels ; personnalisation du pouvoir ; le « techno populisme » ; l’égalité contre la liberté ;
  • Recenser les pistes de solution déjà proposées, en dégager les plus structurantes et les plus réalistes, en rechercher de nouvelles
  • Réaliser un bench marking international et européen sur la gestion publique et la démocratie
  • Structurer les effets de levier favorisant les réformes
  • Inventer des mises en perspectives concrètes et durables

LES GRANDES THEMATIQUES :

  • L’Etat de droit – la paix et la sécurité intérieures – le compromis et la modération contre l’extrémisme
  • Restaurer les libertés, le pluralisme, le parler vrai en politique
  • Les pratiques constitutionnelles – les dérives
  • Le rôle des parties prenantes – quel pacte ? – un contrat politique, économique, social et environnemental – un nouveau vivre ensemble
  • Les réformes – l’Etat stratège et les politiques publiques : quelles méthodologies ? (analyse, réflexion, concertation, décision, mise en œuvre, évaluation) – des pouvoirs publics frugaux et efficients
  • Les responsabilités territoriales – la subsidiarité – l’équité (territoriale ) : mobilité, emploi, logement, services essentiels
  • Une vie publique où les sphères publique et privée coopèrent et croisent leurs savoir-faire – le modèle économique, social, éducatif, environnemental – neutralité et dépolitisation de l’administration, restaurer la confiance
  • La démocratie représentative et les nouvelles formes de gouvernance participative – le réengagement des citoyens – les contrepouvoirs, en particulier les médias ( y compris les réseaux sociaux)
  • Les normes, la simplification administrative, la transparence de l’action – la gestion des risques dans le public à travers une analyse juridique et opérationnelle
  • La coopération européenne et mondiale entre les démocraties confrontées aux mêmes menaces

LES MODALITES DE TRAVAIL ET DE VALORISATION:

  • Recensement et consolidation des travaux et écrits traitant déjà de cette question (au sein du Site METAHODOS)
  • Recueil de contributions et d’opinions au sein du Site , afin de faire débat.
  • Organisation de conférence et débats avec des personnes engagées dans la vie publique, démocratique, intellectuelle.…
  • Ateliers ayant vocation à échanger et travailler sur des thèmes précis et à faire le point sur les travaux de METAHODOS ( y compris en visio-conférence)
  • Communication sur nos travaux dans le Site, les réseaux sociaux et auprès des organisations ( partis, think tank, associations, élus locaux et nationaux, blogs…)

Cette organisation de nos travaux est le fruit de la consolidation de vos contributions. Elle pourra se compléter et se préciser dans les semaines et mois à venir. Elle permettra, sans aucun excès de formalisme, la contribution libre de chacun sur les sujets ou actions qui ont sa préférence.

N’HEZITEZ PAS A NOUS PROPOSER :

des articles, extraits d’ouvrages, notes de lectures,

des contributions, travail de recherche

des suggestions sur le programme, la méthode

 des invitations de conférenciers,

l’organisation d’un débat ou d’un atelier

Par metahodos.fr ou metahodos.lem@gmail.com

T.L.

*Il correspond au latin via (d’où la voie). Ce terme latin a la même origine que l’anglais way qui désigne aussi le chemin, la route ; mais aussi la manière.

Le grec ὁδός désigne la route, mais aussi la direction qui mène au but.

On passe du chemin suivi au chemin à suivre.

Pour la méthode, le sens a pris celui de poursuite, puis celui de recherche, investigation, d’où méthode de recherche.

Littré définit la méthode comme analytique ou de décomposition, celle qui décompose en effet un sujet pour en connaître successivement toutes les parties ; la méthode analytique part donc des faits actuels, et cherche à en dégager tous les éléments ; on l’appelle aussi méthode de découverte, parce que c’est la seule qui puisse nous faire découvrir la vérité.

Larousse définit la méthode comme marche rationnelle de l’esprit pour arriver à la connaissance ou à la démonstration d’une vérité : La méthode se différencie de la théorie. (Ajout : pour aboutir à un résultat)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :